Top 2021 : La Sélection de Ruvon

Avec une année 2021 chargée en affaires sordides dans les gros studios (mais aussi chez les plus petits, ce n’est pas parce qu’elles ont eu moins de visibilité et d’ampleur qu’il faut les oublier), on a parfois moins parlé du jeu vidéo en termes positifs.

Cette saison des Tops est donc l’occasion de lister ce qui m’a enthousiasmé, que ce soit en termes de narration, de gameplay, ou de potentiel. Sans surprise, on va y retrouver mes Dystoseals, mes plaisirs partagés et mon jeu de l’amour douloureux.

Lacuna

Du pixel-art en 2D, du gameplay un peu limité, mais une vraie narration et une ambiance qui claque.

Lacuna est un vrai jeu d’aventure qui navigue entre le polar noir et la SF, le tout dans une atmosphère jazzpunk où nos choix ont des conséquences.

Du très beau travail pour un Dystoseal bien mérité (et disponible à -40% à l’heure où sera publié cet article).

Strangeland

On reste dans le pixel-art, mais tendance glauque cette fois, avec Strangeland, le dernier Point & Click de Wormwood, studio qui nous a offert Primordia (un des meilleurs jeux du genre).

Avec des puzzles de très bonne qualité, un scénario intelligent aux thèmes matures (à ne pas mettre entre toutes les mains) et une direction artistique torturée dégueulant la folie par tous les pores, Strangeland est tout simplement le meilleur Point & Click auquel j’ai joué ces dernières années.

Escape From Tarkov

Vous présenter un gros FPS bien hardcore, après vous avoir nourri de pixel-art moche toute l’année ? Oui, que voulez-vous, on ne se refait pas. Mais Escape From Tarkov n’est pas qu’un FPS. C’est un survival looter multijoueur aux règles impitoyables, l’inverse d’un Call of Duty ou d’un Battlefield.

Et ne le confondez pas avec un Battle Royale. C’est bien pire que ça. J’en ai fait un article en 2019, depuis le jeu n’a cessé d’évoluer, améliorant certains points tandis que des défauts assez marqués sont toujours présents. Un développement aléatoire, aux deadlines rarement tenues. Mais une ambiance, un feeling, une tension permanente qui le rend inoubliable, aussi addictif qu’il peut être frustrant.

Je suis retombé dedans plusieurs fois cette année, et je sais déjà qu’en 2022, je retournerai ramper dans les buissons avant de me faire descendre par un sniper à quelques mètres de la sortie. Un jeu brutal où chaque survie est une victoire tellement satisfaisante qu’il rend les autres FPS fades.

J’ai aussi énormément apprécié la découverte de Silicon Dreams, une sorte de test de Voigt-Kampf cyberpunk narratif très intéressant. La proposition de Mind Scanners a aussi retenu mon attention, malgré des défauts plus prononcés.

Plus récemment, l’Early Access de Age of Darkness m’a bien replongé dans les joies d’un RTS à la They Are Billions, j’attends la version finale avec impatience.

Les différents Steam Festivals de démos m’ont aussi fait découvrir pas mal de titres, je salue encore une fois cette tendance au prologue et à la démo qui nous permet de nous faire une idée avant d’acheter.

J’ai moins de recommandations BD, série ou ciné à vous proposer que mes estimés collègues rédacteurs, sur ces sujets je vous invite à aller consulter leurs Tops.

Si j’ai eu quelques soucis physiques qui ne m’ont pas permis de jouer autant que je l’aurais souhaité cette année, j’en ai profité pour partager quelques aventures vidéoludiques avec ma compagne, plutôt habituée à passer des heures sur Banished et autres jeux de gestion de ce type.

Entre autres titres parfaitement adaptés à cette pratique en duo (coopérative et non compétitive, jouable affalé dans le canap’), je ressortirais d’abord The Painscreek Killings. S’il n’est pas récent, ce walking simulator d’enquête bien écrit nous a tenu en haleine pendant plusieurs heures, à discuter des différents indices et à prendre note de la moindre information, utile ou non. Un article sur Dystopeek est déjà planifié pour vous en parler plus longuement.

La série des puzzle-games The Room est également parfaite pour passer un bon moment de réflexion en commun, tout comme (à un moindre niveau) The House of Da Vinci ou Tiny Room Stories: Town Mystery. Moncage sera le prochain jeu qui occupera nos soirées.

Enfin, si je ne peux pas parler en détail de Weird West, le nouveau jeu de l’ancien d’Arkane Raphaël Colantonio (Arx Fatalis, Dishonored, Prey…), je me permets quand même de vous glisser qu’avoir touché à la beta l’a fait monter très haut dans mes jeux attendus pour 2022. Aux côtés de Total War: Warhammer III, évidemment, mais aussi d’Expeditions: Rome.

Ruvon

Chaologue pas encore retraité, traître renommé, survivant accompli. Mon domaine, c'est le jeu vidéo, du FPS hardcore au point&click niais, et depuis toujours amoureux du tour-par-tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.