Vous reprendrez bien un petit verre de Kool Aid ?

D’abord annoncé pour 2017, The Church in the Darkness, un roguelite d’infiltration sur fond de culte religieux, vient enfin d’atterrir sur PC ainsi que sur toutes les consoles actuelles. Le projet paraissait plein de potentiel dès l’annonce en 2016, mais l’attente en valait elle la peine ?

Fin des années 70, quelque part dans la jungle sud américaine. Un culte religieux, un couple de leaders charismatiques, des adeptes qui croient à la promesse d’une vie meilleure… et une cargaison de cyanure. Ça vous rappelle quelque chose ? C’est bien normal. Le contexte est fortement inspiré de Jim Jones et des macabres événements qui ont eut lieu à Jonestown en 1978, ainsi que d’autres cultes du même genre. Quand à vous, vous avez été envoyé par votre sœur pour infiltrer cette communauté et retrouver votre neveu Alex, l’un de leurs adeptes, dont elle est sans nouvelles depuis plusieurs mois. Bienvenue à Freedom Town, et bonne chance.

Penchons nous d’abord sur les mécaniques roguelite du jeu. Chaque partie commence à l’un des points d’infiltration aux alentours du camp, qui sera aussi votre point d’extraction, avec plus ou moins de matériel utile en poche, une carte très basique et le nom d’un contact à l’intérieur du camp qui pourra vous aider à localiser votre neveu. La configuration de Freedom Town change à chaque partie, tout en réassemblant aléatoirement des zones prédéfinies. De même, les personnalités des deux leaders sont elles aussi aléatoires assignées en début de partie. Votre mission principale sera toujours de trouver Alex et voir s’il désire repartir avec vous, mais le jeu offre aussi quelques quêtes secondaires facultatives, à vous de décider ce que vous voulez faire. La combinaison de tous ces facteurs, plus le fait de vous faire attraper ou non vous mèneront à différentes fins. Chaque fin débloquera aussi quelques nouveaux objets/NPCs que vous pourrez rencontrer lors de votre prochaine partie.

Et l’infiltration me direz vous ? Elle est bien la mécanique principale du jeu, mais ne m’a qu’a moitié convaincue dans son exécution. A l’exception de vos contacts dans le camp, de votre neveu et des deux gourous, toute autre personne dans le camp est immédiatement hostile à votre encontre à partir du moment où vous entrez dans leur champ de vision, dont la taille est déterminée par les vêtements que vous portez. Il vous faut donc naviguer dans le camp tout en évitant les divers gardes et autres adeptes ou en les neutralisant. Cependant, l’IA des ennemis n’ayant pas toujours les réactions les plus logiques dans ce genre de situation, les habitués à de la bonne infiltration du genre Hitman risquent d’être déçus.

Et l’histoire dans tout ça ? Si c’était l’un des points qui m’avait intriguée le plus lors de l’annonce du jeu, là aussi je suis un peu restée sur ma faim. Le mode de narration en lui même ne m’a pas du tout dérangée : vous en découvrez plus sur la situation en lisant les documents que vous découvrez en fouillant, en écoutant les deux leaders déblatérer sur la radio du camp et enfin par les rares NPCs avec lesquels vous pouvez interagir. Là où ça coince selon moi c’est qu’au bout de quelques runs, ces dits éléments se répètent rapidement, et donnent l’impression d’avoir vite fait le tour de la question.

Malheureusement, bien que les roguelites et les jeux d’infiltration soient deux de mes genres de prédilection, je me suis assez vite ennuyée après quelques parties terminées. Le côté aléatoire n’offre au final que très peu de différences notables et à part pour débloquer toutes les fins, il n’y a que peu de motivation à remplir les objectifs secondaires. Le jeu n’est pas mauvais en soit, mais il manque aussi de ce petit je-ne-sais-quoi qui vous donne envie d’y revenir encore et encore pour ‘un dernier run, c’est promis, après j’arrête pour aujourd’hui’. Il est intéressant pour quelques runs, mais pour un roguelite, ce n’est malheureusement pas suffisant pour que je le recommande.

Site officiel : http://www.paranoidproductions.com/church/

Développeur : Paranoid Productions

Éditeur : Fellow Traveller

Plateforme : Steam, GoG, Switch, PS4, Xbox One

Date de parution : 2 aout 2019

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

EvilBlackSheep

Experte en procrastination.