Newspeek #37 – Actualité Jeux Vidéo

Le mardi sur Dystopeek, c’est le retour des Newspeek, l’actualité des jeux vidéo et des sorties.

Episode 37 du 10/11/2020

Quelle belle semaine vient de s’achever, avec ces phrases dignes d’un bêtisier du genre « Han le confinement les gens s’en foutent, ils sont tous dehors, je le sais je les ai vu, j’étais dehors aussi. » Le #RestezChezVous est depuis longtemps enterré, juste à côté du respect au personnel soignant, et lui n’aura pas eu droit à plusieurs semaines d’applaudissements avant de disparaître à jamais.

Et ce alors qu’on fait de notre mieux pour vous proposer de la lecture et des distractions vidéoludiques à pratiquer en intérieur. A croire que personne ne nous lit. Pour les distraits ou les nouveaux arrivants, dans les Newspeek, on fait d’abord un petit récap de la semaine de Dystopeek, avant de s’intéresser aux sorties de la semaine puis de finir avec de futurs titres au pitch prometteur.

Rappel des règles : on clique sur les images pour ouvrir les liens et sur les noms des studios pour les sites officiels


La Semaine de Dystopeek


Pyre par Machiavel
Early Access: Dwarfheim par Harvester et bofang
Chicken Police par bofang
Stirring Abyss par SA_Avenger

Sorties de la semaine


Pro Basketball Manager 2021 (Umix Studios) : La nouvelle version du pendant basket de Football Manager vient de sortir. Loin d’être aussi renommée et complète que le jeu de management footballistique aux millions de fans, cette simulation a tout de même le mérite d’exister. On regrettera toutefois une base de données pas toujours à jour.


Kelipot (Unlimited Fly Games) : Sortie en version 1.0 de ce platformer avec des morceaux de bullet hell qui met en scène des animaux combattants. Après plusieurs mois d’Early Access, les joueurs sont convaincus par le résultat, mais le jeu étant développé par un studio chinois, la traduction anglaise n’est pas complètement terminée, ce qui peut être un problème ou au moins une raison d’attendre les patchs qui vont bien.


Infinite Way (Playful Division) : Arrivé en Early Access, ce jeu de cartes « à la » Slay the Spire nous emmène dans un univers post-apo assez générique. L’absence de quête ou autre scénario me donne surtout envie d’attendre de voir la suite, mais les combats ont l’air intéressants, à défaut d’être originaux. Un peu cher quand même vu le contenu actuel, et l’absence d’information sur le studio n’est pas non plus rassurant.


Dude, Where Is My Beer? (Arik Zurabian, Edo Brenes) : Point & Click à l’ancienne, dessiné à la main sous les aisselles, tout en nuances de gris et de rose, qui a l’air plutôt rigolo. On y retrouve les verbes d’action des vieux Lucas Arts, reste à voir si ça a un intérêt dans le gameplay ou si c’est juste un gimmick. Mais en tant qu’amateur du genre, je suis intrigué.


Apex Legends (Respawn Entertainment) : On l’expédie vite fait, le Battle Royale Free to Play d’EA est arrivé sur Steam et a bien réussi son lancement avec des pointes à une centaine de milliers de joueurs simultanés d’après Steam Charts, pas mal pour un jeu déjà disponible ailleurs.


Grey Skies: A War of the Worlds Story (Steel Arts Software) : Basé sur le bouquin d’H.G. Wells, ce jeu d’infiltration ne présente pas trop mal. Malheureusement le gameplay a l’air décevant et sa technique fait penser à un Early Access non déclaré. A suivre, mais c’est dommage avec une source pareille.


TENS! (Kwalee Ltd) : Mélange entre jeu de dés, Sudoku et Tetris, ce puzzle-game (aux graphismes qui me rappellent forcément Dicey Dungeons) est sorti également sur Switch. Le concept a l’air rigolo même si le trailer n’est pas super explicite. Développé par un studio jusqu’ici abonné aux jeux mobiles.


Chicken Police (The Wild Gentlemen) : Pas besoin de reparler de ce Point & Click animalier, notre ami notre collègue le talentueux enfin Bofang, quoi, en a déjà bien parlé dans cet article qu’on va vite lire ici si on n’a pas déjà cliqué sur l’image dans le résumé de la semaine de Dystopeek.


Möbius Front ’83 (Zachtronics) : Comme d’habitude chez Zachtronics, à peine le jeu annoncé que le voilà déjà qui débarque. Les spécialistes du jeu de réflexion se lancent dans le wargame en tour par tour, et les premiers retours déplorent une certaine lenteur dans le rythme ainsi qu’une interface pas toujours généreuse en informations. Le reste à l’air solide (notamment l’ambiance sonore) mais ne vous attendez pas à un gameplay qui pulse.


Kosmokrats (Pixel Delusion) : Ce jeu de puzzle / action vous demandera de jouer avec des morceaux de stations spatiales, tout en étant assez précis dans le maniement de votre drone pour accomplir vos missions. Son univers dystopique soviético-rétro ne manque pas d’humour ni de patates, le tout pour un prix cohérent avec une production indé.


Hoards of Glory (Kerberos Productions Inc.) : Dernier né des studios responsables de Sword of the Stars et The Pit, Hoards of Glory est un petit jeu multijoueur qui oppose quatre joueurs dans des parties qui se jouent aux dés. L’ambiance est à la mode, donc dans une thématique viking et les graphismes rendent plutôt bien le côté jeu de plateau. Le tout pour 4€, prix plutôt bien pensé pour un jeu pensé pour le multi (même si l’IA n’a pas l’air trop ridicule.


1917: The Prologue (Payara Games) : Avec un nom pareil, je m’attendais plus à un jeu de guerre, mais on est bien en présence d’un jeu d’aventure / horreur se déroulant en pleine révolution d’octobre 1917 en Russie. Il a une bonne gueule et annonce incorporer des éléments d’escape game. Ce jeu biélorusse sait en tous cas poser une ambiance dans son trailer.


Stowaway (Sandstorm Studios Inc.) : Joli combo de jeux à succès ; Stowaway, c’est Sea of Thieves qui rencontre Among Us. Un bateau, un équipage, des traîtres, des meurtres, des votes, des expulsions au canon. Les graphismes sont vraiment simplistes, mais ceux qui préfèrent la vue FPS et l’air du grand large aux bases spatiales pourraient se pencher sur ce petit jeu qui vient d’arriver en Early Access, pour un prix qui s’aligne sur celui d’Among Us.


Zniw Adventure (Azure Mountain) : Ce Point & Click dinosauresque aux animations dignes d’un dessin animé nous place dans la peau écaillée d’une femelle dino qui veut rentrer chez elle. Les retours sont excellents, et même si l’aventure ne dure que quelques heures, c’est cohérent avec le prix demandé. Pas de version française disponible.


A Forgetful Loop (bighandinsky) : Jeu de réflexion / management de ressources en temps réel qui ne paie pas de mine mais qui m’a l’air tout à fait sympathique. Il a une gueule à finir dans un bundle, mais si vous êtes en manque de friandises à donner à votre cerveau, il pourrait être un candidat valable.


Swing Dunk (Open Beta) (BucketPlay.inc) : L’inspiration est claire, c’est du Rocket League mais avec un panier de basket et des hoverboards à la place des bagnoles. Plus complexe que le mod Hoops du jeu de Psyonix, Swing Dunk propose toute une mécanique de gameplay basée sur le contrôle de la balle. Jouable jusqu’en 4v4. Pour avoir passé une petite demi-heure sur cette open beta gratuite, le potentiel est très intéressant même si la maîtrise de la balle demande un minimum de skill. Difficile de trouver des joueurs en ligne, mais l’IA suffira pour vous donner une idée du concept.


Prodeus (Bounding Box Software Inc.) : FPS retro bien gras qu’on résumera facilement ainsi : agrougrou pan pan boum boum sprotch. Promo sur le litre de ketchup, armes variées et métal en fond sonore sont maintenant disponibles en Early Access, le tout réalisé par des vétérans du genre. What could possibly go wrong ? Eh bien pour une fois, ce jeu m’a l’air de savoir où il va, même si la version actuelle ne propose qu’une poignée d’heures de jeu pour un prix de 25€ qui m’a l’air un brin excessif pour ce contenu, tout en sachant qu’il augmentera à la sortie en 1.0.


Futures sorties à découvrir


Dark Tides (Hammered Crow Games) : Encore un Point & Click annoncé pour début 2021, soit après demain. Dans une ambiance Victoriano-lovecraftienne soignée, Theodora Green, medium de son état, va mener l’enquête pour découvrir la cause de la malédiction qui frappe sa ville. Développé en couple par des passionnés du genre, je lui souhaite d’être aussi sympathique qu’il en a l’air.


MANE (Suntorn Studio) : Jeu narratif aux graphismes plutôt classieux qui nous raconte une histoire avec ces gros chats que sont lions. Je ne sais pas grand chose du projet, mais j’avais tout de même envie de vous le partager. Annoncé pour début d’année prochaine.


Endlight (Bigpants) : Endlight, c’est AAAAAAA for the awesome qui a fait des bébés avec un générateur de crises d’épilepsie. On chute sans fin dans des décors complètement barrés, et on pourra aller se faire opérer des yeux en février 2021.


Yerba Mate Tycoon (DonislawDev) : On approche tout doucement du jour où il y aura un Tycoon pour n’importe quel type d’activité commerciale. En attendant, le maté, cette sorte de thé sudaméricain très prisé des joueurs de foot aura bientôt le sien. Il a l’air casu tout plein, mais il annonce quand même quelques fonctionnalités qui laissent croire à un gameplay avec un minimum de profondeur.


Atlas Architect (Danial Rashidi) : City Builder détente ambiance médiévale. On est là pour faire plaisir à nos yeux, pas pour faire du mal à notre cerveau, ce qui me rappelle un peu Townscaper. Prévu pour les fêtes de fin d’année.


Undying (Vanimals) : RPG narratif dans du postapozombie. Dans une situation qui rappelle The Walking Dead, une mère mordue par un reviendu se sait condamnée et doit préparer son fils pas encore ado à survivre lorsqu’elle ne sera plus là. Thème dramatique à souhait, graphismes stylisés plutôt simples, du craft, du choix à faire, bref, il coche toutes les cases du genre et est prévu pour l’an prochain. D’ici là, j’aurais peut-être essayé la démo disponible.


Breakwaters (Soaring Pixels Games) : Si le pitch a l’air classique (on ramasse des ressources, on construit une base, on fourbit ses armes pour latter un Titan), la subtilité de ce titre est sa façon de nous permettre de jouer avec l’eau, en créant des dépressions qui vous transforment en Moïse qui ouvre la mer en deux. Le Studio a l’air d’avoir beaucoup misé sur cet effet visuel, reste à espérer qu’il y ait un jeu qui a bénéficié du même soir derrière.


A Tale of Paper (Open House Games) : INSIDE – Little Nightmares-like, A Tale of Paper va nous faire plier du papier dans un univers bizarro-bizarresque. Exploration, plateforme et énigmes au programme. Déjà sorti sur PS4, il arrivera sur PC début 2021.


Terror: Endless Night (Unseen Silence Games, Pixel Crow) : Annoncé comme un jeu de management / stratégie / survie, ce jeu raconte l’histoire de l’HMS Terror embarqué pour une expédition arctique. Il n’est pas à exclure que ce jeu soit légèrement inspiré par l’existence de la série. Prometteur dans l’idée, mais c’est le genre de jeu dans lequel l’écriture compte autant que l’équilibrage du gameplay, donc il est urgent de rester prudent.


Beasts of Maravilla Island (Banana Bird Studios, LLC) : Pour finir, on reprend un ton plus léger avec ce jeu d’aventure / exploration qui nous demandera de photographier de jolis animaux. Il n’a pas de graphismes révolutionnaires, mais vu l’ambiance des précédents titres présentés, ça fait quand même du bien de la couleur.


On termine là-dessus, on se retrouve dès mardi prochain, avec beaucoup de choses à se dire si le rythme des sorties dignes de mention se maintient à ce niveau. D’ici là, portez-vous bien et portez bien vos masques, parce que s’ils laissent dépasser votre nez, vous avez l’air d’un con.

Ruvon

Chaologue pas encore retraité, traître renommé, survivant accompli. Mon domaine, c'est le jeu vidéo, du FPS hardcore au point&click niais, et depuis toujours amoureux du tour-par-tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *