Raiders! Forsaken Earth

Je vous vois venir. « Ouais le mec, c’est un taré de Battle Brothers, il a même pas réfléchi et s’est précipité sur Raiders Forsaken Earth quand il a vu sa page Steam». Alors oui effectivement, c’est ce qui s’est passé mais je dois vous dire que c’est mal de juger comme ça. Pour ma défense, quand les développeurs écrivent « you play as the leader of a merciless band of post-apocalyptic marauders » il faut être un monstre ou pire, Belge, pour ne pas être conquis.

De manière tout à fait classique vous démarrez en plein désert, aux commandes d’une bande de tocards. Votre but ? Transformer tout d’abord votre campement en une base fonctionnelle à partir de laquelle lancer des raids dans toute la région pour voler, piller, tuer les habitants essayant malgré tout de survivre en cette période sombre où Dystopeek et l’eau courante n’existent plus. La belle vie donc, mélangeant gestion (miam), exploration (re-miam) et combats au tour par tour (burp).

Le premier contact avec Raiders! Forsaken Earth est rude, très rude. Pas forcément à cause des graphismes qui ont, comme on dit quand on est poli, une patte bien personnelle qui peut rebuter mais du fait d’un manque flagrant de clarté et d’aide au joueur. L’interface n’est en effet pas un modèle du genre et il faut chercher pendant de longs moments certaines fonctionnalités. Mais bon, à force de tâtonnements on s’y fait et on s’aperçoit… qu’il y a du boulot. Votre campement est vraiment pourri et votre troupe aussi impressionnante qu’une gerbille. Il va falloir des ressources (beaucoup) et du temps pour pouvoir terroriser la région. Alors n’attendons plus, lançons-nous !

Les déplacements de votre troupe se font à la Battle Brothers : un petit bonhomme sur une carte qui se découvre au fur et à mesure. Première différence cependant, il y a beaucoup de petits dépôts de ressources abandonnées. Rien de bien impressionnant, mais on se retrouve à s’arrêter toutes les 30 secondes pour looter. C’est assez étrange et ça casse un peu l’impression d’être dans des terres désolées. Heureusement pour l’ambiance, de nombreux évènements surviennent et maintiennent le joueur en alerte. Et l’obligent à prendre des décisions où la moralité n’a pas vraiment sa place… ça change agréablement des jeux où on est un gentil en armure étincelante. Raiders! Forsaken Earth n’est pas là pour vous faire vivre une belle aventure, juste pour vous permettre d’assouvir vos vils instincts, tel un (une ?) chacal de la rédac’.

On se promène donc dans ce wasteland, un œil rivé sur les provisions et l’autre sur les camps découverts. Car c’est bien beau de ramasser des clous rouillés au bord du chemin, mais à un moment donné, il faut passer aux choses sérieuses. Et celles-ci impliquent de se salir les mains en cassant des bouches ou en terrorisant les innocents. Alors au début, vous n’êtes pas vraiment en position d’exiger quoi que ce soit lorsque vous croisez quelqu’un et aurez plus l’impression d’être un SDF faisant la manche qu’autre chose. Pour gagner un peu en réputation, il suffit de commettre quelques méfaits, à commencer par des meurtres.

Et c’est là que ce qui vous intéresse le plus normalement débute : les combats. Et que j’ai été heurté de plein fouet par le train de la déception. Alors que dans Battle Brothers le placement et les déplacements sont primordiaux, dans Raiders Forsaken Earth il suffit de placer ses combattants sur deux lignes : celle de devant pour le corps à corps, celle de derrière pour les attaques à distance. Impossible de bouger, ce sera du « à toi à moi » jusqu’à ce que mort s’en suive. Alors, on peut certes choisir qui attaquer et de quelle manière ou même utiliser des compétences particulières, mais c’est tellement simpliste – et décalé – par rapport au reste du jeu que je suis retourné plusieurs fois chercher la mention Early Access sur la page Steam. Mais non, c’est du définitif et c’est la décision de Creative Storm Entertainment. Et elle me laisse un peu dubitatif…

Heureusement que le reste est plus fouillé, avec la possibilité de capturer des otages pour soit les libérer contre rançon, soit les exécuter pour augmenter sa réputation, l’obligation de trouver des spécialistes pour débloquer certains bâtiments, la possibilité de voter des lois s’appliquant à tout votre territoire ou encore de crafter de nouveaux objets dont on aura trouvé les recettes. La liste est longue et non exhaustive et il va falloir de nombreuses heures (et tentatives) pour tout découvrir. Il y a de quoi faire assurément et je n’ose imaginer un Battle Brothers avec autant d’activités secondaires.

Alors, la question à 100 balles du jour est la suivante : est-ce que je vous conseille Raiders Forsaken Earth ou pas ? Si vous aimez jouer à la poupée avec vos combattants vous apprécierez sans doute la légère composante RPG, chaque personnage pouvant se spécialiser et disposer de perks. Vous aimerez aussi la construction de base qui pousse à aller toujours plus loin pour trouver des ressources. Mais vous serez déçu par des combats manquant cruellement de profondeur. Ils ne sont pas foncièrement mauvais, mais quand on les compare à la concurrence… C’est dommage car malgré un côté un peu aride et une interface qui n’aide pas toujours, il y a énormément de potentiel derrière la production de ces Canadiens. Espérons que ce mauvais choix de design ne sera pas fatal à un jeu plaisant qui sort des sentiers battus.

Genre : Gestion, Tactique

Développeur : Creative Storm Entertainment

Editeur : CreativeForge Games

Site officiel

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Une réflexion sur “Raiders! Forsaken Earth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *