Warhammer 40,000: Shootas, Blood & Teef

Les jeux estampillés Warhammer (40k ou pas) ont longtemps été signe de médiocrité. La licence suffisait à vendre les jeux par palettes, aucun effort n’était nécessaire. Et la qualité diminuait, tel le stock de bière après l’arrivée de Machiavel à la rédac. Heureusement pour nous ces derniers temps ont été plutôt bien fournis avec des jeux malins bien souvent orientés stratégie ou tactique (Total War Warhammer, Mechanicus, Battlesector ou bien Gladius pour n’en citer que quelques-uns). Mais pour ceux peu portés sur le noble art du défouraillage, pas grand-chose. A part peut-être ce Warhammer 40,000 Shootas, Blood & Teef que je surveillais depuis un moment…

En fan de la série Metal Slug, ou plus récemment Guns, Gore & Cannoli (des mêmes développeurs), je sais apprécier ces side scrollers dans lesquels un héros va sauver le monde de l’injustice/invasion alien/hausse du prix des knacki ball. Ou dans le cas de notre Warhammer du jour, un Ork va tenter de reprendre les commandes de la Waagh que son clan a lancée contre une obscure planète, Luteus Alpha, domaine de l’Imperium.

Par sûr qu’embaucher Kévin, 12 ans, pour les illustrations, soit une bonne idée…

Pour ce faire, rien de plus simple : il suffit de flinguer tout ce qui se trouve entre lui (vous, donc) et le Warboss Ogruk Gutrekka qui l’a honteusement viré et qui lui a piqué sa perruque. Oui, l’argent pour la réalisation de Warhammer 40,000 Shootas, Blood & Teef n’est pas allé dans les poches du scénariste. Et en même temps ça n’est pas plus mal.

Parce qu’honnêtement, on dirige un Ork, moche et vert, dans un monde cartoonesque et bordélique où tout est prétexte à explosion et démembrement. Alors bon l’histoire avec embranchements scénaristiques et autres « machin se souviendra de ça », on va laisser de côté et prendre sa manette pour tout casser. Enfin si vous pouvez, car je n’ai jamais pu l’affecter au premier joueur…

Malgré ce petit souci technique, la prise en main au clavier et à la souris est assez simple : tir, saut, dash, jet de cocktails molotov, rechargement et sélection des armes et c’est tout. C’est binaire, pour un plaisir immédiat. Et ça permet de se concentrer sur ce qui se passe à l’écran car, comme si le « dessiné à la main » a son charme, il faut avouer qu’il est difficile de voir – du moins au début – ce qui est traversable par le joueur ou pas. Certains éléments ne sont là que pour faire joli, d’autres bloquent les tirs mais pas les personnages, c’est parfois confus et il y a un temps d’adaptation.

Mais une fois lancé, les niveaux s’enchaînent bien, très bien même et font regretter que le jeu soit si court : moins de 5h pour le finir au premier run c’est faible. Heureusement, il est possible de jouer en coop ou de charger l’équipement de départ pour varier les plaisirs.

Tant qu’on en est à parler gros flingues, sachez qu’en récoltant des dents (les fameuses Teef) qui servent de monnaie, vous pourrez à intervalles réguliers acheter de nouveaux jouets disposant chacun de caractéristiques propres. Lance-flammes, bolter, pistolet à plasma, chacun a des effets, une cadence de tir et des dégâts propres. Ce qui permet bien entendu de s’adapter à toutes les situations même si le bolter semble quand même être l’arme idéale dans une grande majorité des cas.

Vous allez donc parcourir Luteus Alpha, traverser les lignes de l’Empire, puis entrer dans les égouts pour affronter des cultistes Genestealers avant de pénétrer dans le palais impérial où les choses vont se corser avec l’apparition de Space Marines. Et comme vous êtes lancés, pourquoi ne pas piquer un vaisseau humain pour prendre d’assaut le vaisseau amiral Ork et vous débarrasser d’Ogruk Gutrekka. Tout un programme !

Les développeurs n’étant pas à leur coup d’essai, la qualité de la série Guns, Gore & Cannoli en atteste, Warhammer 40,000 Shootas, Blood & Teef est un jeu solide qui ne décevra pas ceux qui s’y intéresseront en ayant conscience de ses limitations. Oui la maniabilité n’est pas toujours parfaite – mais là encore, je n’ai pas pu y jouer à la manette – non le jeu n’est pas toujours stable avec des retours bureau sauvages ou des checkpoints qui ne s’activent pas, mais globalement rien de bien grave. Les checkpoints sont très régulièrement placés, la difficulté est parfaitement dosée (si vous être un vétéran du genre, attaquez directement en difficile) et le titre doit tourner sur n’importe quelle machine.

La musique est, sans surprise, du bon gros hard rock dont les riffs bien gras accompagnent à la perfection un héros allumé au phrasé Ork hilarant. Les références (et surtout moqueries) à l’univers pullulent et vous arracheront forcément un sourire et il est rare de s’ennuyer devant la débauche d’action. Surtout que visuellement c’est la foire à la saucisse avec des corps démembrés rebondissant dans tous les sens et des explosions en chaîne. Et je ne vous parle pas des gerbes de sang ou des mimiques des différents ennemis…

Warhammer 40,000 Shootas, Blood & Teef est certes un petit jeu, qui nécessite encore un petit coup de polish à mon avis, un peu trop court mais il est extrêmement agréable à jouer. Il parodie à merveille un univers de Warhammer 40k se prenant bien trop au sérieux en vous laissant jouer un Peau-Verte bien décidé à mener à bien sa Waaagh. Les adversaires sont variés et identifiables en une fraction de seconde, les squigs (qui vous rendent de la vie si vous les attrapez) s’éloignent toujours de vous au pire moment et vous vous demanderez toujours ce qui va vous tomber sur le coin de la figure. Gros coup de cœur donc que je vous recommande chaudement ! Et tant que vous êtes là, allez jeter un oeil à Guns Gore & Cannoli 2, ça ne peut pas vous faire de mal.

Genre : Side Scroller

Développeur : Rogueside

Editeur : Rogueside

Date de Sortie : 20 Octobre 2022

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *