Top 2022 : la sélection de Hilikkus

L’année était largement entamée quand je suis arrivé dans cette étrange rédaction de Dystopeek par des moyens que je préfère passer sous silence pour encore garder un semblant de dignité sur ce site.

Si comme la plupart de mes nouveaux collègues je suis féru de jeux vidéo et d’actualité, j’ai un profil totalement assumé de patient gamer ; si bien qu’en dehors des titres critiqués dans ces colonnes, je n’ai joué à aucun titre paru dans le courant de l’année 2022. Le top se fera donc bien vite, et fort heureusement les jeux que l’on m’a donné à tester furent tous très recommandables.

The Excavation of Hob’s Barrow

Même s’il a les marqueurs habituels des jeux édités par Wadjet Eye – à savoir un pixel art soigné et une direction vocale impeccable – le point and click à tendance horrifique de Cloak and Dagger m’a totalement pris de court grâce à la maîtrise de sa mise en scène mêlant l’étrange et loufoque, l’inquiétant et le morbide.

Incontestablement mon jeu de l’année.

Voyage

Je ne sais pas pourquoi le terme “walking simulator” a une connotation si négative, surtout que depuis son avènement autour de 2013 il a été associé à certaines de mes meilleures expériences vidéoludiques.

Port par des graphismes enchanteurs, Voyage se situe dans cette démarche, mettant son gameplay simple de plateforme 2D à énigme au service de ce qu’il veut mettre en avant : la contemplation et le dépaysement.

The Plague Doctor of Wippra

Ne vous fiez pas au premier coup d’œil: certes, The Plague Doctor of Wippra n’est pas très beau, mais il a bien des choses à dire et surtout des réflexions à faire mener à ses joueurs.

Parce que faire incarner un docteur en pleine épidémie de peste à des joueurs qui sortent à peine d’une pandémie qui a au minimum chamboulé notre quotidien, ça n’a rien d’anodin.

Et hors jeu vidéo, c’était comment 2022 ?

Côté télé / stream, le grand adepte d’anime japonais que je suis a beaucoup apprécié la suite des séries Kaguya-sama: Love is War et Made In Abyss qui, dans des styles pourtant radicalement opposés, ont dosé mignonnerie et cruauté avec maestria. Mention spéciale pour Cyberpunk 2077: Edgerunners, ça fait toujours plaisir de retrouver une production du studio Trigger et son audace esthétique malgré un scénario bien trop convenu.

Sur grand écran, difficile de ne pas citer en premier l’incroyable Everything Everywhere All At Once qui prend un drame familial a priori classique et le métamorphose en film de science fiction virevoltant ; un véritable tourbillon de créativité qui n’a pas eu d’égal dans les salles de cinémas en termes d’impact.

Hilikkus

Aussi à l’aise sur un jeu de plateforme virevoltant que sur un point & click pixellisé, Hilikkus est un hybride contre nature entre un vieux PCiste velu et un casual gamer vendu à Nintendo. A manier avec précaution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *