Voyage

Voyage est ce qu’on appelle un “cinematic platformer”, c’est à dire un jeu en vue de côté où le but est d’emmener son personnage à la fin du niveau. Où ce n’est pas la dextérité du joueur qui est testée mais plutôt sa capacité à résoudre des énigmes environnementales et surtout se laisser emporter par l’ambiance globale, comme dans Inside du studio Playdead ou la série des Little Nightmares.

Contrairement aux deux jeux précédemment cités, on dirige deux protagonistes (un frère et une soeur) qui devront collaborer pour avancer – par exemple pour grimper un obstacle trop haut ou pousser un objet trop lourd.

Dans les faits on manie un des deux personnages pendant que l’autre nous suit automatiquement – ce qui peut poser de légers soucis sur certains tableaux mais rien de bloquant, qu’on peut demander aussi à notre comparse de rester sur place.

Le jeu nous laisse de toutes façons passer à tout moment d’un personnage à un autre, sachant que les deux ont exactement le même gameplay. Il existe également un mode coopératif fonctionnant bien mais l’emphase semble être mise sur une expérience solo – on ne demandera par exemple jamais aux joueurs des actions synchronisées à distance. 

Les puzzles sont pour la plupart très simples, avec une difficulté progressive introduisant en douceur chaque nouvelle mécanique (à l’exception d’un lieu spécifique changeant un poil brutalement la logique par rapport aux énigmes précédentes).

Venturous Games a choisi de ne pas distinguer les éléments interactifs du reste des décors, il y a donc un bouton qui permet de les repérer par un effet d’écho bien pensé. Tout ici est pensé pour immerger le joueur dans le monde mystérieux que l’on est invité à parcourir. 

Là où Voyage se distingue nettement, c’est par sa superbe direction artistique. Chaque bestiole rencontrée, chaque décor traversé semble comme peint minutieusement à la main, avec un jeu permanent sur l’éclairage et la mise en scène – c’est encore plus bluffant de voir tout cela animé, que ce soit les protagonistes avec leurs gestes uniques ou les altérations de décors excellemment bien réalisées.

La musique composée par Calum Bowen accompagne parfaitement cet effort global, avec en début de jeu ses mélodies champêtres de balade en forêt façon The Legend of Zelda et ses ambiances plus pesantes au fur et à mesure de notre parcours.

Même s’il se contente d’être assez scolaire sur le plan strict du gameplay, Voyage a des qualités artistiques exceptionnelles qui permettent de traverser agréablement la courte aventure qu’il propose, et c’est bien là l’essentiel.

Genre : cinematic platformer

Développeur indépendant : Venturous Games – portage console par Ratalaika

Plateforme : SteamItch.ioSwitch – Egalement disponible sur PS4/5 et XBox One/S/X

Prix : 14,99€

Date de sortie : 19 février 2021 sur PC, 12 août 2022 sur consoles

Test réalisé sur une version presse fournie par l’éditeur

Hilikkus

Aussi à l’aise sur un jeu de plateforme virevoltant que sur un point & click pixellisé, Hilikkus est un hybride contre nature entre un vieux PCiste velu et un casual gamer vendu à Nintendo. A manier avec précaution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.