Top 2022 : la sélection de LupusVII

Chaque année, c’est la même chose. C’est au moment de lister ce que l’on a aimé regarder / jouer depuis Janvier qu’on se rend compte de tout ce qu’on a pas regardé ou joué. Pas d’exception cette année ! J’ai raté Everything, Everywhere, All at Once au cinéma, je n’ai ni joué à Elden Ring (bien qu’il soit dans ma bibliothèque) ni à Cyberpunk 2077…

C’est le souci quand on est un adepte du patient gaming. On consomme très peu de médias sur le coup. On les met dans un coin, en attendant d’avoir un moment où les astres s’alignent pour pouvoir en profiter sereinement. Ce moment n’arrive peut-être jamais, c’est la vie.

Trêves de carabistouilles, voilà mon top de l’année 2022 !

Cult of the Lamb. Bon, dès qu’il y a des trucs mignons je suis client, mais ce panaché de mignonitude et d’horreurs que m’a fait vivre Cult of the Lamb l’a propulsé dans mon top 2022.

Bien qu’il ne soit pas difficile, j’ai aimé jongler entre ses mécaniques de Rogue-Lite et de gestion. Il manque parfois un peu de rythme et traine en longueur cela dit.

Quelques patchs ou ajouts de contenu seraient de bon aloi et permettraient à tous les adeptes du mouton de relancer une partie bien volontiers.

Business Proposal. Sortie sur Netflix en début d’année, Business Proposal est une comédie romantique coréenne parce que oui, j’aime les comédies romantiques et j’adore les dramas coréens.

Cette série a un scénario très classique, basé sur des quiproquos entre les différents personnages.

Les protagonistes sont attachants, le ton est léger et j’ai vraiment passé un bon moment à les regarder s’embrouiller pour des incompréhensions.

The Wandering Village. On n’oublie jamais sa première fois parait-il. The Wandering Village est mon premier Dystoseal !

Ce petit jeu sorti en septembre m’a conquis tout de suite grâce à Onbu, l’hôte mobile de notre colonie.

On apprend à en prendre soin pour accéder aux bâtiments plus avancés et pérenniser notre base. Il est toujours en Early Access cela dit et manque de contenus endgames, je dirai.

Avec une ou deux mises à jour, il se transformera vite en pépite incontournable !

Et comme d’habitude, quelques mentions honorables : les jeux et médias qui ont trébuché avant le podium, mais qui ont tout de même réussi à se faire un coin dans les tumultes de ma mémoire de poisson rouge.

Commençons par les séries. En bon adepte des séries coréennes, j’ai particulièrement apprécié All of Us are Dead. Des écoliers tentent de survivre face à des infectés. C’est sur Netflix et une seconde saison débarque pendant les vacances de fin d’année. Dans les séries fraichement regardées, il y a Star Wars : Tales of the Jedi ! Faute d’avoir eu le temps de regarder Andor, j’ai bien aimé cette mini-série d’1h20. Elle raconte des tranches de vie d’Ahsoka et de Dooku, deux personnages emblématiques de la saga.

Passons aux films, avec l’agréable surprise qu’a été Le Visiteur du Futur. Une production française, issue de la web série de Francois Descraques. Réaliste dans sa proposition technique, avec un scénario sympathique et un jeu d’acteurs tout à fait correct : c’est un excellent passage au cinéma !

Niveau jeux, je commence par Hardspace: Shipbreaker, qui a été une chouette découverte. Bien qu’un peu répétitif, j’ai parcouru son scénario quasiment d’une seule traite, en enchaînant les découpages de vaisseaux et récupération de métaux divers et variés. Enfin, dans un contexte plus particulier, j’ai enfin pu plonger dans les jeux Zachtronics avec Last Call BBS. Seul jeu qui tournait sur mon PC portable lors des déplacements de cette année, il m’a permis de me changer les idées avec des énigmes aussi corsées que ludiques.

Voilà qui conclut cette année riche en découvertes, en articles et en projets ! Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et d’en profiter pour épurer un peu vos backlogs entre deux repas ! Cowabunga !

LupusVII

Cliché de geek, boit trop de café, a des projets par dizaines et un backlog de plusieurs vies. Je troque volontiers quelques heures de sommeil à écrire des articles pour vous convaincre d'en perdre également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *