War in the East 2: Steel Inferno

Bon vous l’aurez compris, même si je me retrouve à tester Steel Inferno, je ne suis pas vraiment monsieur DLC. Si j’apprécie le soin apporté par les développeurs à leur bébé afin de continuer d’augmenter le contenu et d’assurer un suivi de qualité, je ne suis pas le public cible. De plus, en ce qui concerne la stratégie j’ai tendance à la préférer grande (non pas blonde, qu’est-ce qu’il va encore imaginer le chef ?).

Avec des cartes aussi grandes que possible et lorsqu’en plus il y a un côté gestion, production ou politique là je me sens dans mon élément. Harvester pourra témoigner, le volet tactique n’est pas mon fort.

Percée au-delà de la Dnepr

Steel inferno est le premier DLC de War in the East 2 sorti il y a déjà presque 2 ans. Celui-ci se base principalement sur le contenu et à ce niveau on est servi, une campagne qui démarre en 1943, l’autre en 1944 plus 9 scénarios se focalisant chacun sur une partie du front à un moment donné de la campagne du front de l’Est qui fut longue et sanglante.

Dans Steel Inferno, vous ne contrôlerez donc en général qu’une partie du front pour des engagements moins longs que la campagne de base, si ça a le mérite de raccourcir le temps de calcul des tours, cela diminue aussi les possibilités stratégiques déjà assez limitées sur le front de l’Est. Il faudra donc toujours se focaliser sur des percées et de tentatives d’encerclement.

L’aspect aérien peut-être laissé à l’IA.

Pas de révolution niveau gameplay donc, c’est riche et assez touffu, l’interface a un peu vieilli j’ai trouvé et il m’a fallu un petit temps pour retrouver mes marques. On garde la qualité du titre mais il est évident que le DLC s’adresse à ceux qui sont déjà conquis par celui-ci.

Ou qui cherchent à pouvoir profiter du multi-joueur avec des parties plus courtes et spécifiques. Avis aux amateurs…

Développeur : 2 By 3 Games

Editeur : Slitherine Ltd

Genre : Wargame

Date de sortie : 10 Novembre 2022

Prix : 19,50€

Site web

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *