Combat Modern Operations: Broken Shield 300

Je ne suis habituellement pas un grand consommateur de DLCs, lors de mon test sur Command Modern Operations j’avais remarqué que le jeu se focalisait en grande partie sur les opérations aériennes et maritimes dans les scénarios proposés dans le jeu de base. Slitherine nous a fourni son premier DLC pour ce nouvel opus, Combat Modern Operations: Broken Shield 300, qui offre un scénario fictif (mais proche de la réalité) axé sur des opérations aériennes de l’armée Israélienne en Syrie.

Les données satellite font toujours leur petit effet

Scénario d’une vingtaine d’heures (en vitesse normale, il est évidemment possible d’accélérer celle-ci mais comptez quand même une petite dizaine d’heures pour arriver au bout), Broken Shield 300 commence lentement. On vous conseille de vous familiariser avec les forces disponibles (principalement aériennes et bien au chaud dans vos bases).

SAM il est vraiment pas sympa

Le but ultime sera de détruire des bases Iraniennes en Syrie ainsi que d’handicaper la défense aérienne Syriennes qui, grâce aux Russes, est devenue totalement interconnectée et donc très dangereuse pour les avions Israéliens. Avant d’en arriver là, il faudra patienter que la diplomatie suive son cours (vous vous en doutez, elle ne fera pas de miracle ici mais le but est donc d’ouvrir les engagements petit à petit).

En même temps le but est quand même d’aller bombarder un pays voisin…

En attendant, vous aurez de petites opérations à effectuer pour détruire des tunnels du Hezbollah, tuer des terroristes au sein de la bande de Gaza ou empêcher le lancement de roquettes. Si ces petites missions sont sympathiques et permettent de s’habituer doucement au jeu, elles ont parfois une fenêtre d’action très courte, il faut donc avoir rassemblé des renseignements grâce à des drones ou avoir le bon type d’unité dans les airs dès le départ de celles-ci.

Il fait gazagaza

Une fois le feu vert pour l’opération principale donné, le scénario se déroule tout autrement. Il faudra ici bien connaître l’armement et la portée de vos avions car s’ils s’approchent trop près des radars ennemis, c’est la curée. J’ai pour ma part bouffé pas mal de sable avant d’arriver à comprendre les unités sur lesquelles il fallait me focaliser et sur la bonne manière d’éviter de voir tout mes appareils se faire allumer par la défense aérienne à peine avaient-ils traversé la frontière syrienne. Heureusement il y a un soutien d’artillerie minime qui est utile en début de scénario.

L’ennemi intercepte mes roquettes

Même si vos appareils arrivent à éviter la nuée de missiles qui les attend, ils devront faire avec l’armement de bord avant de retourner à la base pour se ravitailler. Opération qui prend pas mal de temps, il faut donc assurer un roulement ou en tout cas avoir préparé assez d’appareils pour atteindre vos objectifs.

F-35 mis à disposition de la mission

Pas question ici d’y aller à la bourrin, j’ai testé, le coût humain est faramineux. J’ai même réussi à perdre un F-35, car oui vous pourrez aussi utiliser le dernier appareil de l’IAF (Israeli Air Force), qui est bien moins détectable que les appareils plus anciens. Attention à ne pas faire feu de trop loin, non seulement vous serez alors détecté mais l’ennemi aura le temps d’activer ses défenses anti-aériennes pour abattre vos missiles.

Chaque petit carré bleu est un équipage abattu à récupérer…oui j’ai eu mal en début de mission

A part quelques soucis parfois pour récupérer mes équipages grâce à des hélicoptères de secours (un patch est maintenant disponible pour régler ce soucis) ou de légers ralentissements en fin de scénario, l’expérience est vraiment sympathique avec une réelle montée en puissance des hostilités. Certains objectifs sont peut-être un peu trop solides, j’ai eu le cas de 3 bombes qui ne suffisent pas pour une batterie de missile SAM ou 8 missiles Hellfire pour un terroriste dans un appartement, ça me semble un peu exagéré, même en prenant en compte ceux qui « ratent » ou sont « défectueux ». Pour mener à bien le scénario, il vous faudra donc beaucoup de patience en optimisant vos forces et leur utilisation ou prévoir de recommencer une fois les menaces bien connues. Ce qui va rallonger encore la durée de vie du DLC.

8 missiles Hellfire, 2 défectueux mais ça n’aura pas suffi pour terminer la mission

Impossible de ne pas recommander ce scénario, le prix est minime par rapport à la durée de vie et, s’il démarre lentement, la seconde moitié demandera toute votre attention. Je me doute bien que tous les fans de CMO l’ont déjà, pour les autres je vous renvoie à notre test.

Développeur : WarfareSims

Editeur : Slitherine

Genre: Wargame

Prix du jeu de base : 68€

Prix du DLC : 2.39€

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Une pensée sur “Combat Modern Operations: Broken Shield 300

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *