Team Sonic Racing

J’ai passé un bon paquet d’heures sur Sonic & All-Stars Racing Transformed, un excellent clone de Mario Kart, dont une épreuve dantesque lors du Koh Lanta des Jeux Vidéo que vous pouvez suivre ici. Je me remémore cette soirée épique où nous luttions pour notre survie, hurlant et pleurant sur Mumble tandis que l’organisateur, le machiavélique Sig, riait aux éclats devant notre malheur. On savait s’amuser à l’époque !

C’est donc pourquoi, quand Team Sonic Racing a été annoncé, je me suis bien gardé de signaler aux autres esclaves pigistes qu’une copie allait nous être envoyée. Bon, sur PS4, ce qui allait me priver de mes partenaires de jeu, mais me permettre de faire du multi en local plus facilement. Ce que je n’ai pas manqué de faire avec mon beau-frère lors de sa visite, après lui avoir montré Dirt Rally 2.0 et Wreckfest.

Manettes en main nous avons passé la soirée, d’abord dans la même équipe puis chacun dans la sienne, à découvrir les circuits et les différents personnages. Première constatation, il y en a beaucoup moins que sur Racing Transformed. C’est logique, vu que ce dernier a reçu une foultitude de DLCs mais tout de même, au vu de la richesse des Mario Kart lors de leur sortie, on pouvait espérer mieux. Le principal argument de cet épisode, et vous vous en doutez parce que vous n’êtes pas la moitié d’un Flad, est le jeu en équipe. Avec deux coéquipiers dans votre écurie, vous allez donc participer à de classiques championnats et rapporterez des points selon votre classement individuel qui seront ajoutés à votre total d’équipe. Et à la fin, c’est l’équipe avec le plus gros qui gagne. Classique mais efficace. Ce qui veut aussi dire que vous pourrez être plombé par des coéquipiers gérés par une IA pas toujours très performante.

Il va donc falloir faire de son mieux tout en essayant d’aider ses coéquipiers. Pour ce faire, Sumo Digital a implémenté quelques fonctionnalités plutôt bien trouvées : vous pouvez donner un bonus ramassé à quelqu’un, prendre son aspiration (s’il est le leader d’équipe) pour bénéficier d’un boost et surtout, une fois la jauge d’interactions d’équipe remplie, tous vont bénéficier d’un turbo dantesque qui laissera tout le monde sur place (surtout si les 3 équipiers le déclenchent au même moment). En clair : jouez en équipe !

Au-delà de ces spécificités de gameplay, Team Sonic Racing est très classique : les virages se prennent en dérapant, les objets à ramasser sont aussi nombreux qu’utiles et il n’est pas rare d’en prendre plein la gueule lorsque l’on est en pole position. Les circuits sont classiques et souffrent parfois d’une lisibilité dégradée par une palette de couleurs et d’effets surchargée. Rien de bien grave mais c’est pénible de ne discerner qu’au dernier moment où va la piste ou les différents dangers.

Alors, Team Sonic Racing est-il le digne successeur de Racing Transformed ? Oui et non. Oui, parce que la customisation des personnages, le jeu en équipe et les graphismes mignons tout plein lui amènent un fort capital sympathie. Non, parce que les sensations ne sont pas terribles, l’impression de vitesse est loin de celle de son aîné, il y a encore des petits bugs ici et là et le contenu est un peu chiche. De plus, la communauté reste frileuse et le boude un peu, rendant le jeu en ligne un peu compliqué parfois.

A 40€, Team Sonic Racing n’est pas une bonne option. Son aîné est bien plus riche, toujours d’actualité et trouvable pour une bouchée de pain. Mais si vous l’avez parcouru dans tous les sens et que ses circuits n’ont plus de secrets pour vous, alors surveillez son cadet et profitez d’une promotion pour vous le prendre. Ça n’est pas un mauvais bougre, il n’a juste pas eu toute l’attention qu’il aurait méritée.

Genre : Course automobile

Développeur : Sumo Digital

Éditeur : SEGA

Date de parution : 21 mai 2019

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

2 pensées sur “Team Sonic Racing

  • 27 septembre 2019 à 14 h 51 min
    Permalink

    Je me souviens bien de cette épreuve du Koh Lanta, avec ma manette qui s’est déconnectée deux fois en pleine course.

    Ça m’a donné une bonne excuse pour ma nullité à ce genre de jeu.

    Mais même Sonic Racing Transformed ne vaut pas Whacky Wheels #teamvieux

  • 28 septembre 2019 à 6 h 01 min
    Permalink

    Dis donc ton beauf serait-il intéressé par une participation au KLJV du coup ? Parce que maintenant il y a des vrais gamers, pas comme à ton époque.

Commentaires fermés.