Plebby Quest

De manière générale, je ne suis pas un grand aficionado des jeux centrés sur l’humour ou avec des graphismes très cartoons, en revanche j’aime les cartes. Une carte dans un jeu va directement éveiller ma curiosité et me donner envie de voir si on peut profiter du côté stratégique des choses. C’est clairement ce qui m’a attiré dans Plebby Quest, des coréens de Pied Pipers Team. Un petit jeu sur les croisades dans lequel on peut conquérir le monde. Que demande le peuple ?

Je suis la carte, je suis la carte…

Le jeu propose un mode « scénario » et un mode sandbox. Les trois scénarios vous mettent dans la peau de personnages différents avec des challenges propres. Le premier voudra devenir sultan à la place de son père malgré son incompétence crasse et son égo démesuré, le second sera couvert de dettes… Le ton est léger, les dialogues ridicules au possible et il y aura de quoi faire sourire les joueurs qui se laisseront prendre au jeu.

Arslan est un personnage amusant

Sans vouloir concurrencer les jeux plus sérieux (genre Crusader Kings II) ou toucher à la grande stratégie, Plebby Quest vous donne quand même pas mal de choses à faire, recrutement de généraux avec son propre mini jeu, mise à niveau et spécialisation de troupes, recherche (qui aura aussi son propre mini jeu), exploration de donjon remplis de monstres… Si rien n’est vraiment complexe, le tout arrive à donner une certaine richesse au jeu.

Quête, gestion des finances, marchandage, il y a de quoi découvrir.

Le gameplay est assez simple, chaque général sous vos ordres a droit à une action par tour, cela peut varier entre aller allumer un cierge à l’église (ce qui permet de faire d’autres actions), écraser une rébellion et envahir votre voisin. Il faudra donc varier l’utilisation de ceux-ci pour arriver à garder une armée solide et expérimentée pendant qu’un autre général renforce ses troupes ou s’occupe de vous fournir des points de recherche.

« The Ankara » finira par tomber

Simple dans l’idée et l’exécution, le tout est assez sympathique, même si combattre reste l’action la plus « vivante ». Le système de combat est lui aussi assez spécial. Vous aurez droit à un certain nombre de troupes suivant le niveau de votre général (entre deux et 5), chacune ayant une place sur le « plateau » horizontal où le combat va se dérouler. Il faudra placer vos troupes de manière efficace, les relever pour qu’elles reprennent leur souffle, avoir des troupes attaquant à distance pour harceler les lignes ennemies. Les deux camps se foncent dessus, gagnera celui qui éliminera l’adversaire ou brisera son moral. Bien sûr, il y a des troupes spéciales, des défenses et des murs de cités qui feront que certaines attaques devront se faire en plusieurs tours.

Mastermind version recrutement.

Malgré sa pléthore de mini jeux et systèmes, Plebby Quest reste un petit jeu. Il ne ravira pas les grognards ou autres fans de jeux complexes mais que ce soit par son thème, son humour ou son gameplay original, il devrait satisfaire la plupart des joueurs. Si les premières heures sont très amusantes, remplies de découvertes, le jeu finit quand même par s’essouffler un peu, principalement à cause du système de combat qui est un peu lent et manque de variété et surprise. Étonnamment je pense que ça aurait beaucoup mieux fonctionné avec des sorts qui permettrait au joueur d’animer un peu tout ça. Malgré tout, Plebby Quest est une bonne surprise, un premier jeu réussi et qui, pour le prix, remplit pleinement son contrat.

Développeur : Pied Pipers Team

Editeur : Neowiz

Genre : Stratégie

Prix : 16,79€

Site web

Page Steam

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *