Persona 5 Strikers

Persona 5 Royal aura été une baffe ludique sur ses premières heures et une rayure aura eu raison de la suite, mais cela sera raconté dans l’article sur ledit jeu si j’arrive à le finir un jour. Ici, nous sommes en présence de Persona 5 Strikers, qui fait office de suite/spin off. Pour cet article, je vais m’adresser principalement à ceux et celles qui n’ont pas joué à Persona 5, Royal ou non, puisqu’il sort sur d’autres plateformes que la PS3 et PS4. Les autres, si vous avez aimé l’original, celui-ci devrait vous plaire. Alors que vaut ce Persona 5 Strikers (P5S pour la suite de l’article) ?

Scénaristiquement, P5S se situe six mois après les évènements de Persona 5, les voleurs fantômes se retrouvent pour partir en vacances d’été, après de longs mois de séparation. Le scénario ne cherche jamais à raccrocher les nouveaux joueurs en explicitant les différentes références au jeu original. Cela pourrait poser problème, mais au bout de quelques heures, le jeu finit, par l’intermédiaire de ses personnages, par mettre tout cela de côté en essayant de creuser sa propre histoire. Elle va permettre de sortir de Tokyo et va inviter le joueur à suivre le road trip des personnages à travers des lieux emblématiques du Japon. Des prisons avec un Monarque à leur tête sont apparues et les voleurs fantômes vont devoir aller casser du monstre pour rétablir la justice et la vérité. Dit comme cela, on pourrait s’attendre à un scénario assez bateau avec des méchants très méchants, mais nous sommes dans un Persona et les méchants se révèlent suffisamment ambigus dans leur motivation pour sortir de la caricature attendue dans ce genre de jeux. Le vécu d’Alice, la première Monarque, fera écho à ce qu’a vécu un des personnages jouables et le jeu ne manquera jamais de développer par de très longs dialogues ce qu’il veut raconter.

Graphiquement, Persona 5 Strikers est un jeu PS4 voire PS3 et ça se voit. C’est artistiquement réussi si on accroche au délire Persona (le design des décors est soft en comparaison de celui des monstres), mais que les textures sont très loin des standards actuels. Parfois, ça pique méchamment les yeux et ce n’est pas la taille des zones qui sont en cause puisqu’elles sont généralement très petites. Les temps de chargement sont acceptables (j’ai un SSD) et on sent l’effort pour proposer des environnements avec une personnalité pour les prisons. Les environnements urbains sont plus en retrait, mais ils correspondent à des endroits réels donc l’inventivité n’est pas de mise. Le jeu n’est pas honteux, mais il ne fait pas toujours honneur à la direction artistique qui a le mérite de s’assumer.

Musicalement, c’est un bonheur pour les oreilles. Les musiques sont parfaitement dans le ton et dynamiques. Elle font du bien aux oreilles pour peu que l’on aime le genre.

https://www.youtube.com/watch?v=Ue4R2999j0U

Du point de vue gameplay, le jeu se divise en deux parties distinctes : le monde réel et les prisons. Dans le monde réel, la partie visual novel est omniprésente avec des tunnels de dialogues qui peuvent dépasser la demi-heure (je lis vite). Le côté verbeux n’est pas inintéressant puisqu’elle permet d’en découvrir plus sur les personnages, renforcent leur lien, débloque des compétences et du second degré. Au delà du visual novel, le jeu invite à se promener dans différents environnements pour acheter différents items et visiter les lieux en mode touriste. Petit bémol, il y a une phase enquête obligatoire (pour en apprendre plus sur les monarques) très mal foutue. Heureusement qu’elle est très courte parce qu’elle semble avoir été intégrée aux forceps. Le monde réel vaut surtout pour les phases de dialogues entre les personnages principaux, très bien écrites. A ce titre, il faut noter la grande qualité de la traduction française et la possibilité de laisser les dialogues en japonais.

Les prisons sont la construction mentale des Monarques, qui ont tous l’air d’avoir eu la même idée en l’enrobant différemment. La progression dans une prison ressemble à cela : la porte principale est fermée, il faut chercher comment l’ouvrir, il faut battre les sbires plus ou moins dangereux pour réussir, il faut trois preuves gardées par des mid-boss, il y a un cadenas devant l’arène du Monarque donc retour au monde réel pour battre un super mid-boss dans un lieu différent, enfin tabassage du Monarque. Cette structure répétitive n’est pas forcément un problème, mais elle se voit un peu trop et apparaît très artificielle. Les prisons sont très loin d’être des modèles de level design inspiré : des couloirs et il suffit de suivre l’objectif pour avancer. L’exploration s’autorise de la verticalité avec plus ou moins de réussite. Heureusement que le jeu est tolérant parce que l’imprécision est souvent de mise quand il s’agit de progresser. Les développeurs ne sont pas à l’aise avec le genre plateformer et ça se voit. L’avantage étant de pouvoir progresser très rapidement dans les niveaux en se servant du décor (Le bouton B va souffrir). Le décor est fortement sollicité dans la partie combat.

Pour ceux et celles qui s’attendent à un RPG tour par tour, vous risquez d’être fortement déçus puisque la partie combat s’apparente beaucoup plus à un Action RPG voire un Muso. Omega Force ayant participé cela ne semble pas très surprenant et si vous pensez qu’il suffira de marteler les boutons pour gagner, vous serez aussi déçus tant le jeu peut s’avérer punitif. En effet, le jeu est très nerveux et peut faire penser à un Muso dans sa partie combat avec plein d’ennemis à dézinguer sauf que je suis mort très souvent. L’esprit Persona semble conservé sur la difficulté. Pour éviter les morts stupides à base de « je fonce dans le tas, je bourrine et ça passera », le jeu va inviter très vite le joueur à user de la discrétion (ceci n’est pas un troll) et de son environnement. Il est possible d’affronter les ennemis en usant de l’embuscade pour leur faire très très mal (je conseille très fortement d’en abuser) et de l’environnement (voiture, lampadaire, cristaux de glace…) pour causer des dégâts ou des altérations d’état. Très vite, le joueur profite d’énormes possibilités pour se sortir de combats aussi nerveux que bordéliques. Les développeurs ont voulu respecter la franchise Persona en oubliant que la lisibilité a du bon quand on peut se faire défoncer en trois coups. Il y a des icônes de partout, des informations aussi, des effets visuels arc-en-ciel et à cela s’ajoute la possibilité de changer de personnages en cours de combat, de comboter, de faire des spéciales, des attaques différentes avec sa Persona. Très rapidement, les combats demandent une concentration de tous les instants pour ne pas se faire abattre par un blob en colère. Heureusement que l’expérience, l’achat d’équipement et la montée en niveau permettent de retrouver un peu de souffle en réduisant la difficulté de base.

P5S a aussi plein de sous-systèmes pour améliorer les personnages jouables : la montée en niveau qui améliore les statistiques des personnages, celles des Personas qui augmentent aussi, la possibilité d’avoir des Personas encore plus fortes, le lien entre les personnages qui va permettre de débloquer des améliorations pour l’ensemble de l’équipe, des bonus… et j’en passe. Il y a de quoi faire et tout cela avec des menus simples et intuitifs tout en étant très classieux. L’influence de Persona 5 se sent dans ce travail autour de l’interface. Les tutos sont aussi très présents pour expliquer tous les aspects du jeu.

Si vous avec aimez Persona 5 et que vous souhaitez prolonger l’expérience, P5S est un bon candidat pour peu que vous n’attendiez pas un vrai RPG tour par tour. Si vous cherchez un Muso alors le jeu n’est pas pour vous sauf à appuyer sur avance rapide plus 50% du temps. Si vous ne connaissez pas Persona 5 ou que vous n’avez pas eu l’occasion d’y jouer, P5S fait référence à son grand frère, mais pas au point de gâcher le plaisir du jeu. Pour ma part, j’ai une dizaine d’heures de Persona 5 Royal et je n’ai jamais eu l’impression d’être totalement largué, mais de voir des personnages qui se connaissent bien, se remémorer ce qu’ils ont vécu auparavant. Pire, ça m’a donné furieusement envie de continuer Persona 5 Royal quand j’aurais fini ce Strikers. Quant à mon avis sur le jeu en lui-même, j’ai peur de sa longueur et de sa répétitivité sur le long terme. J’ai bien accroché et ce mélange visual novel, Muso/A-RPG fonctionne assez bien. Les phases de combat sont très/trop chargées en plus de demander une concentration importante, les tunnels de dialogues peuvent aussi rebuter même s’ils sont bien écrits.

La version PC est de très bonne facture et aucune chute de framerate, ni de bugs à déplorer sur une machine qui commence à accuser son âge. Le jeu est parfaitement jouable à la manette. Je n’ai pas essayé au clavier/souris, le jeu ne s’y prêtant pas vraiment, surtout les phases de combat.

Titre : Persona 5 Strikers

Genre : Visual Novel/ A-RPG

Développeurs : Atlus, Omega Force, P Studio

Editeurs : Koch Media, Atlus, Sega

Plateformes : PS4, PC, Switch

Prix : 59,99€

Date de sortie : 23 février 2021

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *