Perfect Vermin

Il fait partir des meubles

Nous sommes nombreux à vivre parmi les meubles. Bois, plastique, formica, agloméré, leurs compositions, comme leurs fonctions, divergent. Mais tous ont une propriété commune fondatrice de l’ordre universel, dont toute altération menace l’équilibre établi du grand cosmos des frères Bogdanov : sa place dans l’espace habité. 

Dans Perfect Vermin, le joueur est invité à traquer le mobilier qui dépasse des rangs. Non pas pour les sauver, ces meubles, mais pour les briser à grands coups de masse. Par exemple ce fauteuil de bureau, qui expose avec arrogance ses accoudoirs molletonnés loin des rangs de ses congénères, tous bien rangés derrières leurs bureaux attitrés. Si tous les meubles sont destructibles, seuls les déviants dévoilent un intérieur organique, dans un râle et un bruit de pastèques éclatées. Un aspect charnel qui, de l’aveu de l’artiste Maceo bob Mair, s’inspire entre autres de la “scène de la TV” du film Videodrome de Cronenberg.

Dans un décor d’open-space, on traque donc les chaises isolées, un fax posé au sol, un WC en trop. Tout ce qui jure avec l’ordonnancement habituel est à détruire, comme autant de métastases dans l’architecture intérieure. La métaphore médicale est d’ailleurs subtilement évoquée. Mais avant les interprétations méta, Perfect Vermin est surtout un défouloir original, réalisé avec le plus grand sérieux jusqu’à sa bande-son. C’est une pause de 20 minutes agréable pour ceux qui suspectent leur guéridon de sombres manigances.

perfect verminSite officiel

Développeur : Maceo bob Mair, Angad Matharoo

Gratuit

PC (itch.io, Steam)

Bofang

J'écris pour justifier le temps perdu à jouer pendant que d'autres montent des start-up.