Enlisted

Enlisted est un jeu que j’avais en ligne de mire depuis plusieurs années mais que je n’avais jamais vraiment regardé de près car c’était un Free To Play qui n’était pas sur Steam mais fait partie du pack de Gaijin Entertainment (War Thunder ça vous dit quelque chose ?). Qui dit F2P dit souvent un système de progression avec du grind et malheureusement de nombreuses tentatives de vous faire débourser de l’argent pour tout et n’importe quoi. Tous ne sont heureusement pas ainsi (Merci Apex Legends qui continue d’évoluer dans le bon sens) mais War Thunder est en revanche devenu un jeu limite Pay To Win avec un grind conséquent. J’avais de quoi craindre quelque chose du genre avec le même éditeur (et comme on dit à la rédac, bofang échaudé craint l’eau turquoise).

Le jeu sans être au top du genre arrive quand même à plaire à la rétine

Mais c’est quoi en fait ? Sous ses airs de énièmes FPS multijoueur sur la seconde guerre mondiale, Enlisted propose une expérience assez arcade, reminiscente des anciens Battlefield (même si je m’engage un peu à ce niveau) et basée sur un gameplay d’escouade… menée par le joueur mais remplie par l’IA. Ah. Voilà qui est étrange et nouveau.

Le côté cosmétique n’est pas customisable et est prédéfini par escouade.

En effet, ce ne sont pas les FPS avec escouades qui manquent sur le marché (Hell Let Loose et Post Scriptum sont les plus remarqués du genre pour ce qui est de la seconde guerre mondiale) mais en général ceux-ci sont basés sur une expérience la plus réaliste possible avec un jeu d’équipe (avec l’utilisation du micro pour communiquer) plus que nécessaire à la réussite des missions sur des cartes assez grandes et qui nécessitent donc un nombre de joueurs suffisant pour offrir une expérience qui en vaille la peine. Ce sont des jeux que j’apprécie mais il faut avouer que les batailles prennent vite un temps conséquent à jouer et que le système de progression est assez minimaliste.

Ah y a un truc qui brûle…

Dans Enlisted, Il vous faudra d’abord choisir une campagne (il y en a actuellement deux, Moscou et Normandie, qui sont disponibles dans la beta ouverte, une troisième « Berlin » est en beta fermée et une quatrième « Tunisie » est en préparation) qui offre côté Allié et côté Axe chacun, trois escouades de base prédéfinies. Vous pouvez avoir jusqu’à quatre escouades par côté (Allié/Axe): une pour les véhicules et trois d’infanterie (six si vous êtes en premium mais je parlerai de l’aspect progression/payant plus bas). Chacune a un focus (Assaut, Infanterie, Ingénieur, Snipeur) qui détermine son évolution et le rôle de son meneur. Et puis au fil de son gain d’expérience elle pourra être customisée pour avoir certains rôles en plus. Une escouade d’assaut pourra donc éventuellement avoir une place pour un radio ou un mitrailleur en plus de ses éléments habituels. Chaque soldat supplémentaire devra être recruté et armé. Il est bien sûr possible d’adapter l’équipement et les compétences de chaque soldat existant.

Moi aussi je veux des avantages !

Une fois une partie lancée (soit avec le côté choisi soit en laissant le jeu choisir pour vous), vous devrez sélectionner l’escouade à jouer et dont vous incarnerez le chef par défaut. Mais vous pouvez d’une simple touche passer d’un personnage à l’autre. Même chose lorsque vous mourrez vous sélectionnez alors le prochain soldat de l’escouade encore vivant que vous désirez incarner (vous le prendrez alors au beau milieu d’une action, quitte à ce qu’il en meure d’ailleurs) afin d’être toujours dans l’action ou au plus prêt de celle-ci. Si toute votre escouade est décimée, il faut alors passer à la suivante de votre liste qui est disponible (il faut un certain temps pour qu’une escouade soit à nouveau disponible donc pas question de relancer avec la même).

Frère Hans, ne vois tu rien venir ?

L’action elle se situe sur des cartes de taille moyenne avec des objectifs très classiques style Battlefield (capture de points ou défense/attaque de progression) mais avec beaucoup de joueurs humains (une bonne dizaine de chaque côté), avec beaucoup de bâtiments ou couverts ce qui ajoute à l’intensité de l’action. Car c’est vraiment à ce niveau qu’Enlisted se démarque : le tout est arcade, avec un bon feeling des armes, un tir au but est synonyme soit de mort soit de blessure car malgré une barre de vie, les dégâts sont importants et la mort rapide.

Explosions, destructions de certains éléments de décor, persistance des chars détruits, mais c’est la guerre mon général !

En cas de blessure et si le soldat dispose d’un kit de soin, il est à genoux comme dans un battle royale et peut tenter de se cacher pour se relever. Il faut donc parfois confirmer « ses kills » mais on apprécie d’avoir parfois une chance de se venger. L’IA n’étant pas glorieuse, par défaut, vos hommes vont vous suivre, tirer sur tout ce qu’ils voient quand ils font face au bon endroit et en général mourir bêtement, ce qui va pousser les joueurs à tenter de contourner l’ennemi tout en sachant que s’il y a un avantage à avoir son escouade avec soi (pour l’aide au combat mais aussi pour ressusciter ou passer à un soldat équipé différemment, avec un bazooka par exemple) la majorité de votre escouade sera composée de trouffions de base que vous aurez équipés du mieux que vous pouvez.

La carte de sélection est visible en temps réel avec les explosions en prime

Reste que le tout est très intense, chars, avions, bombardement d’artillerie, possibilité de construire des sacs de sable ou des points de réapparition tout en devant combattre et capturer les points avant la fin des « tickets » disponibles de votre côté. Tout ça en mourant et en reprenant une seconde après avec un autre personnage. Vous avez au final assez peu de moments où il faut juste gambader vers son objectif comme dans les autres titres du genre. Et c’est là qu’est la force du jeu selon moi.

Tir au but

Parlons maintenant du système de progression de ce Free To Play. Pour l’instant dans la beta (c’est donc sujet à changement), il y a une seule monnaie en jeu qui peut être utilisée pour acheter des escouades, des tickets d’armes ou le season pass. Celui-ci (pour environ 9€) n’offre en fait que deux emplacements d’escouade en plus, des récompenses journalières en plus (un peu mesquin à ce niveau), de l’expérience supplémentaire pour celles-ci et quelques récompenses sous forme de monnaie en jeu qui remboursent donc le season pass et permettront d’acheter le suivant pour vous poussez à continuer à jouer ainsi que des cartes (pour la majorité récupérables avec ou sans le season pass), d’équipement ou de personnages qui permettent d’acheter, comme leur nom l’indique à défaut d’avoir un design agréable, de l’équipement et des personnages en plus pour vos escouades.

Un avion sur une zone aussi petite, vous allez passer beaucoup de temps à tourner

De ce côté ça peut être un peu bloquant parfois, on peut en effet récupérer un soldat d’assaut en plus mais si c’est pour qu’il soit équipé comme une soldat d’infanterie de base ça n’a pas grand intérêt, donc les cartes d’équipement peuvent vite venir à manquer (et évidemment vous pourrez en acheter avec du vrai argent…) mais le jeu récompense assez souvent avec des cartes donc je n’ai jamais ressenti le besoin de le faire mais je me suis focalisé que sur un seul côté, un joueur qui voudrait débloquer tout ce dont il a besoin pour toutes ses escouades alliées ou axe, devra probablement passer à la caisse. Là où les choses sont réellement embêtantes c’est au niveau de la progression de la campagne.

ça secoue chef!

De fait, plus vous jouez, plus vous progressez dans la campagne, ce qui va débloquer des escouades, des personnages ou des armes suivant le niveau atteint. Et je peux déjà dire qu’il faudra un paquet d’heures de jeu pour terminer les 26 niveaux de chaque campagne. C’est un problème car évidemment certaines véhicules ou personnages ont des atouts non négligeables : le lance-flammes qui est dévastateur, l’antichar qui peut espérer venir à bout d’un char ennemi plutôt que de juste espérer faire mouche avec un explosif, le radio qui peut appeler un tir de barrage, bref tout ceci va permettre à certains joueurs d’avoir des escouades plus dangereuses ou efficaces suivant la situation et s’il est certes possible pour tout le monde d’atteindre le même niveau, cette progression un peu lente qui s’apparente à du grind (quand même pas au point de ce qui est nécessaire pour débloquer un véhicule dans War Thunder heureusement) n’est pas trop à mon goût.

War is hell, et mes tankistes sont rôtis

Avec les free to play, il est souvent acquis que d’une manière ou d’une autre on essaiera de vous faire passer à la caisse. Quand c’est uniquement via des éléments cosmétiques, c’est quelque chose qui ne me pose aucun problème mais lorsque ça touche au gameplay ou à la progression, j’avoue être moins enthousiaste à ce niveau et je conseillerai donc la prudence en ce qui concerne Enlisted tant qu’il est en beta, sans savoir ce que demandera la version officielle finale. Reste que niveau gameplay, le jeu est solide, immersif, nerveux, assez joli et n’a surtout presque jamais de temps morts. J’ai donc envie de le recommander en tout cas à ceux qui ne sont pas allergiques aux F2P tout en rappelant que si l’expérience est plaisante, elle n’est pas réaliste et l’IA des coéquipiers est aux fraises. Bref ce n’est pas un titre parfait mais assez fun à jouer.

Développeur : Darkflow Software

Editeur : Gaijin Entertainment

Genre : FPS Multi-joueurs en ligne

Prix : F2P

Site web

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *