Les Belles Personnes

Etre original en matière de bande dessinée, c’est à peu près aussi difficile que dans les autres Arts, tout ou presque a déjà été fait. Le parti pris de Les Belles Personnes est de surfer sur la vague des super héros en prenant un chemin de traverse. D’une simple idée dont vous aurez la génèse en ouvrant la BD, Chloé Cruchaudet décide de parler des héros ordinaires, ceux et celles qui parsèment le quotidien.

Partant de cette idée, elle aurait pu se référer à sa simple expérience ou en créer pour donner corps à un récit courant sur l’ensemble de sa BD sans chercher beaucoup plus loin. Elle aurait pu le faire, mais elle a décidé de demander à d’autres de le faire en racontant à leur manière celui ou celle qui sort de l’ordinaire. En partant de ce matériau, elle va reprendre textuellement le récit et le mettre en images, apporter sa touche personnelle ou simplement le tordre pour faire vivre le récit autrement. En commençant la lecture, on se prend au jeu de découvrir la mise en image, mais aussi l’interprétation de Chloé Cruchaudet qui ne s’interdit à aucun moment de tordre l’histoire racontée par un autre pour lui apporter une dimension supplémentaire ou au contraire, le dévoiler sans aucun changement. Un très bel exercice de style.

Chloé Cruchaudet aurait pu simplement se limiter à son interprétation des textes envoyés avec une mise en images et laisser le lecteur frustré de ne pas découvrir les textes originaux, sauf que la dernière partie du livre est consacrée à la reproduction de tous les textes dans leurs formats originaux. La boucle est ainsi bouclée.

En conclusion, Les Belles Personnes fait partie de ces BD qui font du bien et rappelle que la réalité est parfois (souvent) plus intéressante que la fiction. L’autrice s’empare de ces textes pour leur donner une autre dimension par son dessin et son interprétation. Un bel ouvrage à découvrir.

Genre : BD de super héros sans le super.

Autrice : Chloé Cruchaudet

Dessinatrice : Chloé Cruchaudet

Editeur : Soleil

144 pages

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *