Sunday Gold

Oh, un jeu d’aventure dans un futur pourri et dystopique, on peut dire que Sunday Gold est fait pour nous (Vous l’avez ? C’est bon, on peut y aller) !

Sunday Gold se déroule dans un Londres crasseux, pendant les années 2070. Le monde est sous le joug de méga-corporations, tenues par des gens peu scrupuleux du bien-être de leurs employés.

En route pour vous jouer un mauvais tour

Dans ce point and click, plusieurs mécaniques s’entrecroisent et forment un tout cohérent, mais pas toujours lisible. La première chose à saisir, c’est que toutes vos actions sont régulées par un nombre de Points d’Action disponibles par tour. Chaque action disponible prend plus ou moins de PA. Les points d’intérêt de chaque scène se survolent à la souris, et bien souvent, plusieurs actions sont possibles par point.

Exploration qui tourne mal

Chaque morceau de l’aventure se découpe en plusieurs scènes, parfois accessibles dès le début, parfois pas. Explorer chaque zone attentivement est primordial pour non seulement avancer dans l’aventure mais aussi pour préparer des combats pas toujours faciles. Il n’y a bien souvent qu’une liste d’actions à faire pour progresser dans le scénario.

Vous pouvez de temps en temps explorer un endroit optionnel pour récupérer quelques consommables ou objets à collectionner mais l’aventure est plutôt linéaire. Lorsque vous ne pouvez ou ne voulez plus faire d’actions, terminez votre tour. Selon la scène et certains paramètres que l’on évoque plus bas, les ennemis font alors leur action à ce moment-là.

La BAGARRE

Des combats surviennent régulièrement, qui se déroulent eux aussi en tour par tour. Les PA utilisés en exploration sont utilisés de la même manière en combat. Les attaques et les compétences consomment des PA. Se mettre en garde permet d’en regagner un certain nombre.

Le reste est assez classique, vous avez des attaques d’un certain type, en fonction des équipements, des compétences, des objets etc… Une piste d’initiative indique dans quel ordre les personnages font leur action. Chaque adversaire a un type de défense lui octroyant force et faiblesse. Cependant, tous ont un certain nombre de points d’armure.

Quand celui-ci tombe à 1 ou 0, il devient sonné pendant un tour. A vous de trouver les bonnes stratégies pour mener à bien vos combats. Comme tout jeu avec des pourcentages, cela peut être injuste ou frustrant, mais globalement, tout est assez simple.

tatatatin tatin tatatatiiiiiin

Dans les scènes d’exploration, vous avez à résoudre des énigmes pour progresser. Cela peut être un mot de passe à trouver, un mécanisme à actionner correctement. C’est suffisamment varié et intéressant pour apporter de la diversité dans un jeu d’aventure. Vos succès vous rapportent de l’expérience, et vous gagnez des niveaux, ce qui débloque des compétences.

Là encore, mécanique classique correctement mise en place. Vous contrôlez 3 personnages, avec chacun leurs caractéristiques. Frank est observateur, Sally une force de la nature et Gavin est un hacker. Lors de vos péripéties, vous devez gérer le sang-froid de votre équipe. Chaque échec, chaque perte de temps est pénalisé avec une baisse de sang-froid. Cela occasionne des crises de panique et événements impromptus, venant perturber vos actions.

Séance de crochetage

En dehors de mécaniques bien réalisées, l’ambiance de Sunday Gold est le gros plus du titre. Cette ambiance de film noir, dans un futur crasseux et dystopique fonctionne à merveille. Le “méchant” est un milliardaire vulgaire, patron d’une méga-corporation. Un cliché du genre qui marche à merveille. Tout dans Sunday Gold transpire la société corrompue.

Des jeux cruels, des écarts de richesse indécents, des traitements de personnel catastrophiques. Tout fout l’camp et chaque scène est là pour vous le rappeler. De nombreux éléments de design font écho à l’ambiance film noir, comme l’effet VHS qui apparaît lorsqu’on se déplace ou les panneaux de sons qui apparaissent ici et là.

Et TWHACK, BWRAM, PSHURF

Le studio canadien BKOM et l’éditeur Team17 ont fait un sacré boulot avec Sunday Gold. Certes, le jeu n’est pas d’une grande complexité technique mais sa proposition est complète et cohérente. J’aurais apprécié un peu plus de liberté pour résoudre les énigmes, et un peu plus de fausses routes, apportant confusion et lore de cet univers. Hormis ces détails, c’est un grand oui pour Sunday Gold. Une démo sur Steam est disponible pour achever de vous convaincre !

Genre : Aventure / Point-and-Click
Développeur : BKOM Studios
Éditeur : Team 17
Plateforme : PC (Steam)
Prix : NC
Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

LupusVII

Cliché de geek, boit trop de café, a des projets par dizaines et un backlog de plusieurs vies. Je troque volontiers quelques heures de sommeil à écrire des articles pour vous convaincre d'en perdre également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *