Squad 51 vs The Flying Saucers

Dans le genre jeu de niche dans la niche, Squad 51 vs The Flying Saucers est directement passé dans mon top 3 avec sa mécanique de Shmup et sa direction artistique très originale. Cela suffira t-il à le rendre intéressant aux yeux des joueurs ?

Squad 51 vs The Flying Saucers s’inspire très fortement des films de science-fiction des années 50 pour développer, entre autres, sa narration : des gentils humains contre des méchants extraterrestres. L’histoire passe très rapidement au second plan pour se concentrer sur l’ambiance.

D’ailleurs, je joue en portugais sous titré et ça ne me gêne pas pour comprendre que les méchants sont méchants et les gentils, c’est le joueur avec les autres qui restent en arrière pour le regarder faire tout le boulot. A noter que les cinématiques du jeu mélangent prises de vues réelles et images de synthèse pour un rendu assez original. Le joueur est vraiment plongé dans l’ambiance, même si elles sont trop longues pour leur propre bien.

Pew pew en noir et blanc.

Une fois n’est pas coutume, c’est par la direction artistique que je vais commencer. Les développeurs ont poussé le vice jusqu’à reprendre les effets spéciaux des films SF des années 50, avec les soucoupes volantes qui semblent attachées à des fils, ainsi que le noir et blanc. Il faut saluer la prise de risque, mais aussi admettre que cela nuit à la lisibilité de l’ensemble. Le noir et blanc ne permet pas de toujours bien voir ce qui se passe à l’écran, notamment lors des très nombreuses explosions.

Si cela fait partie de l’ambiance, elle empêche de jouer dans des conditions optimales. Au delà de ces considérations, la direction artistique est clivante par son parti pris radical. En rendant hommage au cinéma SF des années 50, Squad 51 s’adresse à une frange réduite du public. Des amateurs du genre qui se doivent en plus d’aimer jouer au Shoot Them Up.

Ambiance, ambiance.

Concernant le gameplay, Squad 51 vs The Flying Saucers est assez classique avec un scrolling horizontal et des ennemis qui viennent en escadrille pour tenter de freiner notre avancée. Il existe différents vaisseaux, types de munition et des petits pouvoirs pour améliorer le tout. Rien de novateur sauf que les défaites comme les victoires permettent de débloquer de nouvelles aptitudes.

J’ai apprécié de pouvoir utiliser d’autres pouvoirs malgré mes nombreuses défaites. C’est toujours agréable de ne pas être bloqué dans la partie personnalisation de son expérience de jeu quand on n’est pas aussi bon que le jeu le voudrait. La difficulté du jeu étant suffisamment relevée, ce petit coup de pouce est bienvenu.

C’est sympa à regarder.

En résumé, Squad 51 n’est pas le Shmup qui va révolutionner le genre. Sa direction artistique clivante et s’adressant à une frange limitée de joueurs risquent de le desservir plus que de le mettre en lumière. Le parti pris est audacieux et il faut le souligner, mais cela se fait au détriment de la lisibilité alors que le Shmup en demande beaucoup pour apprécier le gameplay. Un jeu qui peut plaire si on aime le Shmup et la SF version années 50.

Genre : Shmup 50’s

Développeurs : Loomiarts et Fehorama Filmes

Editeurs : WhisperGames et Assemble Entertainment

Plateformes : PS4, Switch, Xbox One et Steam

Prix : 16,79€

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.