Lost Judgment

On va faire un truc assez novateur cette fois-ci en testant un jeu déjà sorti depuis quelques temps et auquel tout le monde a dû jouer : Lost Judgment. Bref la nouveauté et la fraîcheur, c’est clairement chez Dystopeek. Alors, pourquoi tester aujourd’hui un jeu déjà sorti il y a un an déjà sur Playstation 5 / Xbox series et il y a maintenant quelques semaines sur PC ?

La réponse est assez simple, j’ai été assez outré de constater qu’aucun des épisodes de la série Yakuza et de son spin-off Jugement n’a jamais été testé en ces lieux de perdition. En même temps, vu le nombre de gens peu fréquentables et amateurs de comics qui traînent ici, plus rien ne me surprend. Accessoirement, je viens de finir le jeu que j’ai beaucoup aimé (oui, c’est un spoiler).

Pour ceux qui l’ignorent, Yakuza est une série lancée par Sega au tout début des années 2000 et dont le premier épisode racontait l’histoire de Kazuma Kiryu, surnommé le Dragon de Dojima, yakuza du clan Tojo, incarcéré pendant des années pour un crime que son patriarche lui a demandé d’endosser pour le bien du clan.

La série, longtemps restée exclusive aux machines de Sony, s’est prolongée sur plusieurs générations et a connu des spin-off divers et variés dont un étrange jeu de survie en milieu zombie. Après une difficile ouverture à l’ouest (beaucoup de textes à traduire et des perspectives commerciales incertaines expliquant cela), Yakuza est désormais une série forte de sept jeux officiels et cinq spin off.

Choc tellurique, le septième épisode de la saga principale a troqué l’appellation Yakuza pour endosser celle de Like a Dragon (en réalité, la traduction littérale du nom de la série au Japon) et abandonné le système de jeu traditionnel de la série, à base de Beat’em all, pour des combats au tour par tour. Oui, ce cousin éloigné du mythique Shenmue abandonne ainsi les combats en temps réel pour se réinventer en tactical RPG avec des combats en équipe qui rappelleront des souvenirs aux amateurs de RPG nippons.

Heureusement pour les fans de baston les plus primaires, Sega a eu la bonne idée de créer, entre temps, une série dérivée qui raconte sur les aventures de Takayuki Yagami, ancien avocat japonais reconverti en détective privé après avoir fait innocenter un meurtrier en série et causer la mort d’une jeune femme bien malgré lui.

Désormais à son compte, il fait équipe avec Kanto, un ancien yakuza viré manu militari du clan Tojo et vit en grande partie des petits boulots que lui procure son ancien cabinet d’avocats. Si le premier épisode, sorti en 2019 sur Xbox One et Playstation 4, se focalisait, du moins en début d’aventure, sur une affaire de meurtres en série dans le monde du crime tokyoïte, le deuxième opus, Lost Judgment, disponible depuis peu sur PC, évoque la question récurrente du harcèlement en milieu scolaire.

Yagami est ainsi contacté par des confrères détectives privés pour les aider à enquêter sur de possibles faits de harcèlement dans un lycée huppé. Le proviseur, inquiet des retombées médiatiques potentielles, souhaite enquêter au sein de son établissement, quelques années après un suicide survenu quelques années plus tôt.

Comme tous les jeux estampillés Yakuza, la trame, très cinématographique, assez bavarde et découpée en chapitres, sera régulièrement entrecoupée de missions annexes parfois burlesques et lunaires et d’activités et mini-jeux divers et variés (cours en skateboard, épreuve de drones, jeux de fléchettes, jeux d’arcade etc.). Voilà de quoi laisser au joueur le temps de respirer entre les multiples rebondissements de l’intrigue principale qui prendra une grosse vingtaine d’heures.

Yagami a laissé derrière lui son attirail d’avocat pour trancher les litiges d’une manière plus frontale, à grand renfort d’arts martiaux et de poings dans la tronche. Une méthode pour faire apparaître la vérité et faire revenir dans le droit chemin les criminels les plus endurcis qui semble démontrer une efficacité certaine, même si elle laisse probablement subsister de très légers problèmes d’éthique.

Les amateurs de jeux de baston, surtout ceux qui pratiquent les jeux Sega depuis des années (décennies ?) ne seront pas vraiment surpris par le gameplay. Yagami se bat comme dans un beat’em all 3D (Virtua Fighter évidemment, même si Die hard arcade ou Spikeout viennent également à l’esprit). Pour simplifier : un bouton pour les coups, un bouton pour agripper l’adversaire, un autre pour les parades et un pour la garde.

Des combos et des coups spéciaux sont bien évidemment au programme pour dérouiller quiconque osera se mettre en travers du chemin de nos deux personnages principaux. Plus subtil, la série propose d’alterner, en pressant sur une simple touche, plusieurs styles de combat. Si le premier épisode vous permettait de vous battre en adoptant le style de la grue ou du tigre, Lost Judgment y ajoute désormais le style du serpent, fait de contre-attaques fulgurantes et dévastatrices.

Pro tip : investissez donc dans ce dernier style de combat et vous massacrerez sans trop souffrir (en tout cas dans le mode de difficulté standard) l’ensemble des boss qui oseront se dresser contre vous. En effet, chacun des styles peut être amélioré à l’aide de points de compétences que vous gagnerez après chaque combat et/ou chaque événement.

Cela vous permettra d’augmenter l’endurance, la stabilité, la puissance du personnage et, surtout, de débloquer diverses parades et coups spéciaux qui s’avèreront particulièrement utiles. Histoire d’être exhaustif, il convient également de préciser que, comme dans tout bon jeu de combat qui se respecte, il existe une jauge qui grimpe progressivement au cours des affrontements et qui vous permettra, en pressant l’une des gâchettes, de rendre Yagami encore plus surpuissant pendant un temps limité.

A noter que lors de certaines séquences clés, notre détective en reconversion professionnelle sera rejoint par certains de ses alliés pour des bastons encore plus homériques. Bref, Lost Judgment dispose d’un système de combat jouissif et très complet qui ne pourra que réjouir le joueur bourrin et/ou amateur d’arcade.

Et ça tombe bien car vous aurez tout loisir de pratiquer puisque tout le monde ou presque semble vouloir vous faire la peau. Yagami sera ainsi régulièrement pris à partie au cours de ses déambulations par tout ce que la ville compte de yakuzas, loubards et autres poivrots. N’oubliez donc pas de développer ses multiples compétences pour progresser dans l’intrigue.

En parlant de l’intrigue, celle-ci vous amènera à visiter assez régulièrement les locaux du lycée Seiryu où vous aviez été chargé d’enquêter sur des faits de harcèlements passés et présents. Accessoirement, cela vous permettra de rencontrer les membres de plusieurs clubs (danse, mystères, robotique) et d’accéder à de nouvelles sous intrigues et à du matériel introuvable assez ailleurs.

L’air de rien, si l’intrigue principale, plus complexe qu’elle n’en a l’air de prime abord, peut être bouclée en ligne droite en une bonne vingtaine d’heures, le joueur qui souhaiterait se lancer dans les intrigues et activités annexes risque bien de doubler ou tripler son temps de jeu.

Au chapitre des améliorations, les séquences de filature m’ont semblé moins nombreuses et moins fastidieuses que dans le premier opus tandis que le système de combat, encore amélioré, est encore plus jouissif. Même si je ne peux que regretter le protagoniste de la série principale, force est de reconnaître que les aventures de Yagami se suivent avec le plus grand plaisir et que ce nouveau chapitre de la série Yakuza est, une fois encore, une belle réussite.

Au chapitre des regrets, on ne pourra que déplorer la réutilisation massive des assets entre ce Lost Judgment et Yakuza 7 : like a dragon. En effet, une bonne partie du jeu se déroule dans les mêmes rues que Like a Dragon. Le moteur étant le même, la sensation de déjà-vu est particulièrement forte. C’est bien simple, à un moment, je me suis spontanément dirigé vers la boutique d’occasion d’un vendeur rencontré dans Like a Dragon sans même réaliser que je ne l’avais pas encore vu dans ce jeu.

De même, les séquences de parkour, bien que brèves et finalement pas si nombreuses, restent tout de même un brin fastidieuses. Il est probablement un peu dommage également que les phases d’enquête soient aussi peu développées vu le thème du jeu. Ces quelques défauts ne sauraient en aucun cas occulter les nombreuses qualités du jeu et la chouette galerie de personnages rencontrés au cours des pérégrinations de notre héros.

La série Yakuza semble définitivement increvable et ce n’est certainement pas moi qui m’en plaindrai. Bref, voilà un jeu que je ne peux que chaudement recommander et qui peut être apprécié par ceux qui n’ont pas joué à Judgment. Bien évidemment, l’ambiance ne pourra que parler à tous ceux qui vouent une certaine fascination à l’empire du soleil levant.

Quant à ceux qui ne connaissent pas encore la série (ne soyez pas dupes, je vous juge), Lost Judgment peut constituer une excellente entrée en matière.

Genre : Beat’em all / Aventure

Développeur : Ryu ga Gotoku Studio

Éditeur : SEGA

Plateforme : PC, PS5, Xbox X|S

Prix : 59.99€ (PC)

Date de sortie : 14 septembre 2022 (PC)

Baalim

Vieux joueur, atariste convaincu, collectionneur de trucs bizarres et hétéroclites, geek à ses heures perdues, pratiquement certain de n’avoir rien signé et de ne pas être payé, il se demande encore ce qu’il fait là.