Monster Train – The Last Divinity DLC

L’an dernier, j’avais adoré Monster Train. Certains diront même que j’étais accro. Du coup, pour la sortie de leur premier DLC, The Last Divinity, je me suis empressée de relancer le jeu… et je suis retombée la tête la première dans mon addiction. Le jeu de base était très bon, mais que vaut le DLC, et surtout, qu’apporte-t-il au jeu ?

Je ne vais pas vous expliquer les bases du jeu, j’assume que si vous lisez ceci, vous savez déjà en quoi consiste le jeu de base. Si ce n’est pas le cas, je vous conseille d’aller d’abord lire l’article de SA_Avenger. Et de jouer un peu au jeu de base avant de vous diriger sur ce DLC. De toute façon, le nouveau clan nécessite d’avoir fini le premier rang de covenant pour se débloquer. Si certains ont crié au scandale, je ne trouve pas le pré-requis excessif, il suffit de simplement finir un run en mode normal (deux si vous comptez covenant 0, qui est plus un tutoriel qu’autre chose).

Le nouveau clan

Concentrons nous sur les nouveautés donc. Et tout d’abord le nouveau clan, le Peuple Ver (Wurmkin en VO). Les mécaniques de jeu autour de ce clan se basent sur un nouveau type de compteur. Les échos s’ajoutent à chaque palier en fonction des cartes que vous jouez et peuvent ensuite être utilisés pour booster vos troupes ou causer des dommages aux ennemis. Le clan demande un petit temps d’apprentissage mais une fois pris en main, il offre des synergies intéressantes avec ceux du jeu de base.

Les échos

L’un des ajouts majeur de The Last Divinity est l’introduction d’une nouvelle mécanique de jeu, les éclats de pacte. En effet chaque étape offre maintenant un ou plusieurs pactes pouvant vous rendre très puissants, mais cette puissance a un prix. Pour chaque pacte accepté, le nombre correspondant d’éclats s’ajoute au compteur. Au plus ce compteur est élevé, au plus la difficulté augmente, donnant des avantages à l’ennemi. A vous de trouver la juste balance entre puissance et punition.

L’un de ces pactes, justement, permet de combiner deux troupes en une, sacrifiant la première pour rendre la seconde encore plus puissante. Une mécanique intéressante qui permet à la fois de réduire le nombre de cartes dans votre deck et de renforcer votre équipe.

Un exemple de pacte

Autre ajout notable enfin, un nouveau boss final qui donne son nom au DLC : The Last Divinity. Accessible (ou pas, selon vos choix) après avoir vaincu Séraph, il offrira un nouveau challenge même à ceux qui ont déjà écumé Monster Train. J’avoue, lors de ma première rencontre avec lui, je me suis prise une raclée en quelques tours, alors même que mon deck m’avait permis de facilement écraser Séraph au tour précédent. Si vous ne voulez pas vous y frotter cependant et finir votre run après Séraph comme précédemment, il vous suffira de faire attention et maintenir votre compteur de fragments en dessous de 100. A vous de décider quand vous voulez un peu plus de challenge ou si votre deck est assez solide pour vous y frotter.

The last divinity

En plus de tout cela, le DLC contient également de nouveaux artefacts, évènements, cartes, mutateurs, et défis. Bref, de quoi étayer votre expérience avec Monster Train et relancer l’intérêt pour les joueurs de longue date. En fait, je pense que c’est même ces derniers qui apprécieront le plus The Last Divinity. En effet, il y a assez de contenu dans Monster Train de base pour vous occuper pendant de longues heures et je ne conseillerais pas aux débutants de se lancer directement dans ce DLC. Par contre, les vétérans apprécieront la fraîcheur et le défi apporté par ce DLC.

Nouvelles cartes

En tant que convaincue par Monster Train, j’ai adoré les ajouts de The Last Divinity. Comme indiqué précédemment, je recommande d’avoir déjà bien joué au jeu de base avant d’ajouter ce DLC à votre bibliothèque de jeux. Cependant si comme moi vous aimiez le jeu original, vous pouvez y aller les yeux fermés. Sur ce, je vais retourner me faire un petit run. Plus qu’un, je promets j’peux arrêter quand je veux…

Site officiel

Développeur : Shiny Shoe

Éditeur : Good Shepherd Entertainement

Plateforme : Steam, GoG, Xbox One, Windows Store

Date de parution : 25 Mars 2021

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

EvilBlackSheep

Experte en procrastination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *