DystosealJeux vidéoJouer

Balatro

Hé, pssst. Vous. Oui, vous, qui lisez cet article. Vous cherchez une dose de crack ? Vous tombez bien, Jimbo le joker en a une à vous vendre. Non, non, n’appelez pas la police, elle est totalement légale. Elle s’appelle Balatro et c’est un roguelike à base de cartes, déguisé en jeu de poker solo. Si vous ne vous cherchez pas une nouvelle addiction, mais que vous êtes tout de même intéressés par le genre, continuez (à vos risques et périls).

Balatro tombe directement dans le panier des jeux faciles à prendre en main, mais durs à parfaitement maîtriser. Les bases sont simples, surtout si vous avez déjà joué au poker. Mais, me direz-vous, comment joue-t-on au poker en solo ? Et bien, c’est simple. Au lieu de devoir battre vos adversaires, vous devez simplement atteindre un score donné, qui augmente à chaque round. Pour cela, vous disposez de votre paquet de cartes, des mains classiques du poker (paire, brelan, full, quinte et j’en passe).

Si vous n’avez pas l’habitude de jouer au poker, ne vous inquiétez pas, Balatro a pensé à vous et dispose d’un mémo consultable à tout moment, où vous pouvez également voir le niveau actuel de chaque main ainsi que le nombre de fois où vous l’avez utilisée durant cette partie.

Comme je vous le disais, le jeu est facile à apprendre. Et bien entendu, meilleure est votre main, plus vous marquez de points, le score étant déterminé par un nombre de jetons et un multiplicateur.

Bien sûr, toute la difficulté de Balatro réside dans votre capacité à atteindre le score cible pour chaque round, et celui-ci augmente assez vite. Ne vous affolez pas, cependant, car contrairement au poker classique, vous allez pouvoir tricher. Enfin quand je dis tricher, je parle plus d’altérer les règles et votre paquet de cartes. Pour cela, entre chaque round, vous pourrez acquérir diverses cartes et coupons avec vos quelques piécettes durement gagnées.

Ces cartes ne viendront pas nécessairement s’ajouter à votre paquet, mais le plus souvent le modifier, de façon plus ou moins spectaculaire. Les stars du show sont bien entendu les différents jokers, qui altèrent souvent les règles. Cependant, il ne faut pas amoindrir l’importance des autres types de cartes, qui elles, permettent souvent de modifier votre paquet, y ajouter de nouvelles cartes ou encore augmenter la valeur de chaque main. Il est extrêmement dur d’en faire une liste exhaustive dans ce test (et une partie du plaisir du jeu est aussi basé sur la découverte de ces possibilités).

Dans Balatro, il est donc possible, si vous êtes un peu chanceux et si vous choisissez judicieusement, d’arriver à avoir un deck comportant une vingtaine d’as ou encore un deck bicolore. Et il est donc, par conséquence, possible de jouer des mains inédites telles que cinq cartes d’une même valeur, une full house flush ou encore plus extravagant, cinq cartes strictement identiques. À vous, au cours de vos parties, à découvrir quelles sont les meilleures synergies et quelle méthode vous convient le mieux pour arriver à atteindre les scores cibles.

Mais la meilleure façon de comprendre pourquoi beaucoup de gens sont accros à Balatro depuis sa sortie, c’est encore d’y jouer. Car je pourrais vous en parler des heures, ça ne retranscrirait pas la sensation de voir le compteur de score augmenter, de pouvoir jouer des mains toujours plus folles ou encore le plaisir simple d’ouvrir des boosters packs de cartes. Balatro a trouvé la recette de la génération de dopamine chez le joueur, et s’en sert à son avantage.

Au final, Balatro est la grosse bonne surprise de ce début d’année en matière de roguelike et de deckbuilding. Soyez prévenus que vous risquez, vous aussi, de tomber dans l’addiction si vous vous y mettez, mais au moins, elle n’est dangereuse ni pour votre santé, ni pour votre portefeuille.

Je n’en dirais pas autant pour votre productivité. Sur ce, moi, je vous laisse, j’ai des choses à faire. Après une dernière petite partie, après, promis, j’arrête.

Site officiel

Développeur : LocalThunk

Éditeur : Playstack

Plateforme : Steam, Switch, Playstation, Xbox

Date de parution : 20 février 2024

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

EvilBlackSheep

Experte en procrastination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *