Ghostbusters: Spirits Unleashed

Si comme moi vous êtes vieux, vous avez grandi avec les aventures des Ghostbusters. Le break kitsch fonçant sirènes hurlantes à travers la ville, les proton packs faits de bric et de broc et les fantômes rigolos mais un peu effrayants quand même. Bon, je vous avoue que j’hésiterais avant de revoir à nouveau ces chefs-d’œuvre de mon enfance (et d’ailleurs le tout dernier film sorti, Afterlife, n’est pas si mal que ça) tant le filtre de la nostalgie doit jouer. Mais si vous me proposez de mettre la main sur Ghostbusters: Spirits Unleashed pour me replonger dans mon enfance à moindre frais, alors là vous avez mon attention.

Même si j’évite soigneusement les jeux multjoueurs du fait d’un manque de skill flagrant (l’âge, toussa…), Ghostbusters: Spirits Unleashed me permet de contourner ce handicap en me mettant dans la combinaison d’un chasseur de fantômes parmi quatre devant lutter dans une demi-douzaine de lieux (emblématiques comme vous vous doutez) contre un méchant fantôme.

Cinq missions c’est peu…

Le but des ghostbusters est simple : fermer les brèches qui permettent au fantôme d’apparaître et attraper ce dernier. Si en passant cela peut être fait sans que la moitié du niveau ne soit réduit en cendres ou sans que les civils ne fuient la scène, c’est encore mieux. Parce que votre lanceur de particules n’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler une arme de précision et conserver un fantôme dans un (ou plusieurs !) faisceau ne se fait pas très facilement.

Il faut donc un minimum d’organisation entre la traque du fantôme lui-même, la recherche des brèches grâce au psychotensiomètre et l’apaisement des civils et à ce petit jeu j’avoue avoir été surpris par le comportement plutôt correct des bots qui m’accompagnaient. Le fantôme doit quant à lui effrayer les civils, tout recouvrir de slime et se débrouiller pour que le niveau soit à 100% hanté avant que les chasseurs ne parviennent à le capturer.

D’ailleurs, il semble que l’ectoplasme soit avantagé du fait de sa grande mobilité et du grand nombre de pouvoirs à sa disposition. Les chasseurs sont quant à eux un peu maladroits et empêtrés dans leur procédure : détection, immobilisation, déploiement du piège, le tout en surveillant les jauges de batterie et de surchauffe… A voir sur le long terme, mais l’aventure en tant qu’humain offre un challenge assez relevé si le quatuor ne joue pas en équipe.

Ghostbusters: Spirits Unleashed propose donc de l’asymétrie classique, avec toutes les fioritures habituelles comme la customisation de l’équipement et des tenues en récupérant des champignons disséminés dans les niveaux ou en remplissant de petits défis. On peut pour le moment regretter le faible nombre de cartes (cinq) ainsi que l’unique mode de jeu. C’est vraiment très peu et il vaut mieux avoir des amis aussi investis que soi pour se lancer dans l’aventure.

Techniquement, Ghostbusters: Spirits Unleashed est en demi-teinte. Tout d’abord, il est impossible de changer ses touches, ce qui m’a obligé à jouer en QWERTY. Oui, en 2022. Ensuite, si le jeu est relativement choupinet (avec un aspect plastique auquel je n’accroche que moyennement), il n’y a rien qui justifie les grosses saccades qui venaient parfois plomber les parties. Le moteur du jeu semble très juste et ne sera pas à son aise avec les petites configurations. Merci à Illfonic pour le manque de finition…

Vous vous en doutez, si la nostalgie a rempli son rôle d’appât, il reste que Ghostbusters: Spirits Unleashed n’est pas un titre multijoueur incontournable. Il est certes assez agréable, avec des parties très dynamiques et courtes, pendant lesquelles les chasseurs n’auront pas une minute à eux, mais son manque de variété et de finition risque de lui coûter cher.

Quand on voit qu’il est en plus sorti en exclusivité sur Epic Games Store, avec ce que ça implique de cloisonnement de communauté, chouinage et autres trépignements, on se dit qu’il ne va pas forcément marquer les mémoires… Si vous avez des potes motivés pour y jouer régulièrement, pourquoi pas. Mais si vous cherchez un titre multijoueur et que le thème vous laisse indifférent, alors il y a bien mieux ailleurs.

Développeur : IllFonic

Éditeur : IllFonic

Date de sortie : 18 Octobre 2022

Prix : 31,99€

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *