Fantasy General II: Onslaught

Après avoir testé le jeu de base, que j’avais trouvé sympathique mais avec une difficulté un peu bancale qui encourageait trop le die/retry, Slitherine nous a proposé de nous pencher sur le premier DLC, j’ai nommé Fantasy General II: Onslaught.

La variété des héros de base aurait pu être un peu plus élaborée

Onslaught se focalise sur une campagne dynamique, jouable avec n’importe lequel des trois héros principaux (l’un se focalisant sur les unités exotiques, l’autre sur les barbares et le dernier sur les mercenaires). Par dynamique c’est à dire que vous aurez certains embranchements à emprunter lors de la campagne mais surtout que chaque carte sera générée automatiquement (et je dois dire qu’elles sont, en général, presque aussi jolies que les cartes de la campagne principale).

Chaque choix de mission offre une récompense différente.

Niveau rejouabilité vous serez donc servi, même si les choix proposés lors de la campagne sont les mêmes. L’expérience sera, elle, à chaque fois différente. L’add-on, propose aussi de nouvelles unités aériennes à recruter ou affronter. Bref de quoi satisfaire ceux qui ont déjà retourné le jeu de base, même si j’aurai aimé des héros un peu différents (on peut en recruter, pourquoi ne pas les avoir comme héros principaux ?).

Nouvelles unités volantes ou un héro ?

Le principe du jeu lui ne change pas : le timer, qui permet (ou non) d’obtenir un bonus d’or si vous terminez la mission dans le temps imparti, se déclenche toujours dès le début de la mission (hors personne ne va terminer une mission en un tour donc c’est un peu frustrant à ce niveau) et est dans de nombreux cas bien trop court. Heureusement, chaque mission offrira des bonus spécifiques qui permettront d’accumuler des ressources, d’obtenir de nouvelles unités ou de recruter des héros. J’ai trouvé l’équilibrage de la campagne beaucoup mieux que celui de la campagne de base et le niveau de difficulté correspond à ce que vous pouvez en attendre.

Plus vos unités gagnent de l’expérience et sont upgradées, plus elles seront intéressantes à jouer.

En vétéran, vous allez probablement morfler au début et en facile, le jeu offre juste assez de challenge pour offrir une expérience plus axée sur l’histoire. Dans tous les cas, la meilleure stratégie reste de grouper vos unités afin d’avoir un soutien de vos unités à distance tout en permettant un roulement des unités au corps à corps pour permettre à celles qui ont des blessés de se reposer. Contrairement à certains autres jeux du genre, pas question ici de trop séparer vos troupes si vous ne voulez pas les voir se faire rouler dessus par des unités jusqu’ici invisibles.

Le jeu a parfois tendance à vous envoyer un raz de marée d’ennemis.

De manière générale, l’IA a tendance à vous foncer dessus et puis à fuir pour se reposer, à vous donc de chasser les unités blessées avant qu’elles ne récupèrent, sans pour autant vous exposer à des attaques en boucle qui peuvent en un tour vous faire perdre toute votre vie. Bref, si tactiquement ce n’est pas une révolution et qu’on est plus sur un modèle à l’ancienne, une fois qu’on a pris le pli on peut profiter des compétences de chaque unité, faisant tout notre possible pour ne pas perdre nos préférées, économisant pour les upgrader, choisir l’artefact qui les rendra plus efficace. La gestion des unités est toujours aussi efficace avec chacune leurs spécificités.

J’entends déjà l’autre ricaner.

Onslaught est un bon DLC qui, s’il ne révolutionne pas le jeu de base, permet d’en rallonger la durée de vie de manière significative, surtout qu’un héros principal supplémentaire est prévu avec le prochain DLC à venir et qu’en attendant vous pourrez tenter de battre votre propre score une fois toutes les options de campagne expérimentées.

Développeurs: Owned by Gravity

Editeur: Slitherine inc

Genre: Stratégie tour par tour

Prix: 12,49€

Prix Jeu de base: 33,99€

Page Steam

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur 

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *