Early Access: MewnBase

Il faut être inconscient pour donner la moindre responsabilité à un chat. Dans le meilleur des cas, il vous montrera son mépris en léchant consciencieusement le cul, le plus près possible de votre visage. Dans le pire, sa principale contribution sera d’attendre que vous vous soyez mis à table pour aller chier un truc aux proportions bibliques dans sa caisse, histoire d’aromatiser l’ambiance (NdHarvester : la grande classe cette intro…). Ce sont des créatures du démon à qui il ne faut jamais faire confiance. N’essayez pas de me convaincre du contraire, j’en ai quatre à la maison. Pourtant, dans MewnBase, c’est bien à un de ces félidés taciturnes et lunatiques qu’on a confié la délicate tâche d’aller explorer une planète inconnue.

Marchant sur deux pattes dans sa combinaison spatiale, le petit poilu est censé se construire une base, se faire à manger à partir de plantes et analyser des artefacts pour découvrir de nouveaux bâtiments. Autant vous dire qu’un vrai chat ne tiendrait que quelques minutes avant de déchirer sa combi tout en cherchant à exterminer la faune locale.

Dans une sorte de Don’t Starve futuriste et sans ennemis, on dirige son chaton en vue de dessus et on clique pour lui faire ramasser ses premières ressources. Bois, minerai, plantes, on lui construit son premier atelier à partir duquel il va avoir crafter des outils, des repas et d’autres bâtiments. La promenade est assez agréable, avec ce style cartoon et la légère inertie du matou. Ça manque toutefois un peu de miaou dans les effets sonores et il n’y a aucun mécanisme de gestion de la litière.

Dans l’espace, personne ne vous entendra miauler

Les premières structures de la base nous apportent de l’oxygène et de l’énergie, alimentés par des panneaux solaires. Le premier problème est donc de devoir régulièrement retourner faire le plein d’air après avoir vagabondé aux alentours. Mais panneau solaire et cycle jour / nuit ne font pas bon ménage. Lorsque le soleil se couche, continuer à explorer devient difficile puisqu’il faut s’éclairer avec une torche électrique aux batteries limitées.

Après quelques jours, on a ajouté une fonderie pour transformer le minerai en plaques de métal, un générateur de bio-carburant pour disposer d’électricité la nuit et commencé son petit potager. La survie de base étant assurée, on part de plus en plus loin pour ramasser des cubes qu’on analysera pour gagner des points de recherche. Ils serviront à débloquer de nouveaux bâtiments et outils, comme une pelle plus solide, un marteau-piqueur ou carrément un garage.

Oui, vous avez bien lu, on peut laisser conduire un chat à tombeau ouvert pour couvrir encore plus de terrain. Ce qui arriva à mon premier buggy n’étonnera personne : après m’être mangé à peu près tous les arbres et rochers sur mon chemin, j’ai dû l’abandonner au milieu de nulle part, deux pneus crevés, la batterie à plat et plus un morceau de tôle intact. Avec un félin au volant, c’était inévitable.

MewnBase est encore en Early Access, la mission se limite pour l’instant à survivre quelques semaines avant d’avoir le droit de repartir dans sa navette. Pas très difficile une fois qu’on a compris les bases, on se concentre rapidement sur la production d’assez de nourriture pour garantir sa survie. Puis on recherche tout ce qui est disponible, on fabrique des bonbonnes d’oxygène pour pouvoir explorer sur de grandes distances et on stocke des quantités ridicules de ressources qui ne nous serviront jamais.

J’ai appelé mon chat Benjamin, parce que Benjamin miaulait

J’espérais trouver de nouveaux lieux, d’autres formes de vie ou encore des menaces à gérer, mais rien de tout cela n’est encore implémenté. Le développement avance à un rythme lent mais régulier avec une grosse mise à jour tous les quelques mois. Disponible depuis décembre 2016, MewnBase est actuellement en version 0.50, j’espère que Cairn4 le développeur saura finir son jeu avant 2024.

Le fait que le personnage soit un chat n’a aucune incidence en jeu, ça aurait pu être un pangolin ou une loutre que ça n’aurait pas changé grand-chose, à part le titre. S’il rappelle un peu un Rimworld ou un Don’t Starve en version ultra light, casual et avec un seul personnage, MewnBase est bien moins ambitieux que ces deux monuments. Il y a quand même de quoi s’amuser une heure ou deux, mais le manque de profondeur nous saute alors aux yeux. J’ai passé un bon moment dessus, mais il garde un fort goût d’inachevé.

Puisque vous n’êtes pas passés à côté du Ultimate Supreme Awesome Obese Killing Bundle contre le racisme d’Itch.io, vous devriez avoir une version disponible. Ça vous permettra d’y faire vos griffes sans avoir à repasser à la caisse. Pour ma part, je reviendrais voir ce que MewnBase devient dans quelques mois ; si la base est porteuse de promesses et que ce qui est présent fonctionne très bien, l’intérêt chute brutalement une fois certains bâtiments débloqués et il manque sévèrement de rejouabilité.

Genre : Construction de base spatiale / survie

Site officiel

Développeur indépendant : Steve Ford / Cairn4

Plateforme : Steam / Itch.io

Prix : environ 5€ (Steam) / 6$ (Itch.io) le prix montera à la sortie en version 1.0

Date de sortie en Early Access : 7 décembre 2018 (Steam) / 18 janvier 2016 (Itch.io)

Ruvon

Chaologue pas encore retraité, traître renommé, survivant accompli. Mon domaine, c'est le jeu vidéo, du FPS hardcore au point&click niais, et depuis toujours amoureux du tour-par-tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *