Command: Showcase Queen Elizabeth

Mine de rien, Command: Modern Operations n’est pas le jeu le plus facile à prendre en main (qui l’eut cru ?), s’y replonger avec Showcase Queen Elizabeth m’a donc demandé un peu de temps d’adaptation. Pour ceux qui ne connaissent pas et qui n’ont pas lu le test (honte à vous), Command: Modern Operations (CMO) vise à modéliser au mieux les armements et les affrontements existants actuellement via des scénarios en général fictifs qui vous permettront d’ainsi tester des stratégies et des plateformes d’armes. Heureusement beaucoup de choses sont automatisées et le jeu dispose d’une base de données gigantesques qui vous permettra d’apprendre la différence entre les différentes armes et véhicules dont disposent les armées modernes.

Hop voilà de quoi s’occuper d’un sous marin ennemi

Showcase Queen Elizabeth se démarque des autres DLC existant en mettant l’accent sur un seul scénario spécifique faisant la part belle à un équipement tout aussi spécifique, j’ai nommé le porte avion Queen Elizabeth de la Royal Navy. On se retrouve donc en mer de Chine en 2021, à un moment où les tensions entre la Chine et Taiwan sont au paroxysme. Toute ressemblance avec la réalité est évidemment fortuite (ou pas). Comme d’habitue, le scénario commence en situation totalement pacifique qui permet au joueur de positionner ses forces et de se familiariser avec celles-ci.

Bon ben les choses ne se passent pas totalement comme prévu…navire coulé et c’est le mien

Alors on est ici sur un terrain d’opération très large avec plusieurs Task Forces maritimes à gérer (dont bien évidemment celle du porte avion Queen Elizabeth mais aussi d’autres porte-avions américains) et il faudra patienter que la situation dégénère et que les règles d’engagement évoluent pour commencer à utiliser les armes. Cela implique un certain temps avant que l’action n’arrive et peut perturber certains joueurs mais une fois celle-ci démarrée, on a vite énormément de quoi faire, peut-être même trop.

Car il faut arriver à détecter les ennemis, réagir à leur présence en déployant les forces adéquates au bon moment (car si vous lancez vos forces trop tôt elles seront vite en manque de carburant et il faudra alors passer par la case atterrissage et réarmement qui prend plusieurs heures sur les deux jours qui sont modélisés par le scénario), réagir à toute menace et bien sûr encore vous occupez de vos objectifs.

Détecter l’ennemi c’est bien mais faut encore être à portée

Le scénario n’est pas simple, loin de là, et s’adresse je pense à des joueurs déjà aguerris. Mais il arrive à mettre en place une vraie opération d’envergure (bien évidemment axée sur l’aspect naval et aérien) avec des armes tout ce qu’il y a de plus modernes (F35). Pour le prix impossible de se tromper, CMO reste la référence pour tout ce qui est simulation guerrière moderne et on se rend assez vite compte qu’un affrontement au pas de la porte de la Chine va vite coûter très cher. Bref un beau scénario qui donne une petite idée du challenge que pourrait donner un tel événement dans la vraie vie.

Genre : Wargame, Simulation militaire

Développeur : Warfare Sims

Editeur : Slitherine ltd

Page Steam
Prix: 2,39€

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.