Guérilla, de Laurent Obertone

Guérilla est un livre paru en 2017, écrit par Laurent Obertone, qui est ce qu’on appelle un auteur sulfureux. En effet, Laurent Obertone est un ex-journaliste devenu écrivain, auteur du livre « La France orange mécanique ». Ce livre avait été décrié à sa sortie, non seulement sur la grille de lecture proposée, mais aussi sur la récupération politique qui s’en est suivie.

Alors pourquoi choisir un livre comme Guérilla ? D’une part, le thème de la collapsologie ou le pré-effondrement m’ont toujours intéressé (d’autres auteurs comme Pablo Servigne ont eu beaucoup de succès sur le même sujet). D’autre part, le livre avait été propulsé en tête des ventes Amazon à son époque. Je m’étais toujours promis de le rattraper car cela m’avait rendu curieux devant le succès de celui ci.

Revenons à notre histoire : à la suite du dérapage entre police et certains habitants de la cité, cette dernière se soulève. Il s’ensuit alors une guérilla urbaine dans laquelle sont opposées les forces de l’ordre (menées par un pouvoir politique complètement dépassé et incapable de saisir l’urgence) à une cité et ensuite plusieurs cités où le drame sera utilisé pour riposter à ce qui est perçu comme une attaque policière. Nous suivons différents profils sélectionnés par l’auteur (de tous les bords) à travers les rues de Paris et de l’effondrement. Nos différents protagonistes passent par différentes étapes lors de leurs pérégrinations à travers un Paris tombant peu à peu tout au long des 3 journées (la chute d’un hôpital, d’un village, des réseaux sociaux, de commissariats, et même du président…). Je ne dévoilerai pas toute l’intrigue ou le dénouement…

Sur les qualités du livre, le style d’écriture de l’auteur est simple, concis et fait pour être un dévoré rapidement. Il arrive à mettre en scène de manière très précise certaines actions et arrive à faire monter parfois l’intérêt du lecteur.

Image d’illustration de la guérilla Dans Paris

Cependant au niveau des faiblesses du roman : la dystopie de Paris et donc le fil rouge conducteur du roman est vraiment très improbable et tend vers la facilité. Tous les moyens de l’état sont au plus bas, toutes les mauvaises décisions sont prises, toutes les balises sont simplement balayées, l’aide internationale n’existe plus etc et cela fait lever les yeux au ciel en se répétant « quelle simplicité ». Mais allons tout de suite vers le plus gros problème du roman : les personnages sont tous manichéens et caricaturaux au possible. Comment est-ce possible de balayer la complexité humaine à ce point, cela gâche tout le roman ! Les différents personnages sont tous bornés à l’extrême sans une once d’hésitation ou de questionnement. Cela les rend tous stupides et risibles (mention spéciale au Président de la France décrit dans le roman).

Dans Guérilla, la marotte de l’auteur est la lutte contre la «bien-pensance» actuelle, ce qui aurait pu être intéressant en prenant cela d’un point de vue d’effondrement ! Mais mon dieu en rendant les choses aussi grossières et caricaturales, il est impossible de s’intéresser au roman et à l’histoire.

Pour ma part, si vous souhaitez lire des livres sur le sujet de l’effondrement, Cormac Mc Carthy avec « La Route », Alex Scarrow avec « la Théorie des Dominos » ou encore Pablo Servigne avec « Comment Tout Peut s’Effondrer » sont beaucoup plus intéressants. Passez votre chemin sur celui-ci à mon humble avis. Que ce livre ait récolté d’excellents chiffres de vente avec tant de faiblesses me dépasse.

Auteur : Laurent Obertone

Broché 415 pages

Edition : RING (ring.fr)

Date de Parution : 2016

ISBN 979-10-91447-49-2

Belgianseb

Membre de la branche belge de Dystopeek: amateur de jeux vidéos, de films et de bons livres. ils sont une possibilité de changer de monde de manière temporaire... si nous ne nous trompons pas de voyage ! Alors autant que je vous guide à travers mes critiques :-)