Star Wars Jedi: Fallen Order

Chose peu aisée que de faire une review sur un jeu AAA déjà sorti depuis quelques mois. Que dire qui n’aura pas déjà été dit et dans le cas présent, les critiques étant assez élogieuses que rajouter? C’est grâce à Hyeud que j’ai pu me lancer dans l’aventure (encore merci à lui) de Star Wars Jedi: Fallen Order et aventure est le mot correct.

Ca c’est la partie « j’raconte ma life ».

Respawn Entertainement est un peu le seul studio d’EA qui produit de la qualité sans discontinuer. Titanfall 2 reste mon FPS « story-based » préféré, j’étais curieux de tenter Star Wars Jedi: Fallen Order même si j’avais peur que les combats soient trop techniques et difficiles pour moi. Je déteste positivement le die & retry donc les Dark Souls like ne sont en général pas pour moi.

En route !

Le jeu s’inspire principalement des Tomb Raiders et, sans rien apporter de réellement nouveau au genre, arrive à point nommé pour remplir le vide actuel dans cette catégorie. Vous êtes placé dans la peau de Cal Kestis, un jeune Jedi qui se cache parmi les ouvriers sur la planète Bracca. Il se révèle en voulant sauver un ami et attire l’attention de l’Empire qui se met alors à sa poursuite.

C’est un peu comme Harvester, partout où elle va les choses empirent…

Cal est sauvé in-extremis par un vaisseau et se fait deux nouveaux alliés qui l’envoient alors en quête de connaissance pour tenter de reformer l’ordre Jedi. Vous l’aurez compris, l’histoire ne vaudra pas celle de Titanfall 2 mais reste agréable à suivre. Vous aurez donc à faire des aller-retours sur cinq planètes où il vous faudra trouver des informations ou des artefacts.

Première chose, le jeu est beau, très beau.

Niveau exploration, le jeu est tout simplement superbe, avec des endroits fermés qui s’ouvrent sur des décors à couper le souffle, d’autres où il vous faudra revenir une fois de nouvelles compétences apprises (comme le double saut ou courir sur les murs, un classique des jeux Respawn), malgré le fait que le jeu est pensé pour être joué à la manette, je n’ai pas eu de difficulté majeure au clavier, même si j’aurais préféré pouvoir faire un évitement ou une glissade avec un double tap d’une touche directionnelle et que les (heureusement) rares QTE ne sont pas des plus pratiques.

Les chasseurs de secrets pourront se faire plaisir pour trouver toutes les cachettes de chaque planète.

Chaque planète a sa propre personnalité et la montée en puissance de votre personnage est très bien amenée, ce qui fait que ce qui semblait un passage difficile en début de partie devient une partie de plaisir lorsque vous revenez plus tard. Moi qui apprécie en général assez peu de devoir refaire ce que j’ai déjà fait, ici, à part pour les retours au vaisseau de fin de mission, je n’ai jamais trouvé ça ennuyeux.

On se sent tout petit parfois
Je vous ai dit que le jeu était beau ?

Niveau combats (uniquement au sabre laser) le tout est centré sur le timing. Faire un contre au bon moment permettra de briser la garde adverse pour faire des dégâts. J’ai assez vite diminué la difficulté car les bosses ont en général des attaques imparables qu’il faut éviter en plus de la gestion du reste et comme dit plus haut, je n’ai pas un intérêt particulier pour ce genre de difficulté.

Bloquer et Frapper au bon moment déclenche des « combos » sympas à regarder (mais un peu flous en screens).

Il y a donc probablement assez de challenge pour ceux qui aiment ça mais la grande partie du jeu restera du « parcours », c’est-à-dire trouver le chemin pour atteindre votre objectif. Ce n’est pas toujours chose aisée car les cartes sont sur plusieurs niveaux et il faut un certains temps pour arriver à comprendre comment bien lire la carte. Une fois assimilée, on remarque qu’elle donne pas mal d’indices sur les endroits encore à visiter.

Moi c’est en regardant la carte…

Important aussi pour certains, il n’y a aucune micro-transaction. Les secrets et autre « loots » ne sont que des customisables et pas des plus importants : votre poncho moche, votre robot BD-1 (qui fait pilou !), le vaisseau et votre sabre laser. Bref ceux qui aiment collectionner ont quelque chose à se mettre sous la dent mais c’est un vrai jeu solo complet sans qu’Electronic Arts ne vienne ajouter son « game as a service ».

Attention ça glisse

Que ce soit lors des puzzles, de l’exploration, des moments intenses où il vous faudra utiliser vos réflexes pour ne pas tomber comme une vieille chaussette dans un précipice ou encore lors des combats où vous pourrez balancer des Stormtroopers dans le vide grâce à la Force et découper des robots (et non pas les humains) au sabre laser, Jedi: Fallen Order arrive à captiver le joueur et montre encore l’expertise de Respawn dans le domaine. Rien ne surprend mais tout est bien exécuté. Il y a bien encore un ou deux bugs de terrain ici et là mais l’expérience est de manière générale assez immersive.

Parkour ! Parkour !

Alors copie parfaite ? C’est beau (sauf les wookies), agréable à jouer, la musique est parfaite, le jeu a une bonne durée de vie (comptez un peu plus d’une quinzaine d’heures pour le terminer sans trouver tous les secrets), il y a peu de bugs (même si on passe encore parfois à travers les murs) mais il a, selon moi, un gros défaut : son personnage principal. C’est pas pour dire mais il a le charisme d’une huître et encore une qui sent pas bon.

Y a un soucis, on peut faire quelque chose pour toi ?

C’est particulièrement évident lorsque plus tard dans le jeu vous rencontrez un personnage secondaire qui, en une minute, aura plus d’expressions faciales crédibles que Cal en a eu sur tout le jeu. D’ailleurs niveau personnage secondaires, la présence de Forest Whitaker est aussi un plus.

On pouvait pas l’avoir elle comme perso principal ?

Ce n’est donc pas lié à une quelconque limitation technique mais à la performance de l’acteur, Cameron Monaghan (ou à celle de Tina Ivlev qui a, elle, réussi à donner un peu d’émotion à son personnage) et au choix de Respawn lors de l’écriture. C’est vraiment dommage parce qu’évidemment on en bouffe du Mr sandwich au fromage. Plus basique tu meurs.

Pour le coup il aurait mieux fait de lâcher.

Star Wars Jedi: Fallen Order vous plonge dans une histoire épique, liée aux films et qui devrait faire date comme un élément incontournable pour les fans de la saga. Mais le fait d’avoir un personnage principal en carton donne malheureusement au jeu un air dispensable alors que dans les faits il est vraiment assez bon. Mais rien à faire, il est très compliqué de se sentir concerné par ce que le personnage a vécu ou doit subir lorsque vous avez vous-même envie de lui donner des claques.

Interrompu en plein cours de dance classique on dirait.

Malgré cela, on prend grand plaisir à explorer les planètes proposées, à atteindre des endroits jusqu’ici inaccessibles ou encore à couper comme dans du beurre dans un groupe de Stormtroopers qui nous aurait donné du fil à retordre quelques heures plus tôt. Sans être exceptionnel, le jeu est bon et donne espoir quant au futur de la licence, on en demanderait presque plus.

Tu vois que tu peux faire des étincelles quand tu veux…

Bref, si vous êtes fan de la saga, foncez. Si vous êtes nostalgique d’une époque où Bioware faisait des bons jeux allez-y aussi. Ce n’est pas du Mass Effect, loin de là, mais on a cette petite sensation qu’on commence à s’en approcher et qu’EA ferait bien de laisser encore plus la voie libre à Respawn dans le futur.

Développeur : Respawn Entertainement

Editeur : Electronic Arts

Genre : Action, aventure

Date de sortie : 15 Novembre 2019

Prix : 59.99€

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Une pensée sur “Star Wars Jedi: Fallen Order

Commentaires fermés.