Return to Monkey Island

Les Monkey Island sont des classiques des point and click dans la tête de nombreuses personnes ayant comme loisir le jeu vidéo. Pas moins de 5 jeux sont sortis entre 1990 et 2009, avant la venue du petit dernier qui nous intéresse aujourd’hui : Return to Monkey Island.

A noter que c’est une référence que je n’ai pas ! En tant que “jeune”, ce sont des titres qui m’ont échappé. Je découvre donc la saga avec le dernier opus, en espérant apporter un regard neuf sur une série si appréciée.

Un résumé bienvenu pour les cancres comme moi

Dans le menu, vous pouvez aussi avoir un récapitulatif des aventures précédentes, pour celles et ceux qui ont quelques opus à rattraper. Ce fut pratique pour moi du coup. On peut juste noter l’absence de sous-titres localisés dans cette partie, un poil dommage.

On nous propose deux modes de jeu, standard et difficile. J’ai testé en standard, n’étant pas un adepte du pétage de dents sur énigme velue. La différence est que le mode “casual” retire des étapes pour résoudre les énigmes et explique un peu mieux ce qu’il attend du joueur. Il n’y a toutefois aucune différence dans l’histoire.

Parfaite transition pour parler du début du jeu. On incarne Boybrush Threepwood, le fils du protagoniste, accompagné de son pote Chuckie. Ce prélude est surtout un tutoriel déguisé pour apprendre les déplacements et rudiments d’interaction pour avancer dans l’histoire.

Le duo d’affreux bambins à l’affût de la prochaine bêtise.

Après quelques tâches rondement menées, suffisantes pour s’imprégner du ton humoristique et du rythme du titre, on retrouve notre père. Ce dernier se trouve très enthousiaste à l’idée de nous raconter une histoire, ce qui nous plonge dans l’intrigue de Return to Monkey Island. Un gimmick narratif simple et efficace.

Le premier chapitre nous envoie sur Mêlée Island, une île fort sympathique, mais un poil ruinée, à cause de la nouvelle administration. Oui oui, c’est ce que vous découvrez au fur et à mesure de vos premières discussions. C’est ce genre d’absurdités qui vous attendent tout du long de Return to Monkey Island. J’aime ce genre d’humour.

Une blague sur la signalétique, c’est mon dada que voulez-vous.

On ne peut que saluer cette direction artistique colorée et la finesse des animations lors des déplacements et dialogues. Tout est fluide et instinctif, surtout pour qui est coutumier des point and click. Appuyer sur la touche Tab met en évidence les différents éléments avec lesquels interagir. La touche i ouvre l’inventaire, dont les objets peuvent s’utiliser sur les éléments ou personnages. Bref, du classique. On progresse de tableau en tableau, écumant tout ce qui peut s’écumer.

Si vous avez besoin d’un coup de pouce, vous disposez du “Book of Hints”, un livre permettant d’obtenir des indices plus ou moins avancés sur les puzzles à résoudre. A vous de l’utiliser avec parcimonie pour ne pas vous ruiner le fun !

Enfin, un système de cartes à collectionner est en place pour les plus foufous d’entre vous qui souhaitent allonger le plaisir en répondant à des questions divers et variées, sur le jeu et sur d’autres sujets liés à la saga.

Sans pour autant innover, Return to Monkey Island est un bon jeu d’aventure point and click. Il est impossible pour moi de savoir s’il reprend bien l’essence de la saga mais j’estime qu’il procure le plaisir que l’on attend d’un tel jeu. On pourrait lui reprocher quelques allers-retours entre deux points, ou des actions un peu tordues à faire, mais les déplacements sont si rapides et les indices si bien distillés qu’au final, l’expérience n’est pas mauvaise.

Bien que je n’ai pas l’historique ou la nostalgie de la saga, je peux tout de même voir le soin apporté à Return to Monkey Island. Ron Gilbert et Dave Grossman ont tenu la barre face aux vagues de mécontentement des fans, à raison. C’est leur licence et ce sont eux les plus à même de la porter et de la faire évoluer. Quand on voit le résultat, ils n’ont absolument rien à se reprocher.

Le jeu est disponible sur le Gamepass, donc si comme moi, vous n’avez jamais touché à ces jeux et que vous avez un abonnement : je vous invite à vous y essayer. Ca s’apprécie, sans expérience de la saga ou sans nostalgie !

Genre : Point and click
Développeur : Terrible Toybox
Éditeur : Devolver Digital
Plateforme : PC (Steam) / PC (Gamepass) / PC (GoG) / Xbox X|S / Playstation / Switch
Prix : 22.99€
Date de sortie : 19/09/2022
Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

LupusVII

Cliché de geek, boit trop de café, a des projets par dizaines et un backlog de plusieurs vies. Je troque volontiers quelques heures de sommeil à écrire des articles pour vous convaincre d'en perdre également.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *