Preview: Panzer Corps 2

J’en vois certains dans le fond qui se disent « Encore un wargame… » en soufflant (ouais je vous entends !) alors que moi c’est plutôt « Encore un wargame ! » en trépignant d’impatience. Prévu pour le 19 mars, je ne m’attendais pas à recevoir une clé de Panzer Corps 2 aussi tôt (NdHarvester : you’re welcome). L’arrivée prochaine (6 février) des pré-commandes doit jouer et Slitherine nous a donc fourni un code preview qui donne accès à une partie du contenu final.

Quoi « les arbres sont petits » ! Et alors !?

Difficile de présenter un jeu tel que Panzer Corps, réminiscence des anciens turn-based wargames hexagonaux (hé oui, chaque case est un « hex » à six côtés) tels que Steel Panthers. Le précédent opus avait eu de nombreux add-ons sur tous les fronts de la seconde guerre mondiale, celui-ci amorce le passage vers la 3D qui fait peut-être un peu peur à certains. Pourquoi toucher à une formule qui fonctionne après tout?

Le testeur il a dit que c’était l’ex à Gonaux

Il y a pas à dire, malgré que j’ai appris à apprécier Field of Glory II et ses carrés, les « hex »-es sont beaucoup plus naturels pour le wargamer que je suis. Les manipulations sont fluides, on a les options « tactiques » que l’on désire, il est plus facile de lancer un « encerclement » (il suffit en général d’avoir trois côtés) et on se passe très bien de la grille sur la carte. Le passage à la 3D est lui aussi très réussi avec des modèles bien réalisés, des animations sympathiques (bien que fatalement répétitives donc on y fait plus trop attention après quelques heures), de jolis effets d’explosion, le tout sur une carte pleine de détails qui fait plaisir à regarder.

Quousque tandem abutere ou « Jusqu’à Caen enfin ! »

Surtout que la série est connue pour la pléthore d’unités que vous pourrez diriger. A vous donc le plaisir de voir les détails entre les différentes versions de Panzer III. L’interface est aussi simple et bien pensée de manière générale, bref techniquement c’est sans reproche (ou presque j’ai bien eu un ou deux bugs où l’interface ne répondait plus mais n’oublions pas que c’est une version preview et qu’il reste encore deux mois avant la release).

Ici Monsieur on paie à l’unité !

Le choix d’unités est très large et évolue au fil des missions. On peut même recruter certaines unités moins souvent présentes dans les jeux quitte à parfois se prendre de sympathie pour celles-ci. Il est certain que votre petit cœur de grognard ne pourra résister, quitte à en garder certaines même lorsque des versions plus performantes seront disponibles.

Petit coup de torpille au but

Comme dit plus haut, la version preview permettait de jouer à la première campagne – 12 missions s’étalant de la Pologne à la Bataille de la Somme en passant par la Norvège et la Belgique – en plus de deux scénarios indépendants et de la possibilité de « Randomiser » un scénario avec le nombre d’opposants et les objectifs que vous désirez. Bref il y a déjà là de quoi faire même si la version finale aura elle 61 missions étalées sur 5 campagnes et du multijoueurs…

Envahir la Belgique, le rêve de tout Harvester qui se respecte (NdHarvester : même pas je gaspille un fantassin pour ça…)

La campagne est légèrement scénarisée et propose en général deux choix de mission : envahir la Pologne par le Sud ou le Nord, envahir la Belgique ou foncer vers Sedan. Bref, il y aura un peu de rejouabilité possible aussi. Sans parler des différents niveaux de difficulté (5 au total) et des paramètres spécifiques que vous pourrez déterminer au démarrage de chaque campagne, comme la possibilité de supprimer la limite au nombre de tours qui me défrise souvent dans ce genre de jeux.

Car mine de rien les cartes ont une taille honorable et vos objectifs sont parfois éparpillés aux quatre coins de celle-ci. Bref ça peut éviter la frustration de devoir redémarrer le scénario juste parce qu’il vous manque un tour pour le terminer.

Si j’avais une MG tututu

Vous l’aurez compris les devs de Flashback Games n’ont pas chômé, il y a du contenu, de la rejouabilité, de la profondeur dans la gestion d’unités. Je n’en ai pas encore parlé mais si le principe général du jeu vise à bouger ses petites soldats pour détruire l’ennemi et capturer les points de victoire, vous aurez aussi à gérer le ravitaillement et le renforts de vos troupes, leur expérience, la possibilité de leur assigner des héros, elles pourront aussi acquérir des médailles qui donnent de sérieux bonus et si ça ne suffit pas reste la possibilité de modifier leur apparence via le camouflage et leur badge.

Chaque unité a un poids dont le total est limité par scénario… Ce petit bonus permet donc d’augmenter les unités que vous pourrez aligner sur le terrain.

Impressionné ? Il y a de quoi quand même, le travail effectué est remarquable et si le jeu a bien quelques petits défauts, j’ai toute confiance dans la qualité du titre final. Certes le son des fusils fait juste pop et pêche un peu comparé à la qualité sonore de l’ensemble, certes l’IA semble tricher un peu et devine la position de vos navires trop facilement, navires qui manquent cruellement de couverture anti-aérienne d’ailleurs. Elle a aussi tendance à être attirée par toute unité plus faible qui s’approche du front, quitte à pour cela quitter son retranchement ou aller d’elle-même vers un encerclement.

От Катюши передай привет

Le jeu semble en effet plus pensé pour l’instant sur l’attaque avec une IA assez passive mais ça ne rend pas la campagne facile pour autant en mode normal (outre les premières missions) car les points que vous pourrez accumuler pour renforcer vos troupes partiront vite et il faudra faire des choix. Utiliser vos unités les plus puissantes c’est aussi prendre le risque qu’elles soient détruites ou que vous ne puissiez plus les renforcer avant un certain temps surtout que les unités sont portées d’une bataille à l’autre.

Nach Paris!

Ancien fan de Panzer Corps, nouveaux joueurs ou curieux de la série, bref amoureux des wargames, retenez la date du 19 mars car le titre mérite amplement le détour.

Développeur: Flashback Games

Editeur: Slitherine Ltd

Genre: Wargames, hex-game

Date de sortie: 19 mars 2020

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur.

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *