Road 96

Rien de tel pour finir l’été qu’un road trip sur fond de coucher de soleil. Road 96, du studio montpelliérain Digixart, nous promet une aventure narrative dystopique générée procéduralement. Autant vous dire que ça a tout de suite attiré mon attention, avec un mélange d’excitation et la curiosité de savoir si c’était un concept qui pouvait être mis en place pour un résultat de qualité. Allez, assez discuté, en route !

Revenons-en à notre road trip et notre coucher de soleil. Bon, ok, je vous ai peut être un peu survendu le côté idyllique du tableau. Bienvenue à Petria, été 1996. Le pays est en proie à un régime autoritaire et, si des élections doivent se dérouler courant Septembre, personne n’est dupe sur leur issue. Une grande partie de la jeunesse cherche désespérément à fuir le pays en passant la frontière au nord. Peu y parviennent et ceux qui ont le malheur de se faire prendre terminent dans des camps de réhabilitation.

C’est ce contexte dans lequel vous plonge Road 96, dans la peau de l’un de ces ados anonymes. Ou plutôt devrais-je dire, plusieurs d’entre eux. En effet, une partie se compose de plusieurs runs successifs avec des ados différents, que vous arriverez (ou pas) à faire passer la frontière. En parallèle, au travers de vos rencontres avec différents personnages, une histoire plus globale est racontée au joueur.

Ecran de selection de la prochaine partie

Avant de m’attaquer au gameplay, je vais vous parler de la partie artistique qui selon moi est très réussie. Visuellement, le style est un peu cartoon, ce qui ne sera pas du goût de tous, mais dans son genre il est très soigné. Si le rendu des personnages n’est pas toujours le plus naturel, ce style donne lieu à de magnifiques paysages et décors. Il m’a un peu rappelé les visuels de Firewatch.

Road 96

De plus, la bande sonore est elle aussi partie intégrale de l’ambiance du jeu, et d’une qualité exceptionnelle. Une trentaine de morceaux originaux la composent, créés pour Road 96 par huit artistes différents. Cette bande sonore est disponible intégralement sur la chaîne Youtube de G4F Records. La musique indéniablement à l’ambiance 90s et vient compléter à merveille ce road trip. Ces morceaux sont d’ailleurs à collectionner sous forme de cassettes au cours de vos aventures.

Enfin, le doublage intégral du jeu est lui aussi de bonne facture. A noter que si le jeu est disponible et sous titré en plusieurs langues, dont le français, le doublage lui est exclusivement en anglais.

Vue de nuit

Mais revenons en aux mécaniques de jeu. Chaque run est la partie qui est aléatoirement générée. Après avoir choisi un ado aléatoire parmi trois propositions, vous voila parti pour votre aventure. A vous de décider quels moyens utiliser pour vous déplacer jusqu’à la frontière et de prendre des décisions lors des évènements aléatoirement rencontrés. Un peu comme dans certains roguelites, vous débloquerez des talents au cours de vos runs qui seront alors disponibles pour tous vos futurs ados, rendant vos possibilités plus nombreuses à mesure que vous progressez.

Parmi les différents PNJ dont vous allez croiser la route au cours de vos différentes « vies », sept d’entre eux possèdent une histoire que vous découvrirez petit à petit. J’ai trouvé leur écriture plutôt bonne et leurs histoires intéressantes. L’écriture de la trame générale, quant à elle, n’est pas mauvaise mais manque un peu de nuance à mon goût. Je ne veux pas entrer plus en détail dans l’histoire au risque de gâcher l’intrigue.

Carte de Petria

Le nombre de runs dans une même partie dépendra de combien d’essais il vous faudra pour atteindre six fois la frontière. Lors de ma première partie, il m’a fallu sept runs, l’un de mes ados ayant rencontré une fin un peu fâcheuse sur la route. Cela m’a pris environ huit heures. Une fois la fin atteinte, vous débloquez un mode New Game +, dans lequel vous conservez votre progrès au niveau des talents débloqués, des cassettes à collectionner et des statistiques vis à vis des PNJ.

Si jusqu’ici je n’ai dit que du bien de Road 96, j’ai tout de même un bémol majeur. Plus que le jeu en lui même, il concerne les promesses annoncées sur la rejouabilité. Je m’explique. Une fois ma première partie complétée, je me suis lancée dans une New Game +. Et là, le constat est moins rose. Alors certes les runs et les séquences sont différentes, mais beaucoup d’évènements reviennent et c’est bien normal. Après tout, lors de ma première partie j’avais découvert la grande majorité des histoires des PNJ.

Stan et Mitch

Et soyons réalistes. Si un jeu narratif était intégralement généré procéduralement, quel serait le résultat ? Sûrement quelque chose d’incohérent et pas forcément aussi intéressant que l’on ne l’imagine. Et si l’on ajoute à cela que tous les dialogues sont doublés, là aussi cela implique des limitations. Alors oui, la rejouabilité n’est pas celle annoncée, loin de là, mais je trouve ca un peu logique au final. Il s’agit simplement des contraintes du développement et d’avoir un budget donné.

Un autre point qui est selon moi un peu survendu est le nombre de fins possibles et l’influence de vos choix sur l’issue de l’histoire. Comme je le disais plus tôt, les choix sont un peu manichéens, l’histoire manque de certaines nuances… mais les fins semblent toutes être des variations avec de subtiles nuances. Et malheureusement, là aussi, ça coupe un peu l’intérêt d’y rejouer.

Road 96 postcard

Au final, j’ai bien aimé Road 96, adoré la bande sonore et les visuels, mais j’ai trouvé que les arguments du studio sur le nombre de possibilités dessert le jeu en donnant des attentes trop hautes aux joueurs. Je le recommande pour ceux qui veulent une aventure narrative sympa sur fond de road trip et d’intrigue politique.

Soyez juste conscients que Road 96 manque un peu de nuance et surtout qu’il ne vous occupera qu’une dizaine d’heures environ avant de passer à autre chose. Si la rejouabilité est votre principal attrait pour ce jeu, passez votre route, vous serez forcément déçus.

Site officiel

Développeur : Digixart

Éditeur : Digixart

Plateforme : Steam, Switch, Epic

Date de parution : 16 Aout 2021

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

EvilBlackSheep

Experte en procrastination.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *