Last Year

Certains jeux ont une aura bien à eux sans pour autant faire de vagues en dehors de leur communauté. C’est peut-être dû au fait que les développeurs Elastic Games avaient décidé de ne sortir Last Year que sur Discord en décembre 2018. J’avais donc suivi celui-ci de loin, en regardant des vidéos qui, je dois bien l’avouer, avaient fait assez bonne impression quant à l’atmosphère du titre. La fermeture du store Discord a poussé les devs à se tourner vers Steam avec une sortie mi-décembre 2019 accompagnée d’un petit changement de sous-titre au passage (The Nightmare devenant Afterdark) et de l’ajout d’un personnage « tueur » clé : l’Araignée.

Je vois pas pourquoi Harvester dit toujours que je fais ma princesse.

Comme indiqué lors de mon test de Gold Express, je suis assez nouveau dans le genre de jeu à gameplay asymétrique. Il y a un côté très prenant à devoir survivre face à un ennemi puissant mais qui doit arriver tout seul à défaire un groupe. Evidemment, ce genre de jeu est aussi fort dépendant sur la capacité qu’ont les joueurs à jouer en groupe justement ou à communiquer. Sur ce point là, je joue souvent seul donc avec des groupes « pick-ups » ce qui peut grandement faire varier l’expérience.

On dirait le plan de Flad pour devenir maître du monde… sauter deux fois sur la biblio…

Dans le cas qui nous occupe, le jeu vous met soit dans la peau d’un(e) ado soit dans celle d’un tueur. Le groupe composé de 5 adolescents (parmi 6 personnages disponibles actuellement), chacun pouvant choisir un rôle parmi quatre disponibles : médecins, combattant, mécano ou scientifique, devra alors effectuer certaines tâches afin de s’enfuir, tout en évitant bien sûr d’être éliminés un à un par le tueur. Tout cela parait classique, comme dans Dead By Daylight mais les devs ont réussi à apporter suffisamment de changements pour offrir une bonne variété et un gameplay bien à lui.

Vous retournez pas…J’arrive!

La mission que le groupe d’ado devra effectuer dépendra de la carte, trois cartes sont disponibles pour l’instant : la bibliothèque, le gymnase et la tour. En général, il suffit d’aller à un point et d’apporter un objet à un autre endroit pour ouvrir la porte qui permettra d’atteindre la pièce avec la sortie, tout cela dans un temps imparti. Une fois cette pièce « ouverte », il ne restera plus qu’une seule minute maximum aux ados pour tous atteindre la porte de sortie. Il est donc important qu’ils jouent en groupe s’ils veulent que plusieurs d’entre eux s’en sortent.

Gotcha!

Le tueur quant à lui, choisira un « deck » en début de partie, trois tueurs sélectionnables parmi les quatre actuellement disponibles : l’araignée mentionnée plus haut, la brute épaisse qui écrase tout sur son passage, le tueur à la hache et Slasher qui utilise un couteau au bout d’une chaîne, accompagné de son rire démoniaque. Vous l’aurez compris, que ce soit au niveau des rôles disponibles pour les adolescents ou des différents tueurs, le style de jeu et l’expérience vont varier. L’araignée peut cracher du venin, Slasher peut attraper une victime à distance etc. De plus chaque tueur a différents lieux « pièges » spécifiques qui lui permettent de tuer en un coup si quelqu’un passe à portée. Il faut bien jouer son coup cependant, car le piège est visible et ne fonctionnera donc qu’avec des joueurs distraits. Ces pièges sont, pour moi, le moment le plus intense du jeu. Voir un de vos camarades ou votre personnage se faire happer d’un coup et se faire massacrer sans que personne ne puisse rien faire dans une animation en général assez gore est excellent niveau immersion.

Il y a quelques éléments cosmétiques qui peuvent être débloqués, ainsi que des compétences temporaires avec la monnaie du jeu (uniquement en jouant)

Du côté des adolescents, si les rôles de combattant et de médecin sont assez clairs, les deux autres peuvent permettre de détecter le tueur et de l’aveugler avec un flash ou encore de placer des tourelles qui vont lui tirer dessus (ou sur les araignées qui peuplent les lieux). En plus, chacun pourra crafter des objets utiles à la survie : un casque pour une meilleure protection, une batte de baseball pour faire plus de dégâts, une bombe pour tenter d’éliminer le tueur d’un coup ou encore un fumigène pour prendre la fuite. Pour crafter des objets, il est nécessaire de ramasser des « engrenages » qui se trouvent un peu partout mais évidemment, quitter le groupe pour aller collecter de quoi crafter représente un risque.

Pas moyen de fuir : Hunter hunted!

Le jeu offre donc un gameplay solide avec des expériences variées qui donnent une bonne rejouabilité au titre. Après évidemment c’est du multijoueurs, votre expérience dépendra donc énormément des personnages qui composent votre groupe, de leur capacité à jouer en groupe, la connaissance de la carte etc. En tant que tueur, vous n’avez certes pas ce problème, le temps d’attente pour jouer est un peu plus long (votre place dans la file d’attente est visible, ce qui évite de s’endormir devant son écran) mais vous aurez toute latitude pour agir selon vos envies afin de piéger aux mieux les joueurs. La force et la faiblesse du jeu c’est qu’il n’est facile ni avec le tueur ni avec le groupe d’ado. Un groupe face à un tueur qui connait parfaitement la carte et le jeu a de fortes probabilités de ne pas arriver à tous s’en sortir. Un tueur qui se retrouve face à un groupe soudé se fera lui dessouder dès qu’il apparaîtra.

Là par contre je n’ai pas eu le temps de préparer une embuscade.

Oui car je n’ai pas encore mentionné cet aspect. Le tueur a un mode « chasse » où il est éthéré et se déplace très vite, il peut poser des pièges au sol ou entrer les endroits piégés mentionnés plus haut ainsi qu’un mode « solide », en chair et en os, dans lequel il sera plus lent que les adolescents mais pourra attaquer ou attraper ses victimes pour les balancer dans des pièges. Il ne peut passer d’un mode à l’autre que quand il est hors de vue ou effectue une exécution réussie. Se pose alors l’éternelle question : vais-je apparaître ? Si oui, à partir d’où ? Parfois on croit être hors de vue et en fait on ne l’est pas, manquant alors l’instant fatidique où l’on pourrait prendre l’avantage. Une fois en chair et en os vous pouvez bien sûr vous faire attaquer et être éliminé. Ce qui arrive assez vite parfois si vous ne faites pas attention. Il y aura alors un temps d’attente variable (un peu long à mon goût, surtout que le tueur a déjà un temps d’attente en début de partie qui donne un certain avantage aux joueurs expérimentés) avant de pouvoir réapparaître dans la peau d’un autre tueur que celui qui vient de se faire dézinguer. Celui-ci redeviendra disponible lors de la mort suivante.

Sauve moi Jeannette !

Du côté des adolescents, chaque mort (en général brutale) va aussi déclencher un timer de plus en plus long. Une fois celui-ci écoulé, leurs compagnons pourront alors les faire sortir d’une pièce en ouvrant une porte spécifique. Le tueur sera bien sûr aussi au courant des endroits où sont retenus prisonnières ses anciennes victimes et pourra décider s’il veut empêcher les survivants d’accomplir les objectifs ou de reformer le groupe. En général, si le groupe se sépare, le tueur aura un sérieux avantage, comme dans les films d’horreur !

Ma hache c’est ma meilleure amie… tu aimes ma hache ?

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment été étonné par la qualité de ce que les devs d’Elastic Games ont réussi à proposer, l’atmosphère, le gameplay et la rejouabilité sont au rendez-vous. Alors oui, le jeu a quelques défauts comme la portée des attaques au corps à corps de certains tueurs qui ne touchent pas les ennemis s’ils se collent contre lui, l’un ou l’autre bug de mouvement ou d’activation parfois. De plus je ne suis pas un grand fan du système de compétences à usage unique qu’il faut racheter après chaque utilisation. Il est aussi fort dépendant du nombre de joueurs qui, pour l’instant, semble être assez solide pour trouver une partie rapidement mais qui peut fluctuer. Les devs avaient, semble-t-il, été un peu plus discrets avant la release sur Steam mais ont depuis annoncé un nouveau tueur/chapitre et produit plusieurs petits patches pour améliorer l’équilibrage. Reste à voir s’ils pourront garder le rythme pour conserver les joueurs. Le prix est aussi tout à fait acceptable pour ce qui est proposé et je peux donc facilement recommander le jeu pour tous ceux qui aimeraient retrouver l’atmosphère qu’on avait dans des films tels que Scream ou Urban Legends.

Ca va couper chérie !

Note de SAAvenger: à noter que depuis l’écriture de l’article, une carte supplémentaire a été ajoutée ainsi qu’une boutique permettant d’acheter certains éléments cosmétiques ou des cartes pour en débloquer avec de l’argent. Bref, le jeu évolue.

Développeur & Editeur : Elastic Games

Genre : Horreur, assymétrique.

Prix : 16,79€

Site web

Page Steam

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *