Space Force

Les occasions manquées sont légion dans notre quotidien : ne pas aller à une soirée qui s’avère dantesque, refuser d’acheter des actions Google au début des années 2000 ou, dans le cas de Steve Carell, créer une série TV et ne pas aller au bout de ses envies. Parce que oui, encore une fois je vais vous parler d’une série qui est bien, mais pas top. Et ça me fait mal de l’écrire tellement Space Force avait du potentiel.

Pensez donc : Steve Carell (et son pote Greg Daniels) qui crée une série TV où – sans surprise – il tient le rôle (principal) d’un général américain, marié à Lisa Kudrow, qui se retrouve propulsé à la tête des Forces Spatiales américaines, arme nouvellement créée pour l’occasion. Sa mission ? Travailler en collaboration avec une équipe de scientifiques, dirigée par John Malkovitch et Jimmy O. Yang afin d’envoyer des astronautes sur Mars et plus généralement de prendre de l’avance dans la conquête de l’espace face aux puissances hostiles que sont la Chine et la Russie.

Sauf que, comme vous pouvez vous en douter en voyant le casting, ce ne sont pas vraiment des lumières et les déboires vont rapidement s’enchaîner et, surtout grâce au format court des épisodes (25 minutes), permettre à la série de garder un rythme assez élevé pour pallier aux défauts les plus flagrants et aux ficelles scénaristiques grosses comme des baobabs.

Pour commencer, LA grosse interrogation de la série : pourquoi si peu de Lisa Kudrow ? Une pirouette scénaristique permet de le justifier mais je ne comprends pas ce qu’elle apporte à la série. Ensuite, le plus évident : quitte à aller dans l’absurde pourquoi ne pas y aller à fond ? Les vannes taclent à tout va et pas mal de monde sortira égratigné de la série, mais c’est juste ça : des égratignures. Pourquoi ne pas avoir poussé le curseur de plusieurs crans ? Pourquoi, surtout avec une équipe pareille, ne pas avoir succombé à l’envie de créer une série totalement barrée ?

Etait-ce pour essayer malgré tout de garder un certain équilibre et ainsi se ménager une voie de secours ? On ne se saura pas vraiment et en attendant il nous reste 17 épisodes de déconnade. Pas la grosse déconnade mythique de Parks & Recreation, Community ou The Office (version US). Mais une petite déconnade sympa, rigolote et bon enfant. Les personnages sont très vite attachants, les scénaristes arrivant même, malgré le faible nombre d’épisodes, à créer des petites relations entre eux, Steve Carell est parfait dans son rôle de général psycho-rigide-mais-en-fait-il-a-un-grand-cœur, ses soldats sont cons comme des rédacteurs de Dystopeek et les Chinois sont systématiquement meilleurs.

Donc non, Space Force ne détrônera dans votre cœur aucune série citée précédemment mais… je conseille quand même de regarder, pour le côté gentillet qui met de bonne humeur. Les blagues sont drôles, les références très nombreuses. Je l’ai regardée en mangeant le midi au boulot et franchement, le reste de la journée passait bien mieux après. Oui c’est dommage, le potentiel de déconne était immense, mais non, ni Netflix ni les scénaristes n’y ont cru et à être trop timides ont pondu une série au cul entre deux chaises qui a peiné à trouver son public. Et de nos jours, ça ne pardonne pas.

Genre : Comédie

Création : Steve Carell, Greg Daniels

Casting principal : John Malkovich, Steve Carell, Ben Schwartz

25 minutes par épisode

2 Saisons sur Netflix

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...