Séries Monthly #5: Septembre

Septembre pour moi c’était un peu le rattrapage des suites mais il y a du lourd. Je tiens aussi à remercier @evilblacksheep qui à chaque fois me fournit le petit montage d’image pour cette « série » d’articles.

Dark Saison 3

Dark est pour moi la meilleure série Netflix et l’une des meilleures séries actuelles. En utilisant le prétexte et postulat de la possibilité de voyage dans le temps, elle distille au fur et à mesure l’impact d’une réflexion somme toute simple et logique sur le non libre arbitre, le déterminisme et des sujets forts peu abordés en télévision. 3 saisons et un final qui devait convaincre, ce n’était pas garanti. Malgré la complexité dont la série se pare parfois avec ses nombreuses lignes parallèles, les scénaristes ont décidé d’un final compréhensible pour la plupart. J’aurais aimé que le sujet soit abouti mais je ne suis pas pour autant déçu car j’ai trouvé le tout de très bonne facture. Les acteurs sont bons (il faut évidemment regarder la série en Allemand), le casting a fait un boulot excellent, les choix musicaux font mouche et l’atmosphère est tout simplement nickel. C’est une série qui peut aussi se regarder plusieurs fois pour profiter de tous les détails distillés au fil des saisons. Bref c’est selon moi une série à ne pas manquer.

The Expanse Saison 4

De manière générale, il est rare que des séries arrivent à maintenir la qualité ou même à monter le niveau au fil des saisons. J’avais un peu laissé The Expanse de côté, sans que je sache bien pourquoi. J’ai toujours apprécié la série sans pourtant la trouver aussi géniale que les fans. Enfin si, c’est en particulier dû à son personnage principal Holden (Steven Strait) que je ne trouve pas très bon acteur (alors que dans la saison 1 Thomas Jane avait fait un super boulot dans son rôle au premier plan) même si la plupart des acteurs secondaires sortent du lot (Dominique Tipper en bad ass, Wes Chatham en brute à one-liner’s et surtout Shohreh Aghdashloo en dirigeante aussi implacable qu’efficace).

Cependant au fil des saisons je dois avouer que la série a réussi à s’installer et faire montre d’une très bonne qualité de scénario SF (basé sur les bouquins de James S.A. Corey que je n’ai toujours pas lu, honte à moi). La saison 4 est elle vraiment prenante, les personnages sont bien campés, il y a un vrai suspense sous-jacent et le visuel est très réussi. Je me doute que la plupart des fans de SF se sont déjà penchés sur la série mais je dois avouer que pour le coup je suis assez content que Besos ait voulu voir la suite en rachetant la série pour Prime Vidéo car moi aussi, je veux voir la suite.

Hinterland

Certaines séries peinent parfois à convaincre alors que tous les ingrédients sont là, d’autres fonctionnent tout simplement. C’est le cas d’Hinterland (dispo sur Netflix) qui suit un flic (Richard Harrington) muté dans l’arrière pays, dans la grisaille du Pays de Galles. A la dérive suite à un événement tragique, c’est évidemment un très bon flic qui ne lâche pas les indices et a du flair, secondé par une policière locale intègre (Mali Harries). Vous l’aurez compris, que du très classique à ce niveau. Là où Hinterland arrive à se différencier c’est dans son traitement assez humain et crédible, que ce soit au niveau de certains détails (les petits plots pour ne pas marcher dans le sang d’une scène de meurtre) ou la valse des interrogatoires encore et encore jusqu’à dénicher quelque chose.

Le Pays de Galles ne fait pas rêver, c’est humide et gris mais au fil des épisodes et d’une photographie qui est parfois superbe, l’ambiance s’installe. On apprécie les personnages et si les intrigues sont rarement surprenantes, le fil directeur arrive quand même à porter le téléspectateur d’un épisode à l’autre (assez long d’ailleurs, chacun faisant plus d’une heure). Autre particularité de la série, chaque scène a été tournée deux fois, une fois en Anglais pour BBC One et une fois en Gallois pour S4C, assez impressionnant quand on voit l’intensité de certaines scènes. La série est sombre, sans être trash (même si les sujets eux peuvent être très sombres) malgré ce que le générique essaie d’insinuer. C’est du bon, pas indispensable mais pour ceux qui aiment ce côté gris et un peu dérangeant des enquêtes policières, il y a de quoi passer un bon moment.

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *