Lucifer ou l’enfer pavé de bonnes intentions.

Il y a quelques années, quelqu’un s’est dit que d’adapter Lucifer en format série TV est une bonne idée. En grand fan de Sandman de Neil Gaiman, je me rejouissais à l’idée de cette adaptation. Le graphic novel n’ayant pas eu les honneurs d’une version française, je n’ai jamais eu l’occasion de le lire. Je ne suis pas assez bon en anglais pour ça, surtout si le niveau est le même que celui de Sandman. Il fait partie de ses œuvres qui mériteraient d’être traduites.

Adapter, c’est infernal ?

Même si je ne peux faire de comparaison avec le matériau d’origine, Lucifer version série TV est une adaptation très libre de la version papier. La seule chose qui est commune : Lucifer décide de prendre congé de l’Enfer, descend sur Terre et emménage à Los Angeles. Pour le reste, certains personnages sont présents, d’autres apparaissent et la personnalité de Lucifer est modifiée pour en faire un personnage plus télévisuel. Au delà de la ligne de texte précisant que c’est une adaptation du graphic novel, je ne pense pas me tromper en disant que les deux œuvres sont tellement éloignées l’une de l’autre que la comparaison est absurde.

Elle est d’enfer la série ?

Tout d’abord, la série est constituée de trois saisons diffusées sur la Fox et a été reprise par Netflix. Autant dire une grande chaîne américaine avec ses codes et surtout un type de séries. Lucifer s’inscrit dans la tradition du cop show. En clair, Lucifer se fait un peu chier dans son bar à tester toutes les drogues, faire l’amour à tout ce qui ressemble à un être humain et finir ivre mort tous les soirs alors il décide que de faire le consultant pour la police est une bonne idée. Heureux hasard que sa coéquipière soit une ancienne actrice qui aura tourné une scène seins nus (Running gag de la première saison) et qu’elle a la capacité de rendre Lucifer vunérable.

Lucifer est un ange déchu donc immortel et le lieutenant Decker le rend mortel quand il est près d’elle. C’est totalement sous exploité même si cela permet aussi d’insuffler une dynamique pour un duo qui fonctionne assez bien parce que les caractères sont à l’opposé. Lucifer est un petit gamin capricieux, égocentrique, amoral et incapable de mentir alors que la policière est coincée, à fond dans son travail.

Les seconds rôles sont enfermés dans des stéréotypes malgré les tentatives de les faire évoluer. Pour être exhaustif : le bras droit qui s’humanise, la gamine qui sert à rien, l’ex-mari qui sert à rien non plus, le frère qui veut ramener le garnement à la maison, la psy qui vient t’expliquer ce que tu n’as pas compris, l’expert médico légal trop positif, numéro 6 qui a oublié de faire une couleur.

Et les bonnes intentions : un pavé ?

Le premier épisode commence par une phrase magique de Lucifer qui m’a fait sourire et donner espoir d’une série qui se lâche. Espoir vite déçu parce que non c’est pas possible d’avoir un personnage aussi antipathique. Il faut le rendre plus acceptable et les deux premières saisons sont sur le ton d’un Lucifer connard, mais pas trop. La troisième se lâche beaucoup plus sur ce point et j’ai trouvé le personnage vendu au début de la série : égoïste et graveleux… Il s’adoucit un peu par la suite.

La production peut dire merci à Tom Ellis qui porte la série sur ses frêles épaules. Je me trompe peut être, mais j’ai le sentiment que d’incarner Lucifer est pour lui un plaisir de tous les instants. Il faut reconnaître que le personnage est juste génial et bien plus intéressant que les autres. Les histoires sont juste des prétextes pour voir Tom Ellis faire son show et ça se voit de plus en plus au fil de la série. Tom Welling (A croire que les Tom ont les meilleurs rôles) en saison 3 fait un antagoniste à la hauteur et donne un coup de fouet à la série.

Un autre reproche à faire est la longueur des saisons qui font s’étirer plus que de raison des histoires et amènent du remplissage pas toujours heureux. Je pense notamment à l’histoire de Charlotte Richards qui aurait mérité de se terminer bien plus tôt, tout comme celle de Pierce (alias Tom Welling).

Verdict : Dante ou Sartre ?

C’est un peu la question que l’on peut se poser en ressortant du visionnage des trois premières saisons ou une autre plus simple. Est ce que Lucifer est une bonne série ?

Oui parce que Tom Ellis est excellent dans son personnage, ses comparses font ce qu’ils peuvent et donnent un ton léger à la série. On est clairement dans une série pop corn qui ne va pas réinventer la roue. Les trois saisons sont agréables à visionner et le cliffhanger de fin ferait une bonne fin, mais…

Quand le grand Satan du streaming vient sauver l’étoile du matin

La Fox a décidé que la série n’aurait pas le droit à une quatrième saison et ça, les fans ne l’ont pas accepté. Netflix est venu à la rescousse en commandant une saison de 10 épisodes. Les acteurs étant encore sous contrat, ils ont tous rempilé et la saison sera disponible début mai 2019.

Mon espoir est de voir la série prendre plus de libertés, de sortir du cop show insipide pour tendre vers une série approfondissant ses personnages. A voir.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *