Brochette de films #4 : La Belle et les Clowns

Pour cette quatrième salve, je vais me permettre une petite explication sur le principe de la brochette. Au départ, c’est une volonté de parler cinéma et surtout de films qui ne méritent pas, selon moi (oui, c’est important), d’avoir un article consacré. Je n’ai pas forcément envie de faire une argumentation entrée/plat/dessert sur chaque film et ce n’est pas le but. J’y vois plus l’occasion de poser un avis brut. Pourquoi argumenter si je considère que les films ne le méritent pas ?

The Shallows

Je pourrais résumer le film à Blake Lively, mais ce serait le résumer à ce qu’il n’est pas. Le réalisateur filme la demoiselle sous toutes les coutures sans pour autant tomber dans le graveleux.

The Shallows est un film de requin et un huis clos en mer. Exercice ô combien difficile tant les possibilités sont faibles pour tenir pendant une heure trente sans tomber dans la répétition. Le pari est clairement réussi avec une réalisation solide, une actrice investie et une capacité à éviter la surenchère pendant presque tout le film. Le requin est une menace et se comporte comme un prédateur qui protège son repas pendant une grande partie du film. Crédible ou pas, ça fonctionne et j’y ai cru.

Malheureusement, la fin est décevante. Faire du requin un personnage ivre de vengeance pour justifier une fin spectaculaire enlève une bonne partie de la bonne impression laissée jusque là. Reste un film de requin qui se regarde sans déplaisir sauf à ne pas supporter Blake Lively.

IT Chapitre 2

Enfant, la version avec Tim Curry m’avait profondément marqué et même encore aujourd’hui, j’ai du mal avec les clowns. Quand j’ai appris qu’une nouvelle version sortait, ma curiosité a pris le pas sur ma peur et je fus déçu parce que le film ne fait jamais peur. Le second opus ne fait pas peur non plus, mais je le trouve bien meilleur que le premier.

2H45 de film qui passe comme une lettre à la poste. Jamais l’ennui n’a pointé et les apparitions du clown, bien que (trop) prévisibles, sont parfaitement dosées pour laisser place à une histoire sur les traumas de l’enfance. Ces traumas qui nous suivent dans notre vie d’adulte et que les personnages principaux vont combattre en tentant d’éliminer Grippesou pour de bon. C’est bien filmé, bien joué et agréable à regarder. Tout juste peut on reprocher au film de ne plus être aussi surprenant que le premier et son rythme pépère.

Si vous n’avez pas aimé le premier, pas besoin de le regarder, sinon c’est la digne suite et fin du premier chapitre. Je vais enfin me décider à lire le livre après ça.

Fast and Furious : Hobbs and Shaw

Joueur Nain 2 est un grand fan de la franchise. Il se fiche complètement de l’histoire, des acteurs/actrices. Ce qu’il aime, ce sont les voitures et rien que les voitures. Il est capable de sortir le nom de n’importe quelle voiture dans la rue, peut s’extasier sur une Tesla comme moi devant l’enfant de The Mandalorian. Autant dire que chaque nouvel opus est attendu et il n’est jamais déçu, s’il y a une voiture dedans.

Pour ma part, je n’ai pas apprécié plus que ça et j’ai de plus en plus de mal avec la dichotomie de ce genre de films. Comment justifier dans un même film la destruction totale, la mort de tous ces méchants et à côté se permettre de vanter les vertus de la famille, de l’amour filial et que l’on doit tous s’aimer ? Pas compris pour ma part.

Le scénario du film n’est qu’un prétexte à mettre en avant Dwayne Johnson et Jason Statham avec un troisième larron, en l’occurrence, la sœur de Statham. Au milieu des cascades de plus en plus débiles, les deux acteurs s’en donnent à cœur joie dans les punchlines. Un bon moment pour qui s’ennuie un dimanche pluvieux et ne veut pas brancher son cerveau.

A noter la présence d’Idris Elba en méchant charismatique qui ne force jamais son talent et Vanessa Kirby qui ne force pas non plus dans son rôle de sœur trop badass. Ne pas oublier Helen Mirren qui passe faire coucou.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *