Brochette de films #3 : Un pikachu entre deux comics.

Jamais deux sans trois comme le dit si bien l’adage, alors voici la troisième brochette qui fera voyager les lecteurs entre trois adaptations fort différentes pour le meilleur et le pire.

Avengers : Ici, le jeu prend fin.

Dire que je n’attendais rien d’Avengers Endgame est vrai tant j’avais trouvé Infinity War pas terrible, même si meilleur qu’Ultron.

Je vais spoiler le moment le plus incroyable du film : Thanos se fait décapiter au début. A partir de cet instant, le film va passer son temps à détricoter tout ce que le précédent a mis en place pour permettre à certains acteurs de partir du Marvel Cinematic Universe (MCU) avec un gros chèque, mettre en lumière quelques autres pour la suite et faire croire au monde entier que la scène post générique du précédent sert à quelque chose.

Difficile de lui reprocher de ne pas faire le job dans le genre blockbuster. En trois heures, je ne me suis pas vraiment ennuyé et j’ai apprécié la proposition. Mais que c’est lisse, d’une pauvreté absolue sur le plan scénaristique et fan service. Endgame est un film fait pour le fan qui suit le MCU depuis le début. Vivement la phase 42 où tout le monde finit en maison de retraite.

Détective Pikachu : Yellow Sherlock in da place.

Autant dire que celui-là, je l’ai vu parce que je ne savais pas quoi montrer aux joueurs nains. J’étais prêt à me tordre de rire pendant tout le film devant la nullité de l’ensemble. Le pitch étant d’avoir un jeune homme qui va chercher à savoir ce qui est arrivé à son père disparu. Tout le monde a un pokémon sauf lui. Là, on peut se dire que c’est original pour un film Pokémon sauf que ce n’est pas un film d’animation, que l’univers est plutôt sombre et l’intrigue se rapproche plus du polar que du combat de pokemon.

Pour les besoins du film et de l’intrigue Pikachu parle. C’est déroutant au départ, mais ça fonctionne bien et les effets spéciaux sont bons. Le film réussit son pari avec une histoire pas mauvaise, des acteurs qui font le job et quelques bons moments. Une surprise agréable.

Wanted ou la recherche de la crédibilité.

Je peux avouer sans aucune honte que j’ai vu Wanted au cinéma quand il est sorti et j’ai été bluffé à l’époque. Ensuite, j’ai lu l’oeuvre dont il est l’adaptation et j’ai été bluffé tellement le niveau est au dessus.

Wanted le film n’a rien à voir avec le matériau d’origine, mais rien du tout. Le film parle d’un jeune homme paumé avec une vie de merde qui se découvre un père tueur à gages trop fort qui serait mort et dont il doit prendre la relève. Jusque là, ça fonctionne sauf que les cibles sont désignées par un métier à tisser, il est possible de courber la trajectoire des balles et de faire monter les pulsations de son cœur à un niveau tel que tu peux battre le record du saut en longueur de quelques centaines de mètres.

Le film est crétin au possible avec un casting assez intéressant (James Mc Avoy, Morgan Freeman, Angelina Jolie et un Chris Pratt en jeune premier), une générosité de tous les instants et une crédibilité aux abonnés absents. Pour l’apprécier, il faut le prendre pour ce qu’il est : un film généreux qui veut en mettre plein la vue au risque de faire tomber la suspension consentie de l’incrédulité à tout instant.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *