Jeux vidéoJouerWargames

Headquarters: World War 2

Changement d’échelle pour les développeurs ukrainiens de Starni Games qui, après nous avoir habitués à des jeux stratégiques, font un bon gros zoom avant pour nous offrir Headquarters: World War 2 et ses combats tactiques. L’offre en jeux à cette échelle étant déjà conséquente, était-ce une bonne idée ?

Présenté comme un titre au rythme rapide et aux mécaniques simples, Headquarters: World War 2 remplit en effet ces critères, en rajoutant de bien jolis graphismes pour un wargame et une interface claire et pratique. En même temps, la complexité du titre étant faible, il n’y a pas des milliers de paramètres à prendre en compte.

Proposant 27 missions réparties en 3 campagnes (US, UK et Allemands), Headquarters: World War 2 dispose en solo d’une excellente durée de vie, avec un système de renforts à acheter entre les missions. L’Unreal engine 4 est très bien exploité, avec la possibilité de zoomer et tourner la caméra dans tous les sens. Une fonction plus esthétique qu’autre chose car si le jeu gère bien entendu les lignes de vue, ce ne sera pas au pixel près comme dans un Combat Mission par exemple.

De même, n’espérez pas envoyer vos troupes à l’étage d’un bâtiment ou leur faire creuser un abri, Headquarters: World War 2 joue la carte de l’accessibilité. Mortiers mis en batterie immédiatement, informations disponibles pour toutes les troupes en même temps, amateurs exigeants passez votre chemin. Si vous avez joué à Battle Academy en son temps, vous serez en terrain connu.

Les missions sont donc très rythmées et se jouent vite, avec des scripts rajoutant des objectifs et événements au fur et à mesure que le joueur progresse. Cela oblige à être un minimum prudent pour ne pas perdre trop de troupes trop tôt et être démuni en cas de renforts ennemis. C’est très sympathique sur le moment mais nuit à la rejouabilité.

L’IA est quant à elle correcte – après quelques patchs – et montera des embuscades ou essaiera de vous contourner lors de son tour. N’attendez pas non plus des miracles, si vous cherchez un vrai challenge il va falloir aller voir du côté du multijoueur.

Le gameplay à base de gestion du moral, utilisation des bonus (artillerie hors carte, reconnaissance aérienne…) est très bien maîtrisé et plaira sans aucun doute au plus grand nombre tant la mise en œuvre est rondement menée, comme à l’habitude avec ce studio.

Mais je serais direct : je n’ai rien à reprocher à Headquarters: World War 2. C’est un titre extrêmement bien réalisé, avec un bon suivi vu le nombre de patches depuis sa sortie et globalement à la fois accessible et profond.

Mais… je m’ennuie quand je suis devant. Les missions sont sur des rails, il n’y a guère de surprises et d’originalité. On prend du bon temps sur le moment mais on n’a pas spécialement envie d’y revenir et d’absolument finir la campagne entamée.

C’est un avis totalement subjectif, mettons-nous bien d’accord. Je n’avais guère accroché à Battle Academy, même en multi, et Headquarters: World War 2 provoque la même réaction chez moi.

Un bon Beer and Pretzels donc, proposé à un tarif raisonnable vu sa durée de vie, qu’il vous faudra tout de même essayer par vous-même tant mon avis semble trancher avec le reste des joueurs. Personnellement je préfère retourner sur The Troop, qui me parle plus.

Genre : Wargame

Développeur : Starni Games

Editeur : Slitherine Ltd.

Date de sortie : 11 Avril 2024

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *