Early Access: Starsand

J’aimerais un jour assister au processus de création d’un jeu en partant du point de départ, ce moment où des gens, sûrement réunis autour d’une table, décident tous ensemble du thème et du genre de leur production à venir. Pour Tunnel Vision Studio, je soupçonne que la table était en fait un canapé et qu’au lieu d’une carafe il y avait des cigarettes magiques que Ruvon affectionne particulièrement. Parce que le scénario de Starsand est pour le moins étonnant et succinct.

« Vous étiez en train de courir un marathon dans le désert et au quatrième jour vous vous rendez compte que vous êtres perdu. Découvrez ce qu’il s’est passé ». Alors je sais que pour un jeu de survie le scénario n’est pas vraiment important, le but ultime étant de ramasser plein de petits cailloux pointus et de couper du bois pour construire une station orbitale, mais tout de même. Vous me direz, ça laisse planer le mystère et renforce la magie de la découverte lorsque vous mettrez la main sur votre premier artefact alien ou que, en levant les yeux au ciel, vous vous rendrez compte qu’il y a deux lunes.

Le dépaysement est donc total lorsque vous lancez Starsand. D’une part parce qu’autour de vous il n’y a que du sable à perte de vue, et non pas une petite étendue rikiki comme on voit habituellement. Du sable à droite, des dunes, du sable à gauche et parfois un monolithe. Que vous suivrez, jusqu’à apercevoir une oasis en contrebas. Et qui dit oasis dit eau et ombre, les deux ressources principales du jeu (avec les petits cailloux pointus). Parce que si le mode découverte du titre est gentillet et permissif et permet de découvrir le jeu tranquillement, je peux vous assurer que le mode survie, vers lequel vous vous dirigerez à la fin du tutoriel parce que vous vous respectez, est beaucoup plus mortel. Rester en plein soleil signifie la mort à brève échéance et courir relève du suicide.

Il faut donc vous préparer durant la journée en craftant et récoltant ce qui peut l’être dans l’oasis où vous vous trouvez et, une fois la nuit et les températures tombées, partir en exploration en vous guidant avec les monolithes et votre doigt mouillé. Parce que non, vous n’aurez pas de carte ou de boussole, uniquement les panneaux de signalisation que vous aurez vous-même déployés. Alors c’est une excellente chose pour le côté survie sans concession, ça devient moins marrant quand vous tournez en rond à la recherche de votre campement et que l’eau vient à manquer.

Heureusement pour nous, le désert de Starsand est très bien modélisé et vous apprendrez bien vite à reconnaître les différentes dunes et à repérer de loin les points d’intérêt. Ça ne sera pas facile mais ça arrivera au bout d’un moment. Vous pourrez ainsi découvrir les ruines autour de votre oasis ou visiter cette gigantesque pyramide dont certains accès sont pour le moment inaccessibles. Parce que oui, Early Access oblige, Starsand est loin d’être complet.

C’est d’ailleurs un poil frustrant car pour le moment on ne sait pas trop sur quel pied danser : faut-il vivre d’expédients et tenter d’explorer un maximum d’oasis ? Ou trouver un point central et crafter tout ce qui peut l’être pour se faciliter la vie, au risque de perdre du temps et des ressources s’il faut recommencer plus loin ? Chacun jouera de la manière qui lui convient mais pour le moment, sachez que Starsand est loin d’avoir atteint son potentiel. Il va falloir explorer, ne serait-ce que pour obtenir des recettes de craft, mais comment et dans quelle direction ?

Le jeu étant en Early Access, il vous faudra compter avec pas mal de bugs, que ce soit d’interface, avec des informations qui ne disparaissent pas, ou carrément des crashs fatals qui obligeront à tout relancer. Techniquement le jeu alterne entre le superbe (le désert lui-même, le ciel) et le très très bof (les animaux et autres outils) et on se dit qu’il y a encore du boulot. Pareil pour l’optimisation, ma carte graphique étant constamment sollicitée.

En l’état, Starsand est tout de même très plaisant. Après plusieurs heures de jeu on trouve ses marques et on se prend à planifier l’exploration : disséminer des bases ici et là pour toujours avoir un point de repli au cas où, partir équipé mais pas trop pour récupérer un maximum de ressources (fun fact : le poids n’est pas géré, seulement le nombre de slots d’inventaire disponibles. Vous pouvez donc vous trimballer avec 50 rondins sans le moindre souci…). Les développeurs ont vraiment réussi à faire du désert un adversaire et une source d’émerveillement et on se prend bien souvent à chercher la plus haute dune, l’escalader et une fois en haut, à regarder autour de soi avec un petit frisson d’excitation et de peur en recherchant un havre de paix où refaire ses réserves.

Très brut, techniquement bancal avec une IA aux fraises, Starsand est un jeu à garder en wishlist ou même à acheter dès maintenant pour soutenir les développeurs. Vu le chemin parcouru il y a peu de chances qu’ils ne se foirent et franchement, ça vous intrigue pas de savoir comment vous êtes arrivés là ? Et surtout, vous ne voulez pas savoir si on peut apprivoiser des hyènes ?

Genre : Survie

Développeur : Tunnel Vision Studio

Editeur : Toplitz Productions

Date de sortie en Early Access : 4 Novembre 2021

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *