Pro Cycling Manager 2019 : Crevez l’écran !

Grâce à Pro Cycling Manager 2019, découvrez la page wikipédia de…

Milo Sarelli

Naissance : 21 octobre 1999 (21 ans en 2021) à Bolzano, Tyrol du Sud
Equipe actuelle : Team Dimension Data
Spécialités : Grimpeur, Puncheur
Spécialité secondaire : Rouleur
Taille
: 1,79m
Poids : 64kg

Equipes professionnelles :

2019 – Biesse Carrera
2020 – Team Burgos BH (Continental Pro)
2021 – Team Dimension Data (World Tour)

Principales victoires :

Courses par étapes :

– Tour de Catalogne 2021

Tour du Pays-Basque 2021

Classiques :

– La Flèche Wallone 2021

3 étapes de Grand Tours :

Giro d’Italia (3 étapes)

Milo Sarelli est un coureur cycliste professionnel né en 1999, en Italie. Il débute sa carrière dans l’équipe continentale Biesse Carrera, il monte chaque année d’échelon et intègre le World Tour en 2021 avec la Dimension Data. C’est cette saison qui le révèle au grand public avec des victoires d’étape dans des courses World Tour.

Milo Sarelli sous le maillot de sa première équipe, Biesse Carrera

Sarelli est un pur grimpeur, adepte des cols et des arrivées en montagne. Il est également un très bon puncheur grâce à son accélération de grimpeur notamment. Sarelli se développera également en chrono, en gagnant de nombreuses courses contre la montre, surtout celles en arrivée vallonnée. Enfin, Milo Sarelli sait également intégrer des TOP 10 dans certaines arrivées en sprint massif, grâce à son accélération, son placement et sa volonté. C’est donc un coureur très complet et redoutable sur de nombreux terrains.

La création de coureurs permet de profiler selon l’axe principal (ici grimpeur) et un axe secondaire (contre-la-montre). Cela détermine les statistiques de départ du coureur et ses capacités d’évolution. Pour débuter une carrière, le coureur aura le choix entre 3 équipes. Le choix est stratégique : niveau faible ou moyen, ou un rôle plus important en perspective…

2019
Milo Sarelli débute en pro avec la Biesse Carrera, équipe continentale de sa région. Il est déjà considéré comme un grand espoir du cyclisme italien. Lors de sa première course, il sera leader outsider de son équipe, et obtiendra d’excellents résultats pour son âge (19 ans) en gagnant le maillot blanc et la 8ème place du Tour d’Antalya. Sa première victoire sera sa 2ème course, le Porec Trophy en Croatie.
Il montre également de bonnes capacités de rouleur en gagnant le prologue de l’Istarko Trophy.
Sarelli est polyvalent, il se montre présent dans le paysage des futures classiques ardennaises en gagnant Liège-Bastogne-Liège U23 et le Grand Prix de Lombardie U23 réservé aux jeunes de moins de 23 ans.

Toutes les courses du calendrier réel figurent dans le calendrier de PCM. Le coureur peut accéder à celles qui correspondent au niveau de son équipe.

2020
Sarelli effectue ses débuts en continental pro avec la team Burgos HD, pour un salaire 10 fois supérieur à celui de l’année précédente. Il débute sa saison avec des courses de très haut niveau en enchaînant le Tour de Catalogne et du Pays Basque (World Tour), bien évidemment il ne s’illustrera pas face aux Bernal, Carapaz ou Yates et finira 16ème dans ces 2 courses. Il ne trouve pas la victoire dans cette première partie et cherche à évoluer pour gagner en résistance et en endurance. Le tour de Slovénie (2.HC) est un déclic pour lui, il y gagne le prologue, sa première victoire de l’année, il gagne aussi l’étape 3, 5 et la course finale. Il gagnera une étape au Tour de Burgos et gagnera également le Colorado Classic avec 2 victoires d’étapes.

Victoire sur l’étape 3 du Colorado Classic après être sorti à 4 km de l’arrivée.

Sarelli continue d’être polyvalent, il remporte de nombreux chronos et gagne des étapes en s’échappant du peloton aux derniers km en baroudeur-rouleur. Il finit 5ème de la réputée Clasica San Sebastian (World Tour) en puncheur et réalise de nombreux TOP 10 en sprints massifs.

Le système de transferts est amélioré : les jauges d’intérêt des équipes évoluent selon les résultats et l’intérêt réciproque du coureur. Cependant le système peut se montrer incohérent avec des offres en désaccord avec les jauges.
Les statistiques s’améliorent avec les courses, et les passages de niveau d’expérience donnent des points à dépenser dans un arbre de 36 compétences, qui feront évoluer les aptitudes du coureur.

2021
Milo Sarelli intègre la Team Dimension Data et permet à celle-ci de revenir en World Tour grâce au classement par moyenne. Il commence très bien sa saison en gagnant sa première victoire en World Tour avec la 4ème étape du Tour Down Under, et finit 2ème de l’épreuve. Il devient véritablement l’un des meilleurs grimpeurs du moment en gagnant des étapes dans des tours réputés, comme l’UAE Tour ou le Tirenno Adriatico. Là aussi, il finit 2ème, derrière Primoz Roglic.

Par la suite, sa carrière va vraiment décoller en gagnant à la suite 2 courses World Tour : le Tour de Catalogne et du Pays Basque. Mais sa victoire la plus impressionnante reste son succès surprise sur la Flèche Wallone, il gagne ainsi sa première classique ardennaise.

Sarelli à la lutte dans le final de la Flèche Wallone.

Sarelli participe en avril à son premier grand Tour, le Giro. Encore une fois, le jeune italien impressionne et remporte 3 victoires d’étapes, à seulement 21 ans. Il finira second et maillot blanc.

Au début de chaque saison, un programme de courses est proposé au coureur. Il est possible d’adapter son calendrier, en dépensant des points de calendrier, ce qui laisse pas mal de liberté.
La course est en général plus réaliste qu’il y a quelques années.

Tout ceci se déroule sur Pro Cycling Manager 2019, avec une indispensable base de données facilement installable depuis le workshop de Steam (ici la WorldDB 2019).
C’est un complément indispensable au jeu de base : les noms des coureurs et des courses, maillots, parcours alternatifs (8 pour le Tour de France, tous les parcours de la Vuelta depuis 2011 !), statistiques des coureurs ajoutent de la réalité à l’expérience. Des courses supplémentaires sont également ajoutées.

Genre : Simulation sportive

Éditeur : BigBen

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Sigarrett

J'étais là avant. Inventeur du Koh Lanta des Jeux Vidéos, survivant dans l'âme, j'aime la gestion, l'enquête, le mystère, la furtivité, la simulation, les combats spatiaux, et la stratégie.