Jeux vidéoJouer

Fabledom

Décidément, les jeux de gestion se suivent et ne se ressemblent pas. Après un Manor Lord au look très réaliste et avant un Synergy à la direction artistique très originale, voici venir Fabledom et son look choupinou un rien enfantin. Ce qui n’est habituellement pas pour rassurer les fans du genre.

Et autant le dire tout de suite, si vous recherchez un jeu hardcore ou ultra-complexe avec des dizaines de chaînes de production s’entrecroisant, laissez-moi vous dire que vous vous êtes trompés d’article. Non parce que Fabledom annonce vraiment la couleur et ne s’engage jamais vraiment sur le chemin de la complexité. Mais n’allez pas lire ce que je n’ai pas écrit, il n’en est pas inintéressant ou simpliste pour autant !

Le principal intérêt de Fabledom réside dans sa campagne : vous êtes un prince (ou une princesse) à la tête d’un tout nouveau royaume que vous devez faire prospérer tout en gardant d’excellentes relations avec les autres princes et princesses à la tête des royaumes alentours.

Petite originalité, vous allez pouvoir les courtiser et les épouser (mais pas tous à la fois non plus), non pas en tuant tous leurs prétendants comme dans le premier Crusader Kings venu mais tout simplement en leur faisant des cadeaux et en remplissant des missions. Oui, tout se perd ma p’tite dame !

Autre mécanique sortant de l’ordinaire, il y a dans votre royaume des personnages et objets tirés de contes de fée et en interagissant avec eux via votre Héros – oui il y a une composante militaire – vous gagnerez des bonus passifs ou une récompense unique (mais qui implique bien souvent de faire le choix le plus moralement douteux). Tout est meugnon tout plein je vous dis !

Pour la partie gestion, votre population est divisée en 3 classes, du paysan au noble. Heureusement pour vous, les besoins de chacune de ces classes ne sont guère compliqués à assouvir et même si certains bâtiments appliquent des malus de beauté autour d’eux, il est très facile de les compenser.

On se retrouve donc à débloquer graduellement toutes les technologies via des missions souvent limitées dans le temps, qui vont de rendre service en donnant 30 poissons à accueillir absolument tous les nouveaux arrivants, ce qui implique de toujours avoir des logements libres.

On y gagne des ressources bien sûr, mais aussi de l’or ou des points de noblesse qui eux servent à acheter des bonus spéciaux.

L’or sert bien entendu à acheter les bâtiments à construire mais aussi à acheter de nouveaux territoires pour étendre votre domaine, un peu comme dans Northgard.

Ce qui oblige à clairement planifier son développement et son expansion selon les ressources qu’ils renferment.

Les constructions possibles sont très classiques, avec les habituelles fermes, élevages de cochons (ailés !), carrières, bûcherons et autres forges dans lesquelles produire les armes pour les troupes que vous formerez. Il est même possible de créer une arène pour combattre des vagues de squelettes pour faire progresser vos troupes.

Si vous pouvez oublier les tableaux avec une vingtaine d’onglets pour gérer la production et les dépenses de vos citoyens, sachez quand même qu’il existe une contrainte géographique pour vos travailleurs qui rechigneront à marcher deux plombes pour aller casser des cailloux. Oui moi aussi ça m’a surpris mais bon que voulez-vous il y a parfois des mécaniques loufoques.

Il va donc falloir essayer de répartir tout ça avec une certaine cohérence géographique, et donc multiplier les bâtiments inutiles car ne servant qu’au bien-être des gens (comment ça je suis un monstre ?). Heureusement que l’interface pour gérer la répartition des ouvriers est très bien fichue et qu’il n’y a pas à cliquer dans tous les sens pour s’en sortir.

J’ai quand même quelques reproches à faire à Fabledom, notamment sa campagne et son rythme irrégulier, avec parfois 3 missions à accomplir en même temps, parfois rien du tout. Cela entraîne aussi une certaine lenteur dans le déblocage des nouveaux bâtiments. Mais cela peut être contourné en jouant en mode bac à sable, qui propose de tout débloquer dès le début.

Si vous avez aimé The Settlers en son temps, si vous cherchez un titre relaxant qui effacera le mot stress de votre vocabulaire, si vous n’avez pas peur des couleurs ou de la mignonceté, alors je pense que vous pouvez sans la moindre hésitation vous jeter sur Fabledom, surtout qu’il est proposé à prix tout doux.

Genre : Gestion

Développeur : Grenaa Games

Editeur : Dear Villagers, Doyoyo Games

Date de sortie : 13 Mai 2024

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *