Conan Unconquered

Ayant bien aimé Conan Exiles, malgré le côté survival « j’abats des arbres pendant des heures pour construire ma cahute », je reluquais Conan Unconquered du coin de l’œil, ravi de voir que le RTS conservait la même patte graphique. Mais 30€, c’était bien plus que ce que je voulais mettre dans, à ce qu’il semblait, un jeu de stratégie old school et c’est donc pour ça que je n’y pensais plus. Jusqu’à il y a peu, quand on m’a proposé le jeu en échange sur Barter.

Oh c’est beau… ah non en fait

Débarrassé de clés issues de bundles et de quelques Go sur mon disque dur, me voilà tout fébrile à l’idée de diriger le fameux barbare. Première surprise, le mode solo ne comporte que cinq (5) missions. Ça n’est pas grave, me dis-je, elles vont être épiques ! Deuxième surprise, pas de blabla, on vous balance dans une base au milieu du désert, avec quelques combattants et tant pis pour l’histoire. Je comprends que je dois me défendre contre cinq vagues d’ennemis qui seront de plus en plus dangereuses. Si vous avez pensé They Are Billions, vous gagnez une photo dédicacée de notre Community Manager juché sur une licorne (nous ne remboursons pas les éventuels frais de thérapie). Bon, j’avoue que je préfère mes jeux de stratégie avec ne serait-ce qu’un semblant de scénario mais continuons, parce qu’il est tard et il faut que je fasse le ménage.

Conan, constructeur de murs devant l’éternel.

Conan Unconquered joue à fond la carte de son univers et tente de récupérer ce qui a fait le succès du précédent titre de Petroglyph. Ça n’est pas une critique, juste un fait. Ce qui est une critique par contre, c’est de nous balancer (surtout à ce tarif), un jeu au contenu aussi famélique et surtout si bancal. Parce que non, les missions ne sont pas épiques. Non, le jeu n’est pas beau, n’est pas stable avec son frame rate qui fait du yoyo et surtout, il est équilibré avec les pieds. C’est bien beau de montrer qu’il y a un super arbre technologique, qu’on peut explorer la map pour gagner en expérience et collecter des ressources. C’est bien beau de montrer des captures d’écran avec des myriades de troupes exotiques. Encore faudrait-il que le joueur puisse en profiter.

Ca fait rêver hein ? Ne vous réveillez pas alors !

Si la première mission fait plus office de tutoriel qu’autre chose, en vous montrant que les ennemis vont arriver de partout et qu’il vaut mieux vous enfermer dans votre base, dès la deuxième le doute commence à poindre. Pourquoi ai-je à peine les ressources pour débloquer un bâtiment d’améliorations à la vague 6 sur 10 ? Je sais que je ne suis pas spécialement doué mais quand même. Tout dans Conan coûte de l’or, avec souvent en plus du bois, de la nourriture et autres métaux précieux. Le souci c’est que la récolte de ressources ne se fait pas en continu mais à intervalles réguliers et est lente. Très lente. Très très lente. Donc se tromper plusieurs fois dans l’ordre des constructions, c’est quasiment se condamner. Ça pourrait passer pour une qualité, une volonté de punir les moins concentrés. Je vois ça comme un défaut, il y a très peu de plaisir à évoluer, on passe plus de temps à réagir qu’à véritablement agir.

La vue construction, qui bascule en vue du dessus

Pourquoi ne pas aller explorer alors, histoire de renflouer facilement les caisses ? Parce que le moindre déplacement d’unités est d’une lenteur à faire passer une tortue agonisante pour un léopard sous acides. Même les javelots lancés par vos troupes semblent flotter pendant de longues minutes dans les airs avant d’atteindre leur cible. Vous voulez traverser votre base avec votre escouade ? Allez vous chercher un café avant. Vous partez à l’aventure avec votre général et quelques pousse-cailloux ? Dommage, à la moindre attaque, s’il vous faut des renforts vous n’aurez pas le temps de revenir. En plus, les alentours sont infestés de saloperies issues de Conan Exiles (ce qui est un bon point, même si malheureusement on ne peut pas s’en servir de bouclier contre les vagues ennemies, tout ce beau monde s’ignorant royalement) qui, sans être extrêmement dangereuses, vous obligeront à régulièrement revenir à la base vous soigner. Car vos troupes coûtent un bras et comme elles peuvent gagner en expérience (et donc en efficacité), il est impensable de les perdre inutilement. Donc non, l’exploration n’est pas une solution vraiment viable. Il nous reste quoi alors ?

Non non, il ne manque pas un bout de la map…

Un jeu mou. Difficile parce qu’on ne peut pas faire ce que l’on veut, que tout est tellement long à produire qu’on est en slip à chaque fois qu’une vague se pointe. Ces dernières n’ont d’ailleurs qu’un ordre : foncer droit devant elles. Pas de contournements , pas d’attaques de diversion. Pas de sentiment de puissance, juste du soulagement d’avoir repoussé la vague au dernier moment. Quand je vois par exemple la tension d’un Steel Division dans les missions finales, lorsqu’il faut tout micro-manager au poil de cul, optimiser les compétences de chaque type de troupes et qu’après je tombe sur ça, où la tactique se limite à se demander où construire sa tour et s’il est bien raisonnable de faire 50m hors de sa base, je me dis que Petroglyph a vraiment raté son coup.

C’est dommage, tellement dommage. Avec un univers aussi riche, il y avait moyen de faire un mélange de stratégie et d’exploration, d’offrir au joueur des batailles avec des centaines de combattants, des duels entre Conan et ses principaux ennemis. Mais non, Funcom l’a joué petits bras et a sorti un clone de They Are Billions, étriqué au possible, faisant miroiter aux joueurs des centaines de jouets et ne leur laissant qu’un râteau et un seau en plastique pour s’occuper. Il resterait bien le co-op mais honnêtement, je n’ai pas envie de demander à un de mes contacts Steam de gaspiller le moindre €uro. Punaise, je regrette presque de ne pas l’avoir acheté, j’aurais pu me le faire rembourser…

Ca pue là…

Si vous êtes fan de Conan, attendez une promo où il tombera à 5€, vous l’aurez dans votre bibliothèque Steam, vous serez content d’avoir apaisé votre collectionnite. Vous aimez les défenses de base ? Foncez sur They Are Billions. Vous aimez les RTS ? Passez votre chemin, il n’y a malheureusement pas grand chose à voir.

Genre : Stratégie

Développeur : Petroglyph

Éditeur : Funcom

Date de parution : 29 mai 2019

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

2 pensées sur “Conan Unconquered

Commentaires fermés.