Bloodborne : C’est l’heure de la saignée.

Petite précision : cet article a été écrit par joueur nain 1 qui s’est découvert une passion pour les jeux From Software. Aucune manette n’a été maltraitée durant les sessions de jeu, des gros mots ont été proférés avec plus ou moins d’intensité.

1- C’est quoi BloodBorne? 

C’est ça, Bloodborne !

Alors au début je me disais “Ouais ça a l’air nul à en mourir, j’ai pas envie d’essayer”. Je me suis donné la peine d’essayer (j’en fais trop hein ?) donc voilà c’est le premier jeu auquel je joue avec la caméra pourrie qui, à chaque fois que tu tournes, permet à l’ennemi de te défoncer comme un gros caca (excusez-moi du terme). La caméra est l’un des plus gros défauts du jeu de BloodBorne . Mais je vous en parlerai en détails plus tard… BloodBorne est sorti en 2015 sur PS4, comme j’en ai une, j’en ai profité. J’adore le moment où je m’assoie et je lance BloodBorne, le moment magique. BloodBorne comme la plupart des jeux à des qualités et des défauts. Mais je l’adore quand même. C’est le jeu qui a bien été bourré de boss et d’ennemis sur tout le monde de BloodBorne. Le but de BloodBorne est très simple : “Tout casser, tout défoncer”. Bien que je doive avoir 10 heures de jeu dessus, j’ai des moments où j’ai ragé car j’en avais marre de combattre pour la vingtième fois le même boss avec ses mêmes coups. Les mêmes ennemis, placés aux mêmes endroits. Pour y jouer il faut avoir de la patience. Comme mon coéquipier n’en a pas sur ce type de jeu-là, il a laissé tomber. Le jeu ressemble à Dark Souls ou encore Seikiro. Différence : Dark Souls est plus lent que BloodBorne mais Seikiro est plus rapide que ces deux jeux. Restons plutôt sur BloodBorne.  

2- La caméra. 

La caméra me dérange un peu. Je l’admets elle est hyper sensible sur ce jeu. Pour moi, le plus simple pour que la caméra soit plus nette c’est de locker les ennemis. A ma première heure de jeu, je ne les lockais pas les ennemis ou les boss donc c’était beaucoup plus difficile de les attaquer correctement. Quand ça fait trois voire quatre heures de jeu, ça commence à devenir gênant.  Donc dès que j’ai compris comment locker la caméra sur l’ennemi. J’ai continué sur cette technique et j’ai fait une heure de jeu en défonçant les ennemis un par un. Sans pitié ! Voilà comment on perd une heure de jeu, si vous y jouez je vous conseille de ne pas faire la même connerie que moi. La caméra est je crois l’un des plus gros défauts du jeu… 

3- Les temps de chargement 

Au moins, on a le temps de lire.

Ah, les temps de chargement, toujours aussi longs et pénibles, on perd 5 minutes à chaque fois. Le truc qui m’occupe pendant ce temps-là c’est de lire les indications sur les objets même si les images défilent trop vite. Si les créateurs de BloodBorne voient cet article, s’il vous plaît améliorez les temps de chargement… Même si vous l’avez déjà fait auparavant… 

4- La narration.

La narration, c’est court et chiant. Je n’aime pas la narration car finalement le jeu n’a pas vraiment d’histoire. Même si je n’ai pas encore fini le jeu, je suis presque sûr qu’il n’aura pas plus d’histoire. Si on veut vraiment une histoire (perso, je n’aime pas la narration dans les jeux.), c’est une histoire pour chaque boss ou moments dramatiques ou d’accomplissements. Alors mon point de vue c’est que je n’aime pas la narration de BloodBorne. Rien à dire d’autre sur la narration… 

5- Rêve du chasseur.

Le rêve du chasseur. Le système du point de contrôle finalement où on parle à une poupée vivante ou à un mec qui, dès que tu le tapes, disparaît en cendres. Le rêve du chasseur sert à acheter, vendre, monter de niveau, se téléporter, réparer et fortifier les armes. C’est l’endroit principal du jeu. Même si on demande des objets particuliers et que c’est cher, vous devez faire un choix. C’est aussi prendre des initiatives. C’est aussi un endroit pour respirer après avoir battu ce… 

6- Les boss. 

Couche couche panier le chien !

Ces gentils boss si innocents qui vous défoncent la tronche en un coup car ils sont tellement puissants qu’avec un coup de couperet-scie, vous l’avez à peine touché. Les boss sont des sacs à PV. Ce n’est pas encore ça qui me dérange c’est leur espèce de phase où ils changent et ils deviennent encore plus chiants… Les boss sont là pour vous dire “ Petit gars, là ça devient plus dur !”. C’est un peu une étape. Ça commence à devenir moins facile au boss “Père Gascoigne”. Un boss qui vous fait comprendre justement l’étape du dessus. Avec lui on rigole plus. C’est le tout premier boss que j’ai battu sur ce jeu. Quand je l’ai battu j’ai sauté de joie, tellement content de l’avoir battu. C’est le moment où ton coéquipier te dit : “C’est bien, mais après y’a une dizaine de boss qui t’attendent, et des biens plus durs !!” C’est là où je me suis dit : “Mais purée c’est qu’il a raison en plus !” (NdHarvester: normal c’est ton papa. Papa a toujours raison. Sauf quand il contredit son rédac-chef !). Et dès que j’en vois un, je me dis « encore deux heures de jeu de plus… » Conclusion : Bloodborne et les boss ça fait un !! 

7- Entrée deux heures ? 

Entrée, sortie. Sur BloodBorne il faut souvent revenir sur ses pas ou continuer tout droit tant que vous avez une entrée, vous avancez… Une fois, j’ai dû chercher une heure avant de me rendre compte qu’il y avait une porte juste à côté. Il faut trouver une porte logique ou un ennemi qui va vous donnez un objet, qui va vous permettre d’ouvrir une certaine porte, qui de suite va vous ouvrir un passage. Voilà pourquoi ce chapitre s’appelle “Entrée deux heures ?”. Juste prendre le temps de regarder autour de vous sinon vous allez en prendre pour deux heures en fonçant la tête baissée. Quand vous avez quelqu’un à côté de vous (encore mon coéquipier décidément !!) c’est plus pratique… 

8- Le graphisme

Ici, oublie les univers colorés.

Le graphisme de BloodBorne est franchement très beau. En regardant juste les détails. Quand on voit l’ennemi décapité sur du bois ou encore par terre, BloodBorne est sans doute un des jeux les plus magnifiques que j’ai connus. Ces ennemis qui sont bien détaillés même s’ils sont moches ça fait un côté monstre dégoûtant (NdHarvester : ça m’a fait la même chose la première fois que j’ai vu SAAvenger). Dans BloodBorne prenez le temps de regarder autour de vous et d’admirer le paysage même s’il n’est pas contemporain. C’est plutôt un monde des XVI-XVIIème siècles. Rien à dire d’autre sur le graphisme qui pour le coup est une grande qualité du jeu… 

9- Fin

Voilà c’est la fin de mon article sur BloodBorne. Je remercie beaucoup mon coéquipier qui m’a fait découvrir ce jeu. J’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aura donné envie de jouer à ce jeu. Je ne vous en dis pas plus car ça serait dégoûtant de tout vous raconter. Il est exclusivement sur PS4. Si vous avez l’occasion d’y jouer laissez-vous tenter comme moi je l’ai fait. Allez… au revoir. 

Machiavel : Mon histoire avec les jeux From Software est un mélange d’attraction / répulsion. Un univers qui me parle, mais une réputation de jeu difficile.  

Alors j’ai essayé Dark Souls 1 et je n’ai pas accorché plus que ça. J’ai essayé le 2 qui m’a fait le même effet et Bloodborne, plus ma came parce que bourrin, mais rien à faire, je n’arrive pas à me laisser prendre au jeu et adhérer au parti pris de FS.  

Paradoxalement, j’adore regarder une partie tant le jeu paraît simple. Vous me direz que c’est le côté speedrun qui donne cet effet. Oui et non parce que je peux confirmer que celui qui a écrit est loin d’être un speedrunner. Par contre, il a un niveau de jeu qui est incomparable au mien.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.