A Normal Lost Phone

J’aime les jeux mobiles. Jamais vous n’auriez entendu une telle phrase venant de moi, si ce n’est pour vous interpeller et vous avertir que je cours un danger imminent tellement cette phrase est improbable venant de moi. Et pourtant, il va me falloir changer de phrase de détresse, car depuis peu, j’ai acheté, joué, terminé et apprécié un jeu mobile. 

Aussi, je tiens à préciser que cet article contient énormément de spoilers ; je vous invite donc vivement à jouer au jeu, sur votre téléphone de préférence (le jeu est aussi disponible sur Steam), l’immersion n’est étant que plus conséquente, avant de lire ces lignes si vous ne voulez pas vous divulgâcher l’histoire de ce “cracked egg”. Et si vous avez compris que je ne parle pas d’omelette, je viens déjà de vous spoiler.

En premier lieu parlons du jeu en lui-même.

Dans A Normal Lost Phone vous incarnez donc … vous-même ! Et vous trouvez un téléphone par terre avec un nouveau message du contact “Papa” qui visiblement s’inquiète. Qu’est-il arrivé à la personne propriétaire de ce téléphone ? Qui est-elle ? C’est ce qu’il va vous falloir découvrir en fouillant le téléphone.

Pour ce faire, vous disposez d’une interface similaire à tout smartphone, qui utilise la fonction tactile, d’où l’intérêt de jouer sur son téléphone, pour naviguer entre les différentes applications. Vous pourrez donc par exemple consulter les sms, tenter de vous connecter en wifi, consulter la météo de la ville ou encore lancer une playlist servant de fond sonore au jeu.

Vous l’aurez compris, A Normal Lost Phone est un jeu narratif, basé sur la lecture des différents échanges entre la personne qui a perdu son téléphone et ses contacts, où il vous faudra résoudre de petites énigmes finement maîtrisées, qui ne cassent en rien la fluidité du jeu, afin de progresser dans l’histoire.

Mais arrêtons nous un peu sur l’histoire.

Au travers les échanges de cette personne, que le contact “Papa” appelle Samuel, nous aurons le plaisir d’en apprendre plus le quotidien d’une personne trans pré-transition. Avec des sujets tels que la difficulté d’en parler à nos proches et de faire son coming out, la peur du rejet d’une famille transphobe mais aussi, pour mon plus grand bonheur, car ces représentations manquent dans les média, l’euphorie de genre, la joie d’arriver enfin à s’assumer et vivre dans le genre souhaité, et de pouvoir enfin s’épanouir pleinement. Car, non, être trans n’est pas qu’un parcours du combattant, c’est aussi la joie d’être enfin soi-même, chose qui malheureusement n’est que très rarement mise en avant dans les médias grand public.

La façon dont le sujet est amené est, elle aussi, maîtrisée ; le forum sur lequel Samuel va oser s’aventurer est très représentatif des communautés d’entraide existant sur Internet. Nous aurons aussi l’occasion de voir comment certaines personnes ont pu rejeter la transidentité, notamment dans le cercle familial et amical.

A Normal Lost Phone, un jeu militant.

Au travers de ce jeu, beaucoup de sujet sont abordés, de façon succincte mais suffisante pour sensibiliser le public, en outre il répond aussi à quelque questions fréquentes, dont le fait que l’identité de genre est différente et n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle, par exemple. Il met aussi au clair que la prise de traitement hormonal et les opérations chirurgicales ne sont pas obligatoires, que chaque personne trans est légitime, et ce peu importe le parcours qu’elle décide de suivre. Nous aurons d’ailleurs le plaisir de lire les interventions d’un personnage non-binaire.

Via le prisme des différents témoignages sur le forum d’entraide, on assiste aussi à quelques exemples de choses à ne pas faire et à quel point elles peuvent être blessantes pour une personne concernée, comme se servir d’une connaissance trans pour prouver et légitimer sa, soi-disant, tolérance. 

Le jeu met en lumière l’importance et de la nécessité d’avoir un lieu safe pour les personnes en questionnement, notamment avec la “zone VIP” du forum.

Et moi dans tout ça ?

Moi ? Ce jeu m’a bouleversée. Je ne savais pas à quoi m’attendre et j’ai été touchée par la justesse des propos qui ont fait écho avec ma propre histoire. Accidental Queens, le studio derrière cette oeuvre, maîtrise son sujet et je n’ai pas été surprise de découvrir qu’une femme trans y soit l’une des fondatrices. Aussi je le conseille ne serait-ce que pour vous sensibiliser à la transidentité.

Je vais terminer en proposant une vidéo pour ceux et celles s’intéressant à la question, une conférence tenue par les deux fondatrices du studio sur le thème “jeu vidéo et phénomènes de société”, ou comment militer au travers d’une oeuvre inclusive.

J’en profite aussi pour ceux qui voudrait se renseigner sur la transidentité de vous rediriger vers le WikiTrans, site d’entraide communautaire trans, pour lequel j’écris également.

Tieffeline

L’écriture m’étant plus une catharsis qu’un sacerdoce, je fais des articles quand j’en ai besoin. J’écris sur tout ce qui m’émeut ; hypersensible, passionnée par les histoires cryptiques et déconstruites, j’aime les vivre pleinement. J’ai tendance à beaucoup trop utiliser la virgule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *