La Ligue des Gentlemen Extraordinaires

Le genre super héros est à la mode depuis plusieurs décennies et le moins que l’on puisse dire c’est que le genre, à force de tenter de se révolutionner, n’a fait que se répéter inexorablement. Pourtant, certains ouvrages sortent du lot pour apporter un regard différent. La Ligue des Gentlemen Extraordinaires en fait partie. Je vais me limiter aux deux premiers volumes dont j’ai la version collector.

De quoi ça parle ?

Cocaïnum !

Oubliez tout de suite la version cinématographique complètement ratée qui permettra à Sean Connery de prendre sa retraite sans gloire. La version comics propose de mettre en scène des héros de la littérature anglaise dans une version pas du tout idéalisée. Alan Quatermain est un opiomane, l’Homme Invisible est un violeur et Némo, un capitaine ultra violent avec le sous marin le plus classe du monde. Ce petit monde est épaulé par un Jeckyll pétochard, un Mister Hyde qui souhaite trucider tout ce qui passe devant lui, sauf Miss Murray qui est chargée par Campion Bond (le frère de James) pour le compte d’un certain monsieur M. de sauver la Grande Bretagne de la fin du monde. Les grands classiques de la littérature sont détournés pour fournir la trame de fond des deux volumes.

Un dessin à la hauteur de l’ambition.

C’est bô !

Kevin O’Neill permet à la Ligue de prendre vie avec un dessin magnifique. Tout au long des deux volumes, il apporte une vraie personnalité à l’ensemble avec un trait vintage qui sert le propos et rappelle que l’intrigue se déroule au XIXème siècle. Les personnages sont identifiables et réussis. L’Homme Invisible est particulièrement bien dessiné, à tel point qu’il est difficile de se dire que Kevin O’Neill est derrière ce trait tout en transparence.

Mention particulière pour le design du sous-marin dirigé par le Capitaine Némo qui est absolument magnifique et dont la première apparition dans le comics me ravit à chaque fois. Très souvent, le dessin vient sublimer un récit finalement très, voire trop, convenu.

Alors c’est bien ?

Une belle brochette de supers.

J’ai adoré ma première lecture parce que totalement transporté par un récit qui a su me faire voyager avec des personnages que je connaissais très peu au delà de l’imagerie populaire. Au final, La Ligue des Gentlemen Extraordinaires est un récit dans la tradition des pulp et il ne faut pas voir autre chose. La multiplication des références peut faire peur et les nouvelles en fin de volume offrant une vision élargie de ce que la Ligue peut vivre donnent envie d’en avoir toujours plus.

Pour ma part, les deux premiers volumes me suffisent et je n’ai pas forcément envie d’en avoir plus. Century ne m’a jamais attiré et même si de nouveaux personnages font leur apparition, dont Harry Potter, je préfère me replonger dans ce récit du XIXème siècle que de découvrir des personnages trop récents.

Auteur : Alan Moore

Dessinateur : Kevin O’Neill

Editeur : America’s Best Comics de Wildstorm (US)

Prix : 37€ l’intégrale

250 pages

Lien : Amazon le grand Malin

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *