Kaiju n°8

Vous le savez, car vous êtes de fidèles lecteurs, chez Dystopeek, on n’est pas sectaire quant au média culturel. Et même s’il y a des supports dominant dans nos articles (jeux vidéo en particulier) nous restons ouvert aux autres. Il y en a cependant un qui est un peu notre parent pauvre, si vous me permettez l’expression. Je veux parler ici du manga.

Prêt pour la leçon ?

Kaiju n°8 est donc un manga qui rentre dans la catégorie des nekketsu. Nous voilà bien avancés n’est-ce pas ? Le nekketsu est une catégorie très répandue de manga. Si, je vous assure. Vous connaissez Dragon Ball ? Naruto ? My Hero Academia ? Et bien Kaiju n°8 est dans cette même veine. En résumé, le nekketsu (littéralement « sang chaud ») repose sur un héros, très souvent jeune, innocent/naïf et doté de capacités ou pouvoirs (que ce soit physiques ou magiques) hors normes dont l’étendue se révèle au fil de l’aventure. Une autre caractéristique du héros est qu’il va, au bord de la mort, se relever encore plus fort grâce à son « envie brûlante de gagner » (nekketsu).

Au travail !

Pourquoi mettre Kaiju n°8 en avant alors ? Et bien d’abord parce que, pour une fois, le héros n’est pas un adolescent/étudiant. Non, Kafka Hibino est un trentenaire bien ancré dans la vie. Il a un travail et est même plutôt reconnu pour bien le faire. Son travail ? Nettoyer les traces de bagarre entre les Kaiju (je reviens définir le terme après) et les forces spéciales qui luttent contre eux pour protéger la population. Et là vous me dites, « c’est quoi un Kaiju » ? Un Kaiju (littéralement bête étrange) désigne une créature mystérieuse. C’est très souvent (notamment dans le cinéma japonais) un monstre géant, une force de la nature contre laquelle l’homme ne peut rien.

Oups…

Kafka donc est nettoyeur. Il élimine les traces de lutte et découpe les cadavres des Kaiju. Oui, mais voilà, lui ce qu’il voulait en vrai, c’est faire partie des forces spéciales de défense qui luttent contre eux. Mais il n’est pas assez bon pour réussir les examens d’entrée et a passé l’âge limite. Il fait donc son job de manière plutôt résignée, jusqu’au jour où un nouveau venu ravive sa flamme. Et surtout, après une intervention délicate, un étrange insecte vient s’enfoncer dans sa gorge. Le réveil du lendemain est digne de celui de Peter Parker après une morsure d’araignée. Il deviendra alors le Kaiju n°8 !

Il est le Kaiju n°8 !

En-dehors d’un héros plus mature, le reste des codes classiques du nekketsu est respecté. Le trait de Naoya Matsumoto (la mangaka à l’origine de Kaiju n°8) me plaît beaucoup et le scénario et les personnages annexes laissent espérer une suite très intéressante. Pour le moment, seuls les 4 premiers tomes sont disponibles en français et le 5ème est annoncé pour le mois de juin de cette année. C’est donc un manga plutôt récent (y compris au Japon qui en est au tome 6). Reste à espérer que la série soit moins longue que ces illustres prédécesseurs cités en amont.

Genre : Nekketsu

Scénario et Dessin : Naoya Matsumoto

Éditeur : Kaze Manga (VF) Shueisha (VO)

Date de sortie : le tome 5 est prévu pour Juin 2022

Eiffel-AD

CM 24h/24, rédacteur fût un temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.