L’EA du mois : Foundation

De retour avec un City builder qui est passé en Early Access il y a peu. Foundation nous emmène à l’époque médiévale où vous pourrez construire votre village et le développer. Rien de bien original me direz-vous, bien que j’en vois certains au fond en train de se lécher les babines.

Bucolique à souhait et non pas alcoolique comme l’autre moche.

Le jeu repose sur des bases assez classiques, construction par paliers en commençant par les besoins de base en bois, nourriture et pierre et puis on débloque de plus en plus de bâtiments au fur et à mesure que notre village s’agrandit. Il y a cependant des différences majeures avec les autres jeux du genre : déjà vous l’aurez remarqué, la construction des maisons se fait de manière organique, c’est-à-dire que l’on détermine une zone résidentielle et l’IA va s’installer comme elle le désire (parfois mal d’ailleurs mais on peut lui démolir ses baraques non mais oh !), couplé avec la manière dont les bâtiments épousent le terrain on obtient assez vite un village d’aspect naturel super mignon ou trop cute comme disent les jeunes.

C’est pas spécialement beau mais c’est joli.

Autre différence, il faudra débloquer certains bâtiments en accumulant du prestige et de la réputation auprès de trois branches principales, le roi, le peuple et le clergé. L’idée est bonne même si c’est encore assez basique pour l’instant. Il faut faire des quêtes qui consistent à fournir des ressources à l’un ou l’autre (au choix) ainsi que construire des bâtiments jolis dans la branche choisie. Sans grand challenge, je n’ai pas l’impression que ça apportera beaucoup. En fait, à part la construction organique et le tracé naturel des chemins (ça c’est une tuerie), je ne peux pas dire que le jeu innove réellement ou apporte un réel challenge. Certes la construction des bâtiments est assez libre, les plus imposants sont composés de plusieurs parties que l’on peut combiner et accumuler. On peut d’ailleurs éditer certains bâtiments après leur construction ce qui devrait permettre à certains de nous pondre des églises/châteaux de folie.

L’éditeur de bâtiments est simple d’utilisation…
…et permet un résultat sympathique en quelques clics.

La simplicité reste le mot d’ordre du jeu, il n’y a pour l’instant pas de pénalité pour avoir une trésorerie négative (outre les limitations de construction dues aux besoins en or de celles-ci). Et si vous faites des erreurs, il suffira d’un peu de temps pour les corriger. Le tempo du jeu est assez lent en général et comme tout le contenu n’est pas encore présent, il faut bien reconnaître qu’à un moment l’ennui s’installe. En effet, le jeu n’offre pas vraiment de challenge outre la construction de son village sur l’une des quatre cartes actuelles. Une fois lancé, rien n’arrêtera l’afflux d’argent dans votre trésorerie, vous permettant ainsi de vous agrandir à souhait dans n’importe quelle direction.

Cette falaise sera mienne!

Pour gagner de l’argent, il faut en général vendre les biens produits par les villageois aux villageois eux-même. Ceux-ci doivent bien manger et s’habiller, il suffira donc de créer suffisamment de ressources pour vos différents marchés et vous aurez tout le loisir d’exploiter vos chers habitants.

Les maisons augmentent de niveau si les besoins des habitants sont satisfaits.

Le jeu est certes encore en EA, les compétences des villageois n’augmentent pas encore, il y a quelques bugs ici ou là, au delà d’un certain nombre d’habitants ceux-ci n’ont plus de nom mais un numéro, la construction ne se fait pas toujours dans un ordre logique (on construit le clocher avant les bases), les animations sont parfois absentes et il manque certains bâtiments (pas encore possible de créer du verre, il faut l’échanger auprès de villes fictives). Niveau gestion c’est aussi un peu trop léger, à part voir les bâtiments et le nombre de travailleurs qui les occupent ainsi qu’une idée de vos dépenses/rentrées on ne peut pas dire que le jeu offre quoi que ce soit à ce niveau. Les ressources ne s’épuisent pas non plus, bref on est pas dans Banished ou Life is feudal.

Des murs, ça sert à rien mais ça rajoute du charme.

C’est d’ailleurs le souci principal du jeu. On construit notre village ok… mais pour quoi ? Il n’y a pas de catastrophes naturelles (prévues dans un futur DLC post release), il n y pas de gestion de la météo du tout d’ailleurs, pas d’envahisseur (encore ? je sais que les vols sont prévus mais les envahisseurs, je suppose que oui vu qu’on peut produire des armes ?), pas d’autres villes sur la carte, bref… c’est un peu vide tout ça.

Pas de zone résidentielle dans la zone rouge. Je sais pas pourquoi mais c’est comme ça.

Au final, le jeu est simple et agréable, très plaisant visuellement malgré son côté carré grâce à la manière dont les bâtiments suivent les dénivelés du terrain mais il faudra probablement attendre plusieurs mois pour pouvoir juger si le contenu est suffisant pour y passer plus de quelques heures. Car le jeu a quand même un prix assez élevé pour ce qu’il offre actuellement et je ne peux clairement pas le conseiller à ce prix là. Actuellement, je crains aussi que même à la sortie le contenu soit trop léger, avec cependant l’espoir que les outils de modding seront eux présents et permettront à la communauté d’offrir du contenu rapidement. Mais le contenu c’est bien, les mécanismes de gameplay c’est mieux. Patience, donc !

Va en falloir du blé à moudre…

Développeur : Polymorph Games

Editeur : Polymorph Games

Date de sortie : 01 Février 2019

Page Steam

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.