Flashout 3

2012. Un jeune et fringuant Harvester lance Flashout premier du nom et s’amuse bien devant ce jeu de course futuriste dans lequel le pilotage passe presque après les mitrailleuses lourdes et les volées de missiles. Quelques semaines plus tard, le jeune et beau Harvester a oublié le jeu. 2022, un moins jeune mais tout aussi beau (grâce à sa barbe poivre et sel et son ventre confortable dixit Mme Harvester) Harvester reçoit une clé de Flashout 3. Et tente de se souvenir.

Alors il en parle à EvilBlackSheep, qui est aussi jeune maintenant qu’en 2012, privilège de la gente féminine paraît-il. Elle aussi se souvient vaguement d’avoir joué à un jeu dans le genre, il y a longtemps. Alors Harvester, le bedonnant, lance Flashout 3 et se retrouve 10 ans en arrière. Oui il a déjà joué à ce jeu ! Oui il a déjà détruit des vaisseaux ennemis en se cognant partout.

Parce que Flashout 3, c’est sans surprise Flashout mis au goût du jour. Avec de la grosse techno boumboum qui accompagne parfaitement les couleurs flashy des néons qui ont envahi les circuits. Des vaisseaux anti-grav tarabiscotés et surarmés. Des adversaires plus intéressés par votre destruction que par la première place. Et des circuits où i va quand même falloir un peu sortir le skill pour en voir le bout.

Heureusement pour nous, le jeu est très facile à prendre en main, du moins au pad. Accélérer, freiner, faire un tonneau, sortir les volets pour tourner brusquement, trois boutons pour utiliser les trois points d’emport des armes. C’est très simple, pour un plaisir immédiat.

Et vous vous en rendez compte en regardant le trailer, Flashout 3 est de ces jeux qui sont là pour vous offrir du plaisir quelques minutes après leur lancement. Pas de questions existentielles à se poser, une fois son vaisseau choisi (chacun a bien entendu des caractéristiques propres en matière de vitesse, accélération manœuvrabilité…) on se lance dans des tournois pour essayer à chaque fois de finir premier.

Les différents styles de courses sont encore une fois d’un classicisme absolu : contre la montre, course standard, course à élimination… Si vous avez joué à un jeu de course dans votre vie, vous connaissez déjà. Gagnez les courses et les tournois vous permettra de… débloquer des améliorations et de l’armement. Félicitations si vous aviez deviné, ça n’était pas évident.

Je vous vois trépigner depuis le début. Hurler « mais mentionne Redout bordel ! » (ou WipEout si vous êtes vieux). Et non, je ne le ferai pas parce que ça ne serait pas gentil pour Flashout 3. Oui il est moins beau, oui il a moins de circuits. Mais il est aussi moins technique, ce qui plaira aux gens qui, comme moi, ont deux mains gauches. Et il y a des armes, plein. Et des morts (non définitives rassurez-vous) aussi. Et de la techno boumboum.

Flashout 3 ne joue tout simplement pas dans la même cour que Redout ou WipEout. Il n’y aura jamais de compétitions sur Flashout 3. C’est un petit jeu d’arcade, un jeu de courses futuristes dans lequel savoir viser est plus important que de maîtriser son vaisseau au poil de dessous de bras de fourmi. Pas du tout le même public que Redout donc.

Et c’est tant mieux, cela permet d’avoir un petit jeu défoulant et idiot à lancer en rentrant chez soi le soir. Après, je vous mentirai si je vous disais qu’il vaut ses 20€. Il offre exactement les mêmes sensations que son illustre aîné, ni plus ni moins. C’est sa force et sa faiblesse dirons-nous.

Genre : Course Futuriste, Arcade

Développeur : Jujubee S.A.

Editeur : Jujubee S.A

Date de sortie : 22 Septembre 2022

Testé sur une version presse fournie par l’éditeur

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...