The Road

Il y a des auteurs comme ça, qui en deux jeux seulement arrivent à se mettre la rédaction dans la poche, et Yossef Fahri en fait définitivement partie. Notre Twitter Master vous avait déjà parlé de Way of the Samurai l’an passé, lui collant un Dystoseal bien mérité. Me voilà sur le point de vous parler de son deuxième projet, The Road, alors que son quatrième, The Spirit of Eden est en pleine campagne Kickstarter et que son auteur a bien voulu répondre à nos questions, préparées par votre serviteur et le sien (Machiavel donc).

Et c’est parti

Dans un registre totalement différent de Way of the Samurai, que nous appellerons WotS maintenant, parce que je ne suis pas payé au signe, mais dans un format tout aussi compact, The Road est un jeu solo qui vous place dans la peau d’un voyageur post-apocalyptique qui entreprend un voyage qui durera six journées. Ou beaucoup moins si vous vous faites tabasser par une petite vieille au détour d’un entrepôt abandonné.

6 lieux au lieu de trois mais pas de perte d’énergie…

Après avoir choisi une destination, chaque journée de The Road se déroule de la même manière : vous piochez deux chemins comportant plus ou moins de lieux, en choisissez un et partez à l’aventure. Chaque lieu peut être contourné, traversé ou évité en rebroussant chemin. Et c’est là que la grande force de The Road réside : la gestion des lieux par rapport à votre état et votre équipement. Les lieux sont variés, tout autant que leurs effets : vous pouvez devoir traverser un pont, en vous aidant de la corde si vous l’avez, vous pouvez tomber sur un marché pour échanger troquer de nouveaux objets, mais aussi vous retrouver pourchassé par une bande de voyous. Mais tout ceci à un coût.

Si vous voulez contourner un lieu parce que vous l’estimez trop dangereux, vous pouvez dépenser de l’énergie. Ou vous pouvez rebrousser chemin et prendre une voie différente, ce qui rajoutera éventuellement d’autres lieux à votre voyage. Ce qui, comme vous l’aurez compris, le rendra potentiellement encore plus dangereux. Ou pas, sait-on jamais… Quoi qu’il en soit, gérer votre moral, fatigue et santé sera au cœur de vos préoccupations car si une seule de ces jauges tombe à zéro, c’est le game over immédiat.

Si vous décidez d’affronter le lieu, outre les éventuelles pertes (ou gains) dans vos caractéristiques, il se peut que vous soyez autorisé à fouiller et donc récupérer des objets qui vont de l’arme à la trousse de soin, en passant par l’enclume ou le chapeau. Certains objets permettent de se soigner, d’autres ne servent qu’à être troqués. Beaucoup sont lourds et il faudra gérer ce poids, votre personnage ne pouvant porter que 6kg de matériel (oui, autant que votre nièce de 3 ans à qui vous faites porter les packs d’eau en revenant des courses). Si vous êtes chanceux, vous pourrez même trouver des armes pour vous défendre.

Je dois perdre un objet de manière aléatoire et… forcément le plus utile…

Parce que oui, bien entendu, il y a des gens (et autres !) qui vous veulent du mal dans The Road. Mais comme l’auteur est aussi malin que sadique, le comportement de chaque rencontre est déterminé aléatoirement (en se basant sur un système d’icônes visibles sur la prochaine carte à tirer). Vous pouvez donc rencontrer chat qui au choix vous ignorera, deviendra votre allié ou vous filera un coup de griffes. Les combats sont d’ailleurs basiques, et ça n’est pas plus mal : vous additionnez la force apportée par vos armes et alliés et la comparez à la force de votre adversaire. Vous en avez plus ce dernier est vaincu, vous en avez moins, vous perdez un point de vie. Simple comme bonjour, ce système permet de ne pas s’embêter avec une mécanique compliquée et de rester dans l’ambiance.

Car The Road est avant tout un jeu d’ambiance. Où on se pose constamment des questions, et pas sur les règles. Car ces dernières sont extrêmement claires et détaillées. Non, ce jeu est une machine à générer des histoires, surtout avec une direction artistique si personnelle. Aucune partie ne ressemblera à la précédente grâce au système de tirage de lieux et aux rencontres aléatoires. Alors certes, certaines parties peuvent tourner court, quand tout s’acharne contre vous. Mais quand vous arrivez à gérer les rencontres, que vous commencez à connaître ce qui peut vous tomber sur le coin de la figure, alors le plaisir est immense. Et même quand tout semble bien se passer (surtout quand tout se passe bien en fait), que vous avez les objets indispensables à votre voyage comme le masque à gaz ou la corde, alors vous pouvez être sûr que vous aurez une petite Fatalité qui viendra vous pénaliser au pire moment.

Non pas taper !

Parfait pour de petites sessions grâce à son format court, même si personnellement j’ai du mal à ne pas faire trois ou quatre parties par session, The Road est un de ces jeux qu’on met toujours dans un coin de la valise quand on part en voyage. Ou que l’on a pas loin de la table de jeu pour une petite partie, le temps que votre nièce finisse de décharger les courses. Simple d’accès, c’est un subtil mélange de push your luck et de gestion de ressources qui, s’il peut s’avérer impitoyable, n’est jamais injuste.

Une fin de partie épique !

Si à l’instar de Machiavel vous n’avez pas d’âme avez des doutes, allez donc lire les règles du jeu, disponibles sur le site officiel d’Alone Productions, et regarder des parties en vidéo pour voir comment ça tourne. Mais si vous aimez les jeux solos et que vous avez un minimum d’imagination, alors jetez-vous sur le Kickstarter en cours, seul moyen de l’obtenir hors occasion.

Et si mes propos ne sont pas suffisants pour vous convaincre du talent de cet auteur, laissons-lui la parole pour qu’il le fasse lui même !

Bonjour Yossef. Peux-tu te présenter à nos lecteurs s’il te plaît ?

Bonjour Dystopeek, je m’appelle Yossef FARHI, je suis auteur de jeux de société depuis 3 ans. Je me concentre essentiellement sur la création de jeux solos. Je pense être quelqu’un d’utilité publique 😉

Où puises-tu l’inspiration pour tes jeux dont les thèmes sont très différents ?

La curiosité m’a toujours fortement animé. Je me ressource de différentes manières : films, jeux de société, jeux vidéo, romans, bande dessinée, musiques … Tout y passe ! Et surtout, je prends le temps pour chaque chose. Il est important d’équilibrer la création, le repos et la recherche d’inspiration.

Pourquoi te concentrer sur des jeux solos ?

Avant toute chose, je suis un joueur solo. Le jeu de société me permet deux choses : m’évader et faire travailler mon cerveau. Je me sens parfois un peu comme Sherlock Holmes, lorsque mon cerveau ne travaille pas, je deviens fou… (petite précision : je ne consomme pas d’opium). Le jeu de société en solitaire me permet donc d’être un peu seul avec moi-même et d’occuper mon esprit tout en l’exerçant. Pour te répondre, je dirais qu’en tant que pur joueur solo, il m’a semblé plus cohérent de me spécialiser dans ce type de mécanique.
Il y a une autre raison à cela. La création d’un jeu est un jeu en soi. Je prends autant de plaisir à jouer qu’à créer et je trouve que créer un jeu solo est un défi merveilleux. Vous êtes nombreux à ne pas y jouer et pourtant c’est l’un des meilleurs jeux solos qui soi. :p

La chance (ou le hasard) a une part très importante dans tes jeux. Est-ce un élément que tu juges indispensable ?

Il n’y a ni chance ni hasard dans mes jeux. Il y a uniquement des probabilités ! Comme un très (très) grand nombre de jeux d’ailleurs. En revanche, il est vrai que mes jeux laissent peu de place à l’erreur. Cela dit, The Spirit of Eden est très différent des précédents. Si le joueur est bon, la victoire sera beaucoup plus présente. Il s’agit d’un jeu moins punitif que Way of the samurai, The Road ou encore Black Hole.

Parlons de tes campagnes Kickstarter passées. Comment les as-tu vécues ?

Je vis mes campagnes de financement intensément. Attentif au moindre retour des joueurs, j’accorde une grande importance à leur expertise. Ma philosophie est de rester un maximum disponible, afin de répondre à leur demande tout au long de la campagne.

Quelles sont les erreurs commises lors de celle de Way of the Samuraï que tu as réussi à ne pas reproduire ?

Il y avait probablement des maladresses, comme dans tous premiers projets, mais grâce aux 1300 contributeurs le jeu a atteint une dimension que je n’imaginais même pas. Je suis infiniment reconnaissant envers les joueurs qui m’ont fait confiance dès la première heure.

T’attendais-tu au succès de Way of the Samuraï ?

J’espérai toucher un maximum de joueurs, mais cela a bien dépassé ce que j’espérais.

Concernant The Road, le premier scénario officiel est sorti sur le site d’Alone Editions. Est-ce que d’autres vont suivre ?

Deux autres arrivent prochainement.

Peux-tu nous parler de The Road Project ? Verra-t-on un jour une extension officielle pour The Road ?

The Road Project est un projet participatif unique. Il permet aux joueurs de rédiger de courts scripts et de les partager à la communauté The Road. Cela apporte une nouvelle dimension au jeu. J’explique tout cela dans une vidéo sur le site Alone Editions.
Pas d’extension de prévue pour The Road.

Pourquoi avoir adopté un si petit format pour tes jeux ?

Le format choisi a été une solution radicale pour l’expédition à l’international. Grâce à ce petit format de boite, je peux envoyer mes jeux aux quatre coins du monde à moindre coût pour les joueurs.

Et la question qui fâche : pourquoi ne pas avoir mis les règles imprimées dans la boîte de The Road ?

Comme je viens de l’expliquer, la règle n’entrait pas dans la boite et je ne pouvais pas modifier la taille de celle-ci sans multiplier par trois les frais de port pour les joueurs internationaux. Je corrige ce problème avec The Spirit of Eden.

Black Hole va être mis à disposition en Print n’ Play sur ton site. Peux-tu nous le présenter stp ?

Black Hole est un puzzle narratif Print n’ Play dans lequel vous incarnez Jaakub, un explorateur de Kyrum. Vous découvrez l’histoire du héros en voyageant dans le passé, mais aussi dans le futur. La lecture des scripts qui intervient dans un ordre aléatoire fait vivre au joueur l’histoire de Jaakub de manière déstructurée. Black Hole est une expérience ludique assez peu commune.

Parle-nous de ta campagne en cours pour The Spirit of Eden. Quels seront le thème et les points forts du jeu ? Et surtout, à quoi servira le dé collector ?

The Spirit of Eden est un jeu de cartes et de dés ultra compact. Vous incarnez un esprit protecteur et vous devez protéger l’Eden d’envahisseurs maléfiques. Les points forts du jeu sont sa rejouabilité, son côté ultra portable, ses parties courtes, et surtout « l’exigence de réflexion » que demande le jeu.

Le dernier point est un concept que je trouve très important dans un jeu solo, je parle ici de la réflexion qui permet de garder le cerveau éveillé tout en le distrayant. Occuper son esprit intelligemment au quotidien est un exercice très prolifique pour sa santé mentale et son bien-être général. Ses propos n’engagent que moi, mais je vous les partage avec sincérité et bienveillance.

Ce dé est un goodies Alone Editions. Il n’a aucun lien avec le jeu. J’en ferais d’autres avec des faces différentes.

Peut-on espérer voir tes jeux apparaître un jour en boutique ?

Je n’en ai aucune idée, l’avenir nous le dira. Pour le moment je propose uniquement des exclusivités Kickstarter, car je ne peux pas faire autrement.

Penses-tu proposer un jour une version numérique officielle de tes jeux ?

Pourquoi pas ! Cela a failli se faire avec Way of the samurai.

Penses-tu essayer un jour de faire de la création de jeux ton métier ou vois-tu cela plus comme un hobby ?

À terme, je pense me diriger entièrement vers la création de jeu. Pour le moment cela m’occupe une dizaine d’heures par semaine.

Je suis sûr qu’il y a une question que tu as toujours voulu qu’on te pose en interview. Quelle est-elle ?

Quel est ton jeu préféré ?

Et quelle serait ta réponse ?

This War of Arkham JCE.

Merci pour ton temps et félicitations pour The Spirit of Eden qui est déjà financé !

Harvester

Collectionneur compulsif et un peu trop passionné, accumule jeux et livres en essayant d'entraîner un maximum de gens dans ses vices...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *