A Star is Born

Lady Gaga et Bradley Cooper dans un énième remake d’une étoile est née avec Bradley à la réalisation pour la première fois et co-scénariste a tout du projet casse-gueule ou du caprice de star qui veut (se) prouver quelque chose. 

L’histoire du film est connue et convenue : une star sur le déclin qui va aider une future étoile à atteindre le firmament avec de l’amour dedans. Plutôt que de placer l’action dans le monde du cinéma, c’est celui de la musique qui en sera le théâtre. Personnellement, ça me va et puis il faut reconnaître que la bande son du film est excellente (Désolé Harv’, ce n’est pas du metal). Les chansons sont efficaces et servent bien le propos du film. 

Mais c’est un mélodrame pour midinettes me direz-vous ? Et là, je dois confesser que j’adore ce genre de films tout comme les comédies romantiques. Je peux déjà l’avouer : oui, j’ai pleuré à la fin. Je suis un sensible avec un cœur tout mou. (NdHarvester : ah ben ça en fait un avec un minimum de sensibilité…)

Pour répondre à la question initiale, A Star is born peut être rangé dans la catégorie mélodrame et même, film à oscars. Il a quelques nominations méritées, ou pas selon les goûts de chacun. Si je ne devais juger que sa première partie, Bradley Cooper mériterait une nomination comme meilleur réalisateur. Parce que toute la première heure du film est maîtrisée au point que je me suis demandé si c’était vraiment son premier film. Il m’a emporté comme rarement je le suis dans un film. J’ai cru à cette histoire de chanteur en déclin alcoolique et toxicomane qui rencontre l’amour en cherchant un endroit où se bourrer la gueule. Alors non, je ne trouve pas Lady Gaga belle / jolie, mais crédible dans son rôle. Bradley Cooper (le réalisateur) la met en valeur et filme cette rencontre sans en faire des tonnes. Il dépeint avec délicatesse ces deux personnalités à qui il manquait une âme sœur pour s’épanouir, s’affranchir de leurs doutes / démons.  

Le drame vient à la moitié du film. Il y a une vraie cassure après la grâce du début. La maîtrise disparaît peu à peu, l’histoire part dans un excès qui sonne faux (La scène des Grammy qui fait scène pour décrocher son oscar). Comment l’expliquer ? Pour ma part, je pense qu’il manque le deuxième tiers du film. Une partie où Ally (personnage interprété par Lady Gaga) glisse doucement, mais sûrement vers le Star System avec Jack (Bradley Cooper) qui voit sa femme se perdre au profit d’une gloire éphémère.  

Il est évident que ce genre de film ne peut pas durer trois heures et qu’il a fallu faire des choix. Le souci étant que tout ou presque se barre au bout d’une heure de film et que la maîtrise de la première partie ne revient que par bribes. Et là, on sent le premier film avec ce qu’il peut avoir de maladresses. Soit c’est une volonté et ça ne fonctionne pas, soit il ne croit plus en son histoire et ça se voit. Les acteurs sont très bons et sauvent la mise pendant la seconde partie tout autant qu’ils subliment la première. Lady Gaga et Bradley Cooper méritent leur nomination respective tout comme Sam Elliott, mais pas sûr que l’un(e) d’eux remporte la statuette. Je mets une pièce d’un centime sur un oscar pour la musique, moins pour le meilleur film (à cause de sa seconde partie) et la meilleure adaptation.  

Il y a une vraie dichotomie dans le film qui, plutôt que de l’élever au rang de chef d’œuvre, rappelle que c’est un premier film. Je n’insinue pas que Bradley Cooper n’est pas un bon réalisateur, loin de là. S’il retrouve ce qu’il a mis dans la première partie pour ses prochains films, c’est clairement un réal à suivre.  

En résumé, c’est un film qui va ravir Kleenex, si vous êtes un peu sensible, ou profondément vous emmerder, si vous n’avez pas de cœur. Pour ma part, je vais suivre Bradley Cooper en tant que réalisateur parce qu’il a du potentiel et que je me souviens de lui dans Alias (Le copain un peu concon qui ne ressemble à rien). Je suis aussi très curieux de savoir si Lady Gaga va se lancer dans une vraie carrière d’actrice (Je ne compte American Horror Story, ni Machete Kills où elle fait du Lady Gaga). Elle en a clairement le potentiel.

Sur ce, je dois refaire ma réserve de mouchoirs pour le prochain mélo.

Machiavel

Toujours à l'affût de ce qui peut piquer ma curiosité, peu importe le domaine avec une légère préférence pour les jeux vidéo, le cinéma, la littérature, les séries TV, les jeux de société, la musique, la gastronomie, les boissons alcoolisées et quelques autres petites choses . Ma curiosité est telle le tonneau des danaïdes, sans fond.

3 pensées sur “A Star is Born

  • 17 février 2019 à 11 h 33 min
    Permalink

    Assez d’accord avec ton point de vue. C’est du mélo, mais quand c’est bien fait why not ?

    Plus le casse gueule du genre film musical, avec des scènes de concert assez bonnes (l’ouverture du film).

    La scène des grammy c’est clair que c’est trop gros, il aurait fallu s’inspirer de gainsbarre pour faire de l’outrancier plausible.

    Bradley Cooper est impressionnant : il réalise, il interprète, il chante, et il est bon. Lady Gaga est une artiste, donc jouer le rôle d’une chanteuse était à sa portée. Le scénario fait je pense la part belle aux mécanismes du show bizz US, dans lequel une star du country sera transformée en 6 mois en réplique de Madonna. Pour Taylor Swift par exemple, je crois que c’est le cas. Mais c’est aussi possible près de chez nous…

    Un bon film pour moi, pas un chef d’oeuvre mais il fait le taf.

  • 27 mars 2019 à 11 h 53 min
    Permalink

    J’ai vu le film hier soir. Et c’est vrai que la deuxième partie est beaucoup moins bonne que la première. beaucoup trop patho et lente.
    Mais ça reste un bon film porté par Bradley Cooper qui confirme être un excellent acteur et pourrait devenir un grand réalisateur. Va t’il devenir un réal au niveau de Clint Eastwood d’après toi ?

    • 27 mars 2019 à 15 h 04 min
      Permalink

      Je pense qu’il a un gros potentiel. A la Eastwood ? peut être. On sent qu’il a été fortement influencé par le maître (de guerre ^^).
      Je pense que le second film devrait être intéressant à suivre.

Commentaires fermés.