Void Bastards

Depuis le succès de FTL, les rogue likes dans l’espace se font légion. Void Bastards ne déroge pas vraiment à la règle du genre mais apporte un petit plus en mode FPS. Plongeons nous donc dans cette exploration spatiale rogue lite.

Présentation mode BD super efficace

J’ai bien dit « rogue lite » et non rogue like car si le jeu reprend la majorité des mécanismes du genre, dans Void Bastards, mourir ne signifie pas automatiquement un game-over. Vous êtes en effet plongé dans la combinaison d’un repris de justice tout juste liquéfié, enfin solidifié et totalement dispensable. Ce personnage pourra donc disposer de capacités de base qui ne sont pas toujours utiles (le premier tousse et risque ainsi d’attirer l’attention), mais qui peuvent parfois être modifiées au cours de l’aventure.

Style qu’on retrouve en jeu. Même si tous les décors ne sont pas aussi bons.

Une fois lancé, l’IA du vaisseau vous rappellera votre mission et vous donnera un aperçu de l’équipement disponible. Fait notable, tout ce qui est construit au fil de votre aventure restera disponible au personnage suivant en cas de décès inopiné.

Sifflons en travaillant…

Le ton du jeu n’est pas très sérieux, que ce soit au niveau des dialogues que du monde, il y a un côté loufoque et absurde que j’apprécie beaucoup. Que ce soit lorsque les NPCs ennemis parlent en japonais ou qu’un touriste dit haut et fort qu’il n’est pas un chat ou la manière dont l’IA vous considère comme totalement dispensable, il y a un côté assez acide qui à lui seul parvient à faire de Void Bastards un jeu différent.

Mode classique d’exploration à la FTL

Niveau gameplay, la majeure partie du jeu consistera à explorer des vaisseaux afin de récupérer des objets, du carburant ou de la nourriture pour continuer votre voyage. Cette exploration se fait en mode « FPS » cel-shading qui est fait le boulot même si elle manque assez vite de variété au niveau des décors et que le feeling est un peu rigide. Les ennemis ont chacun leur particularité, des touristes qui explosent au Maton presque impossible à battre, il faudra choisir entre se faufiler, fuir ou attaquer.

Oh une bande de touristes. On dirait la redac de Dystopeek.

Chaque pièce à explorer peut aussi vous réserver de la surprise, une flaque d’huile qui vous fait patiner, de la fumée qui vous empêche de voir, des endroits qui nécessitent des passes pour débloquer l’accès, etc. Bien que sympathique, on s’y fait assez rapidement mais les vaisseaux ne sont pas non plus assez grands pour que la fatigue s’installe chez le joueur. On fait donc notre raid en mode rapide, on retourne à notre vaisseau en espérant ainsi avoir de quoi continuer notre aventure et construire les différents objets qui permettront de faciliter la survie et d’être plus efficace face aux ennemis.

Same shit different day

En combinant des modes de gameplay assez simples dans un univers efficace et unique, Void Bastards arrive réellement à tirer son épingle du jeu et à proposer une expérience assez fun et défoulante. Reste que son prix d’accès est assez élevé pour le contenu proposé et qu’il faudra probablement être sûr de son coup avant de passer le pas. Heureusement, il est aussi actuellement disponible via le Xbox Gamepass sur PC et là tout de suite il ne faut plus hésiter. Void Bastards est bon et même si le côté répétitif finira probablement par vous avoir, il y a assez à faire pour que ceux qui aiment les rogue like s’éclatent lors de leur premier run.

Kaboom

SA_Avenger

Le Belge taciturne du groupe, pas fan de quoi que ce soit mais touche-à-tout aux goûts éclectiques, amoureux du cinéma, de littérature et de chanson française à texte, bref un nostalgique invétéré. Ancien beta testeur hardcore, je joue encore régulièrement à des jeux obscurs aux règles complexes que je termine d'ailleurs rarement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *